Crash mortel d’un hélicoptère américain en Méditerranée : une mission secrète contre l’Iran ?


  • FrançaisFrançais

  • Un hélicoptère militaire américain s’est écrasé en Méditerranée, faisant cinq morts. Selon des sources anonymes, l’appareil pourrait avoir été impliqué dans une mission contre les milices iraniennes ou en soutien à Israël, en pleine escalade du conflit au Moyen-Orient.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    Un hélicoptère MH-60 Black Hawk

    Un accident impliquant un hélicoptère militaire américain a coûté la vie à cinq soldats au-dessus de la mer Méditerranée. Cet incident tragique coïncide avec le renforcement de l’engagement militaire américain au Moyen-Orient suite aux récentes escalades entre le Hamas et Israël à Gaza le 7 octobre.

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Les informations préliminaires suggèrent que l’hélicoptère s’est écrasé lors d’une mission d’entraînement de routine. Un communiqué de presse du commandement européen des États-Unis a précisé que le drame s’est produit lors d’un exercice standard de ravitaillement en vol, entraînant la chute de l’appareil dans la mer et la mort des cinq soldats à bord.

    Le communiqué du commandement a également déclaré que des opérations de recherche et de sauvetage ont été immédiatement activées après le crash, avec une enquête approfondie sur la cause en cours. Deux officiers américains non identifiés ont confirmé que les soldats décédés faisaient partie de l’unité d’opérations spéciales d’élite de l’armée américaine.

    Les communications officielles du commandement européen des États-Unis ont souligné que la mission de l’hélicoptère était routinière et sans lien avec leur engagement militaire actuel dans la région.

    Cependant, un analyste du Moyen-Orient qui a parlé anonymement à un média asiatique a spéculé que l’hélicoptère aurait pu mener une mission contre les milices iraniennes ou s’aligner sur les objectifs d’Israël. L’expert a souligné qu’il n’y a pas moyen de vérifier cela pour le moment mais si c’est vrai, cela entraînerait la première victime américaine liée au conflit Israël-Hamas.

    Malgré le fait que l’armée américaine se soit abstenue de fournir des précisions sur le lieu de départ de l’hélicoptère, on sait que les porte-avions Ford et Eisenhower, des navires auxiliaires, une multitude d’avions et de nombreux marines sont actuellement stationnés en Méditerranée orientale. Les réseaux sociaux sont devenus un lieu de spéculation avec la nouvelle du crash, avec de nombreux internautes et passionnés de l’armée suggérant que l’appareil malheureux pourrait avoir été un hélicoptère MH-60 Black Hawk.

    S’interrogeant sur la cause, certains se sont demandé pourquoi une telle mission était nécessaire, d’autant plus que les forces américaines stationnées au Moyen-Orient continuent de faire face à des attaques de la part d’adversaires régionaux. Pour l’instant, le lien entre ces attaques régionales et le crash récent reste non vérifié. On observe une augmentation des activités agressives contre les forces américaines au Moyen-Orient, avec plus de 40 attaques signalées depuis la mi-octobre, principalement en Irak et en Syrie, toutes vraisemblablement orchestrées par l’Iran et ses mandataires.

    L’armée américaine a été proactive dans la gestion de ces attaques. Le département de la Défense des États-Unis a déclaré le 12 novembre, le jour même du crash, qu’ils avaient visé avec précision des installations dans l’est de la Syrie, utilisées par le Corps des gardiens de la révolution islamique [IRGC] iranien et des groupes alliés. Ces frappes étaient en représailles aux frappes en cours sur le personnel américain en Irak et en Syrie.

    Le communiqué a souligné que la priorité absolue du président est la sécurité du personnel américain, affirmant l’engagement des États-Unis à se défendre, ainsi que ses citoyens et ses intérêts. Il s’agissait de la troisième frappe en moins de deux semaines. Auparavant, l’USS Carney, un destroyer lance-missiles de la marine américaine dans la mer Rouge septentrionale, avait neutralisé plusieurs missiles et drones lancés par les Houthis soutenus par l’Iran au Yémen, qui étaient vraisemblablement destinés à Israël.

     

    Si vous avez apprécié cet article, soutenez-moi sur Patreon ou Buy me a coffee Vous recevrez chaque semaine du contenu exclusif et des réponses à vos questions. Merci ! 😊

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *