Des liens entre une activité virale et la maladie d’Alzheimer

L’analyse de grands ensembles de données à partir d’échantillons cérébraux post-mortem de personnes atteintes ou non de la maladie d’Alzheimer a révélé de nouvelles preuves établissant un lien entre les virus et les caractéristiques cliniques et les facteurs génétiques de la maladie d’Alzheimer.


L'analyse de grands ensembles de données à partir d'échantillons cérébraux post-mortem de personnes atteintes ou non de la maladie d'Alzheimer a révélé de nouvelles preuves établissant un lien entre les virus et les caractéristiques cliniques et les facteurs génétiques de la maladie d'Alzheimer.

Les chercheurs financés par le National Institute on Aging (NIA), qui fait partie des National Institutes of Health, ont fait cette découverte en exploitant les données des banques de cerveaux et des études de cohorte participant au consortium Accelerating Medicines Partnership – Alzheimer Disease (AMP-AD). L’AMP-AD est un partenariat entre le gouvernement, l’industrie et les organisations à but non lucratif qui se concentre sur la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques cliniquement pertinentes et sur le développement de biomarqueurs pour aider à valider les cibles thérapeutiques existantes.1

Un rôle possible des Herpèsvirus

Dans une étude publiée dans la revue Neuron, les chercheurs suggèrent que les espèces virales, en particulier les Herpèsvirus, pourraient jouer un rôle dans la maladie d’Alzheimer. Les auteurs du papier soulignent que leurs résultats ne prouvent pas que les virus provoquent l’apparition ou la progression de la maladie d’Alzheimer. Les résultats montrent plutôt des séquences d’ADN viral et l’activation de réseaux biologiques, les systèmes interdépendants d’ADN, d’ARN, de protéines et de molécules, liés aux virus peuvent interagir avec les aspects moléculaires, génétiques et cliniques de la maladie d’Alzheimer.

L’hypothèse n’est pas nouvelle selon laquelle les virus jouent un rôle dans les maladies cérébrales, mais c’est la première étude à fournir des preuves solides basées sur des approches impartiales et de grands ensembles de données qui soutiennent cette hypothèse selon le directeur de la NIA, Richard J. Hodes. Cette recherche renforce la complexité de la maladie d’Alzheimer, crée des opportunités pour explorer plus complètement la maladie d’Alzheimer et souligne l’importance de partager les données librement et largement avec la communauté de la recherche.

L’influence virale, une hypothèse controversée

La maladie d’Alzheimer est un trouble cérébral irréversible et progressif qui détruit lentement la mémoire et les capacités de réflexion et, éventuellement, la capacité d’effectuer des tâches simples. Plus de preuves s’accumulent pour indiquer que cette perte de fonctionnement cognitif est un mélange de nombreux processus pathologiques différents dans le cerveau tels que l’accumulation de protéines amyloïdes ou tau. L’identification des liens vers des virus peut aider les chercheurs à en apprendre davantage sur les interactions biologiques complexes impliquées dans la maladie d’Alzheimer et potentiellement conduire à de nouvelles stratégies de traitement.

Le groupe de recherche, qui comprenait des experts de l’Icahn School of Medicine du Mount Sinaï à New York et de l’Arizona State University à Phoenix, cherchait à savoir si les médicaments utilisés pour traiter d’autres maladies pouvaient être réutilisés pour traiter la maladie d’Alzheimer. Ils ont conçu leur étude pour cartographier et comparer les réseaux biologiques sous-jacents à la maladie d’Alzheimer. Ils ont trouvé que la biologie de la maladie d’Alzheimer est probablement affectée par une constellation complexe de facteurs génétiques viraux et de l’hôte, ajoutant qu’ils ont identifié des voies spécifiques testables et des réseaux biologiques.

Les résultats de l’équipe du Mont Sinaï n’auraient pas été possibles sans les ressources de données scientifiques ouvertes créées par le programme AMP-AD, en particulier la disponibilité de données génomiques brutes selon Suzana Petanceska, Ph.D., responsable du programme. Les chercheurs ont utilisé plusieurs couches de données génomiques et protéomiques de plusieurs banques de cerveaux soutenues par NIA et des études de cohorte.

Les principales découvertes de l’étude

Ils ont commencé leur analyse directe sur les séquences virales à l’aide des données du Mount Sinai Brain Bank et ils ont pu vérifier leurs observations initiales à l’aide des données de l’étude provenant de la Mayo Clinic Brain Bank. Ils ont ensuite pu incorporer des données supplémentaires du Centre de recherche sur la maladie d’Alzheimer pour comprendre les effets viraux sur l’abondance des protéines. Grâce à l’application de la modélisation computationnelle, les chercheurs ont fait plusieurs constatations cruciales, notamment :

  • Les Herpèsvirus humains 6A et 7 étaient plus abondants dans les échantillons de la maladie d’Alzheimer que chez les non-Alzheimer.
  • Il y a plusieurs points de chevauchement entre les interactions virus-hôte et les gènes associés au risque d’Alzheimer.
  • Plusieurs virus ont un impact sur la biologie de la maladie d’Alzheimer dans des domaines tels que l’ADN, l’ARN et les protéines.

On a étudié et suggéré des rôles importants des microbes et des virus dans la maladie d’Alzheimer selon les auteurs. Depuis les années 1980, des centaines d’études ont associé la maladie d’Alzheimer avec des bactéries et des virus. Ces études combinées suggèrent une contribution virale, mais n’ont pas expliqué le fonctionnement de la connexion.

Alors que les résultats actuels sont plus spécifiques, ils ne fournissent pas de preuves pour changer la façon dont le risque et la susceptibilité sont évalués, ni le diagnostic et le traitement de la maladie d’Alzheimer selon les auteurs. Au contraire, la recherche donne aux scientifiques des raisons de revenir sur l’ancienne hypothèse des agents pathogènes et servira de base à d’autres travaux visant à déterminer si l’activité du virus de l’herpès est l’une des causes de la maladie d’Alzheimer.

Sources

1.
Multiscale Analysis of Independent Alzheimer’s Cohorts Finds Disruption of Molecular, Genetic, and Clinical Networks by Human Herpesvirus. Neuron. 10.1016/j.neuron.2018.05.023″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>http://dx.doi.org/10.1016/j.neuron.2018.05.023. Published June 20, 2018. Accessed June 20, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *