Les perspectives de la santé dans le monde en 2040

Une étude propose des projections de santé à l’horizon 2040. Que ce soit dans l’espérance de vie, mais également de l’augmentation de certaines maladies chez les populations dans de nombreux pays. La santé mondiale est sur une bonne trajectoire, mais attention aux couacs sur le chemin.


Une étude propose des projections de santé à l'horizon 2040. Que ce soit dans l'espérance de vie, mais également de l'augmentation de certaines maladies chez les populations dans de nombreux pays. La santé mondiale est sur une bonne trajectoire, mais attention aux couacs sur le chemin.

Une nouvelle étude scientifique des prévisions et des scénarios alternatifs pour l’espérance de vie et les principales causes de décès en 2040 montre que tous les pays sont susceptibles de connaître au moins une légère augmentation de la durée de vie. En revanche, selon un scénario, près de la moitié des nations pourraient faire face à une espérance de vie inférieure.1

Une espérance de vie plus longue dans la plupart des pays

Le classement de l’espérance de vie des pays offre de nouvelles informations sur leur état de santé.

Par exemple, la Chine, avec une espérance de vie moyenne de 76,3 ans en 2016, s’est classée au 68e rang sur 195 pays. Toutefois, si les tendances en matière de santé se maintiennent, elle pourrait atteindre le 39e rang en 2040 avec une espérance de vie moyenne de 81,9 ans, soit une augmentation de 5,6 ans.

En 2016, les États-Unis se classaient au 43e rang avec une de 78,7 ans. En 2040, l’espérance de vie ne devrait augmenter que de 1,1 an pour atteindre 79,8 ans, mais chuter à la 64e place. À titre de comparaison, le Royaume-Uni avait une durée de vie de 80,8 ans en 2016 et devrait passer à 83,3 ans, passant ainsi du 26e au 23e rang en 2040.

En outre, l’étude, publiée aujourd’hui dans la revue médicale internationale The Lancet, prévoit une augmentation significative du nombre de décès dus à des maladies non transmissibles, notamment le diabète, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), les maladies rénales chroniques et le ainsi que l’aggravation des résultats de santé liés à l’obésité.

Des maladies liées à la mort prématurée

Cependant, il existe un grand potentiel pour modifier la trajectoire descendante de la santé en s’attaquant aux principaux facteurs de risque, aux niveaux d’éducation et au revenu par habitant déclarent les auteurs. L’avenir de la santé dans le monde n’est pas pré-ordonné et il existe un large éventail de trajectoires plausibles selon le Dr Kyle Foreman, directeur de la science des données à l’Institut de métrologie et d’évaluation de la santé (IHME) de l’Université de Washington et auteur principal de l’étude. Mais des progrès significatifs ou une stagnation dépend de la capacité ou non des systèmes de santé à prendre en compte les facteurs déterminants de la santé.

L’, l’ élevé, l’, le et l’alcool, expliquent en grande partie la trajectoire future de la mortalité prématurée. La pollution de l’air au sixième rang.

La Syrie grimpera tandis que la Palestine descendra aux enfers

En plus de la Chine, plusieurs autres pays devraient, en 2040, améliorer considérablement leur classement en termes d’espérance de vie, notamment :

  • Selon les auteurs, la Syrie devrait connaître la plus forte progression au niveau mondial, passant de 137e en 2016 à 80e en 2040, en raison d’un modèle de conflit conservateur ;
  • Le Nigeria du 157e au 123e ;
  • L’Indonésie du 117e au 100e

En revanche, la Palestine devrait connaître la baisse la plus importante de son espérance de vie, passant de la 114e en 2016 à la 152e en 2040.

Une baisse de l’espérance de vie dans les pays développés

De plus, plusieurs pays à revenu élevé devraient connaître une chute importante dans leur classement, notamment :

  • Les États-Unis, qui ont enregistré la plus forte baisse dans les pays à revenu élevé, sont passés de la 43e en 2016 à la 64e en 2040 ;
  • Le Canada passe de 17e à la 27e ;
  • La Norvège de 12e à la 20e ;
  • Taiwan (Province de Chine) de la 35e à la 42e ;
  • La Belgique de la 21e à la 28e ;
  • Les Pays-Bas de la 15e à la 21 ;

Le classement révèle également que l’Espagne devrait se classer première au monde en 2040 (durée de vie moyenne de 85,8 ans), une hausse par rapport à la quatrième place en 2016 (durée de vie moyenne de 82,9 ans). Le Japon, classé premier en 2016 (durée de vie moyenne de 83,7 ans), passera à la deuxième place en 2040 (durée de vie moyenne de 85,7 ans).

Une moyenne de l’espérance de vie à 80 ans en 2040 dans les  pays développés

Pour compléter le top 10 en 2040, on trouve :

  • Singapour (durée de vie moyenne de 85,4 ans) s’est classée troisième, contre 83,3 ans en 2016 et se classant également au troisième rang
  • La Suisse (durée de vie moyenne de 85,2 ans), contre 83,3 ans en 2016 et classement de deuxième
  • Le Portugal (durée de vie moyenne de 84,5 ans), contre 81,0 ans en 2016 et au 23e rang
  • L’Italie (durée de vie moyenne de 84,5 ans), contre 82,3 ans en 2016 et un septième rang
  • L’Israël (durée de vie moyenne de 84,4 ans), contre 82,1 ans en 2016 et 13e rang
  • La France (durée de vie moyenne de 84,3 ans), contre 82,3 ans en 2016 et également au huitième rang
  • Le Luxembourg (durée de vie moyenne de 84,1 ans) contre 82,2 ans en 2016 et 10e place
  • L’Australie (durée de vie moyenne de 84,1 ans), contre 82,5 ans en 2016 et cinquième.

Parmi les 10 premiers pays, même les pires scénarios envisagés en 2040 restent supérieurs à 80 ans. En revanche, les pays les moins bien classés, à savoir le Lesotho, le Swaziland, la République centrafricaine et l’Afrique du Sud, les meilleurs et les pires scénarios en 2040 vont d’un sommet de 75,3 ans en Afrique du Sud (scénario meilleur) à 45,3 ans au Lesotho (scénario pire), soit une différence de 30 ans.

Les inégalités peuvent diviser l’espérance de vie par deux

Les inégalités continueront d’être importantes selon le directeur de l’IHME, Christopher Murray. L’écart entre les scénarios meilleurs et pires se réduira, mais restera important. Dans un grand nombre de pays, trop de personnes continueront à gagner un revenu relativement faible, resteront peu éduquées et mourront prématurément. des progrès plus rapides en aidant les gens à faire face aux principaux risques, notamment le tabagisme et une mauvaise alimentation.

Dans un scénario pire, l’espérance de vie diminue dans près de la moitié des pays au cours de la prochaine génération. Plus précisément, 87 pays connaîtront un déclin et 57 autres une augmentation d’un an ou plus. En revanche, dans le meilleur scénario, 158 pays verront des gains d’espérance de vie d’au moins cinq ans tandis que 46 pays pourront voir des gains de 10 ans ou plus.

La croissance des maladies non transmissibles et les blessures

La tendance croissante vers une augmentation de la mortalité prématurée due aux maladies non transmissibles et aux traumatismes, ainsi qu’à l’abandon des maladies transmissibles, apparaît clairement dans les proportions changeantes des 10 principales causes de décès prématuré.

En 2016, 4 des 10 principales causes de mortalité prématurée étaient des MNT ou des blessures ; en revanche, en 2040, ce nombre passera à 8. Les 8 principales maladies non transmissibles ou blessures parmi les dix principales en 2040 devraient être une cardiopathie ischémique, un , une MPOC, une maladie rénale chronique, la maladie d’Alzheimer, le diabète, des accidents de la route et le cancer du poumon.

L’étude a une portée sans précédent selon Foreman, et fournit une modélisation statistique plus robuste et des estimations plus complètes et détaillées des facteurs de risque et des maladies que les prévisions précédentes des Nations Unies et d’autres instituts d’études sur la population. Les chercheurs de l’IHME ont exploité les données de l’étude Global Burden of Disease (GBD) pour établir des prévisions et des scénarios alternatifs meilleurs et pires pour l’espérance de vie et la mortalité par 250 causes de décès dans 195 pays et territoires.

Les investissements nécessaires dans la recherche et les médicaments

Les chercheurs ont établi des prévisions sur les facteurs indépendants de la santé, y compris des mesures sociodémographiques de la fécondité, du revenu par habitant et des années d’éducation ainsi que sur 79 facteurs indépendants tels que le tabagisme, l’indice de masse corporelle élevé, le manque d’eau salubre et d’assainissement. Ils ont ensuite utilisé des informations sur la manière dont chacun de ces conducteurs indépendants affecte des causes de décès spécifiques pour élaborer des prévisions de mortalité.

L’éventail des scénarios meilleurs et pires permet aux parties prenantes d’examiner les changements potentiels pour améliorer les systèmes de santé, aux niveaux local, national et mondial selon Murray. Ces scénarios offrent de nouvelles perspectives et aident à encadrer la planification sanitaire, en particulier en ce qui concerne les longs délais entre les investissements initiaux et leurs impacts, comme dans la recherche et le développement de médicaments.

En plus d’attirer l’attention sur l’importance croissante des maladies non transmissibles, l’analyse révèle un risque important de rebond de la mortalité par le VIH/sida, ce qui pourrait annuler les gains d’espérance de vie récemment enregistrés par plusieurs pays d’Afrique subsaharienne.

En outre, alors que les MNT devraient augmenter dans de nombreux pays à faible revenu, les maladies transmissibles, maternelles, néonatales et nutritionnelles resteront probablement l’une des principales causes de décès prématuré, créant ainsi un double fardeau de la maladie.

Sources

1.
Forecasting life expectancy, years of life lost, and all-cause and cause-specific mortality for 250 causes of death: reference and alternative scenarios for 2016-40 for 195 countries and territories. The Lancet. 10.1016/S0140-6736(18)31694-5″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(18)31694-5. Published October 16, 2018. Accessed October 16, 2018.
Atlas mondial de la santé : Quelles inégalités ? Quelle mondialisation ? (Broché)
Book by Zo Vaillant

Caractéristique principal  Used Book in Good Condition
By (author):  Gérard Salem, Zoé Vaillant

Neuf: 0 Non disponible
buy now

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *