Logement : la chaleur, un fléau pour plus de la moitié des Français


  • FrançaisFrançais

  • Selon une étude de l’ONPE, 53% des Français ont souffert de la chaleur dans leur logement en 2022. La Fondation Abbé Pierre appelle à renforcer la rénovation thermique des logements.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Selon une étude de l’ONPE, 53% des Français ont souffert de la chaleur dans leur logement en 2022. La Fondation Abbé Pierre appelle à renforcer la rénovation thermique des logements.

    La canicule qui a frappé la France en 2022 a mis en lumière le problème de la précarité énergétique d’été, qui touche plus de la moitié des Français selon une étude de l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE) publiée en juin 2023. Les logements mal isolés, souvent qualifiés de “passoires thermiques”, se transforment en “bouilloires” l’été, entraînant des conséquences néfastes sur la santé et le bien-être des occupants.

    Selon l’étude de l’ONPE, 53% des Français ont déclaré avoir souffert de la chaleur dans leur logement pendant au moins 24 heures en 2022, contre 44% en 2018. Parmi eux, 17% ont subi cette situation pendant plus de 15 jours. Les plus touchés sont les locataires, les personnes à faibles revenus, les habitants des zones urbaines denses et les occupants de logements anciens ou dégradés.

    La précarité énergétique d’été est trop négligée par les pouvoirs publics, selon la Fondation Abbé Pierre, qui appelle à renforcer les dispositifs d’aide à la rénovation thermique des logements. Elle estime que 7 millions de ménages sont concernés par ce phénomène, qui peut entraîner des risques de déshydratation, de coup de chaleur, d’insomnie ou encore d’aggravation de maladies chroniques.

    Se loger est-il devenu un luxe en France ? C’est la question que se posent de nombreux Français, confrontés à la flambée des prix de l’immobilier et à la pénurie de logements sociaux. Selon une enquête du Crédit foncier, le budget moyen consacré au logement par les ménages français a augmenté de 30% entre 2001 et 2021, passant de 568 euros à 737 euros par mois. Le logement représente désormais 23% du revenu disponible des ménages, contre 19% il y a vingt ans.

    Face à cette situation, certains Français renoncent à se loger dignement, optant pour des solutions précaires comme le camping, le squat ou l’hébergement chez des proches. D’autres s’éloignent des centres-villes, acceptant de rallonger leurs temps de trajet et de réduire leur qualité de vie. D’autres encore s’endettent sur le long terme pour accéder à la propriété, au risque de fragiliser leur situation financière.

    La crise du logement est un enjeu majeur pour la société française, qui nécessite une réponse globale et ambitieuse. Il s’agit de garantir le droit au logement pour tous, de lutter contre la précarité énergétique, de favoriser la mixité sociale et territoriale, et de promouvoir la transition écologique du parc immobilier. C’est aussi un défi pour la démocratie, car le logement est un facteur essentiel d’intégration, de participation et de cohésion sociale.

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *