Y a-t-il une limite à l’optimisme en matière de changement climatique ?

Entre les optimistes et les pessimistes sur le changement climatique, Kant peut donner une piste de réflexion. Faire quelque chose même quand tout est perdu, juste parce que c’est la bonne chose à faire ou le faire parce qu’on a tout intérêt à le faire dans un espèce d’appel à la justice morale suprême ?


Entre les optimistes et les pessimistes sur le changement climatique, Kant peut donner une piste de réflexion. Faire quelque chose même quand tout est perdu, juste parce que c'est la bonne chose à faire ou le faire parce qu'on a tout intérêt à le faire dans un espèce d'appel à la justice morale suprême ?
Image by Free-Photos from Pixabay

Nous sommes condamnés: un refrain courant dans les conversations informelles sur le . Cela indique que nous ne pouvons pas, à proprement parler, éviter le . C’est déjà là. Tout ce que nous pouvons espérer, c’est de minimiser le en maintenant les changements de température moyenne mondiale à moins de 1,5 ° C au-dessus des niveaux préindustriels afin d’éviter de nuire à la civilisation mondiale. C’est encore physiquement possible, déclare le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat dans un rapport spécial de 2018, mais la réalisation de voies cohérentes à 1,5 ° C nécessiterait des changements rapides et systémiques à des échelles sans précédent.

Les optimistes et les pessimistes

Mis à part la possibilité physique, le profane attentif et informé peut se faire pardonner ses doutes sur la question de la possibilité politique. Quel devrait être le message du climatologue, du militant écologiste, du politicien consciencieux, du planificateur ardent, ceux qui sont intimidés mais déterminés à tout mettre en œuvre ? C’est le problème le plus important auquel est confrontée la communauté des Terriens préoccupés par le climat. Nous savons ce qui se passe. Nous savons quoi faire. Reste à savoir comment nous convaincre de le faire.

Nous assistons, je crois, à l’émergence de deux types de réponses. Un camp, appelons ses membres les optimistes, estime que, dans nos esprits, doit être la stricte possibilité de surmonter le défi à venir. Oui, il est également possible que nous échouions, mais pourquoi y penser ? Douter, c’est risquer une prophétie auto-réalisatrice. William James a saisi l’essence de cette pensée dans sa conférence « La Volonté de croire » (1896): parfois, face à un salto mortale (ou étape critique), « la foi crée sa propre vérification » où le doute ferait perdre un pied ».

Ceux de l’autre camp, les pessimistes, soutiennent qu’il ne faut pas éviter de tolérer la possibilité, peut-être la probabilité d’échec. En fait, cela pourrait très bien ouvrir de nouvelles pistes de réflexion. Dans le cas du changement climatique, il pourrait, par exemple, recommander de mettre davantage l’accent sur l’adaptation parallèlement à l’atténuation. Mais cela dépendrait des faits de l’affaire, et la route vers les faits passe par des preuves plutôt que par la foi. Certaines lacunes sont trop larges pour sauter, malgré la foi, et la seule façon d’identifier les cas de telles lacunes est de regarder avant de sauter.

Pourquoi faire quelque chose alors que c’est foutu ?

Aux extrémités de ces camps, il y a une méfiance amère envers l’opposition. Certains parmi les optimistes dénoncent des accusations de fatalisme énervant et même de cryptodénialisme chez les pessimistes: s’il est trop tard pour réussir, pourquoi se donner la peine de faire quoi que ce soit ? En marge du camp pessimiste, le soupçon circule que les optimistes sous-entendent délibérément la gravité du changement climatique: l’optimiste est une sorte de climat ésotérique qui craint les effets de la vérité sur les masses.

Mettons cela de côté comme des caricatures. Les optimistes comme les pessimistes ont tendance à s’accorder sur la prescription: action immédiate et drastique. Mais les raisons avancées pour la prescription varient naturellement avec les attentes de succès. L’optimiste a recours en particulier à notre intérêt personnel lors de la vente de l’atténuation du changement climatique. Présenter un message optimiste sur le changement climatique dans le sens que je veux dire ici, c’est affirmer que chacun de nous fait face à un choix.

Nous pouvons soit continuer à poursuivre notre recherche de gains économiques à court terme, dégrader les écosystèmes qui nous soutiennent, empoisonner notre air et notre eau, et finalement faire face à une qualité de vie diminuée. Ou nous pouvons embrasser un avenir brillant et durable. L’atténuation du changement climatique, affirme-t-on, est effectivement gagnant-gagnant. Des propositions telles que le Green New Deal (GND) sont souvent présentées comme des investissements prudents promettant des rendements.

Mille milliards de dollars reviennent moins chers

Dans le même temps, un rapport de la Commission mondiale sur l’adaptation nous avertit que, bien qu’un investissement de mille milliards de dollars soit nécessaire pour éviter l’apartheid climatique, le coût économique de ne rien faire serait plus élevé. La justice climatique nous fera économiser de l’argent. Dans ce paradigme de message, la dimension spécifiquement environnementale peut presque entièrement disparaître. Le point est l’analyse coûts-avantages. Nous pourrions aussi bien parler de l’élimination des moisissures.

Cette marque de boosterisme vert a peu de résonance avec ceux qui, comme le marxiste italien Antonio Gramsci, souscrivent au pessimisme de l’intellect, optimisme de la volonté. Attendez-vous à l’échec, dit le pessimiste, essayez quand même. Mais pourquoi ? L’attrait d’un retour sur investissement perd son efficacité en proportion inverse à la probabilité de réussite. Les pessimistes doivent lancer un appel différent. En l’absence d’un avantage extrinsèque réaliste, il reste à insister sur la valeur intrinsèque du choix d’une action prescrite. Comme l’a écrit le romancier américain Jonathan Franzen dans un article récent (et mal reçu) du New Yorker sur la question, une action pour stopper le changement climatique « mériterait d’être poursuivie même si elle n’avait aucun effet« .

La bonne action pour elle-même est généralement associée à Emmanuel . Il a soutenu que la raison pratique humaine traite des impératifs ou des règles. Chaque fois que nous raisonnons sur ce qu’il faut faire, nous utilisons diverses prescriptions d’action. Si je veux arriver au travail à l’heure, je dois régler mon réveil. La plupart de nos impératifs quotidiens sont hypothétiques: ils prennent une structure si-alors, où un si antécédent sous-tend la nécessité du alors qui en résulte.

Bien et mal au dessus des impératifs moraux personnelles

Si je suis indifférent à me rendre au travail à l’heure, il n’est pas nécessaire pour moi de régler une alarme. La règle ne s’applique à moi que de façon hypothétique. Mais, soutient Kant, certaines règles s’appliquent à moi, à tous ceux qui ont des raisons pratiques, indépendamment de leurs préférences personnelles. Ces règles, du bien et du mal, commandent catégoriquement, et non hypothétiquement. Je suis dans leur domaine en tant que tel. Que je sois indifférent au bien ou au mal humain, il reste que je ne dois pas mentir, tricher, voler et assassiner.

Comparez ce point de vue avec le conséquentialisme. Le conséquentialiste pense que le bien et le mal dépendent des conséquences des actions, et non de leur caractère particulier. Bien que les kantiens et les conséquentialistes s’accordent souvent sur des prescriptions particulières, ils offrent des raisons différentes. Lorsqu’un conséquentialiste soutient que la justice ne vaut la peine d’être poursuivie que dans la mesure où elle produit de bons résultats, un kantien pense que la justice est précieuse en soi et que nous sommes soumis à des obligations de justice même lorsqu’elles sont futiles. Mais les conséquentialistes pensent qu’un commandement éthique n’est qu’un autre type d’impératif hypothétique.

La différence la plus intéressante, peut-être la source d’une grande partie de la méfiance mutuelle, entre les optimistes et les pessimistes est que les premiers ont tendance à être des conséquentialistes et les seconds ont tendance à être kantiens quant à la nécessité d’une action climatique. Combien d’optimistes seraient disposés à faire valoir que nous devons consacrer des efforts à l’atténuation, même si cela ne sera certainement pas suffisant pour éviter des effets catastrophiques ?

La bonne chose à faire

Et s’il s’avérait que le GND coûterait finalement la croissance économique à long terme ? Et si l’apartheid climatique était économiquement et politiquement opportun pour les pays riches ? Ici, je descends du côté du pessimiste kantien, qui a une réponse toute prête: ce qui ne va pas avec le capitalisme extractif rapace, avec l’apartheid climatique, sans rien faire, n’est pas, principalement, les implications à long terme pour le PIB. C’est une question de justice.

Supposons que les tendances néfastes se poursuivent, c’est-à-dire que nos fenêtres d’action continuent de rétrécir, si l’ampleur du changement requis continue de croître de manière irréalisable alors que nous continuons à pomper de manière gratuite du CO2 dans l’atmosphère. Faut-il s’attendre à un passage du conséquentialisme climatique au kantianisme climatique ? Les conséquentialistes du climat vont-ils commencer à s’attaquer à ce qualificatif petit mais significatif, même si c’est sans espoir, à leurs recommandations ?

Les désaccords entre conséquentialistes et kantiens s’étendent au-delà de leurs intuitions métaéthiques à leurs intuitions pragmatiques. Le conséquentialiste nourrit un soupçon quant à l’efficacité d’une exhortation spécifiquement morale. Cette suspicion est la source d’une critique populaire de l’éthique de Kant, à savoir qu’elle repose sur l’hypothèse Pollyannaish que nous, les mortels, avons une capacité d’action morale désintéressée.

L’exhortation morale est une carte à jouer

Kant prend la préoccupation au sérieux. Le thème de la motivation morale revient à travers ses écrits, mais il arrive à la conclusion opposée de ses critiques. Beaucoup, pense-t-il, seront à la hauteur de l’occasion où leurs obligations morales leur seront présentées de manière claire et sans appel à leur intérêt personnel. « Aucune idée », soutient-il dans son Fondements de la métaphysique des moeurs (1785), « élève ainsi l’esprit humain et l’anime même à l’inspiration comme celle d’une disposition morale pure, vénérant le devoir par-dessus tout, luttant avec les innombrables maux de la vie et même avec ses séductions les plus séduisantes et pourtant les surmonter. »

Peut-être que pour le moment, nous avons encore le luxe d’être stratégiques sur notre message. Il n’est pas encore clair que le pire se produira et que nous ne pouvons, lorsque cela est plausible et efficace, souligner les avantages potentiels de l’atténuation. En plus de cela, différentes stratégies de message peuvent être plus ou moins efficaces sur différentes personnes. Mais si le pessimiste devient un jour trop persuasif pour l’ignorer, il nous appartient d’avoir une carte de plus à jouer dans nos poches. L’exhortation morale, selon le Kantien, est une police d’assurance contre le fatalisme. C’est notre raison de faire la bonne chose, même face au destin, lorsque toutes les autres raisons échouent. Mais espérons que non.

Traduction d’un article d’Aeon par Fiacha Heneghan, candidat PhD en à l’université de Vanderbilt au Tennessee.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *