Les banques anglaises stockent des Bitcoins en prévision des Ransomwares

C’est plutôt une tactique étrange. Des banques à Londres envisagent de garder une petite réserve en Bitcoins pour payer les auteurs de Ransomwares si leurs infrastructures sont attaqués.


Des banques à Londres envisagent de garder une petite réserve en Bitcoins pour payer les auteurs de Ransomwares si leurs infrastructures sont attaqués.

Plusieurs banques de Londres veulent avoir une petite réserve en afin de payer les auteurs de Ransomware ou pour éviter des attaques DDoS comme celle qui a pénalisé de nombreux sites aux Etats-Unis la semaine dernière. Pour les banques, il est moins cher de payer les pirates plutôt que de payer les dommages provoqués sur les infrastructures sans oublier la perte de réputation.

C’est une tactique étrange, mais qui révèle l’état pitoyable à la fois des décideurs au niveau des principales institutions, notamment sur les secteurs critiques comme les banques. Ces dernières savent qu’il faudrait des millions de dollars pour renouveler leur infrastructure et pour former leur personnel aux normes de la informatique. Etant donné que les pirates demandent des sommes dérisoires (comparées aux normes des banques), alors il devient plus avantageux d’engraisser des criminels plutôt que de nettoyer le secteur des pratiques qui provoquent des négligences. Quand on voit que le piratage contre l’entreprise TalkTalk avait couté 60 millions de dollars, il est préférable de payer quelques centaines de milliers de dollars quitte à utiliser des infrastructures qui sont de vraies passoires.

Source : The Guardian

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *