vendredi , 24 novembre 2017

Des liens entre les suppléments de vitamine B et le cancer du poumon ?

Les chercheurs rapportent des liens potentiels entre les suppléments de vitamine B et le risque du cancer du poumon. Malgré un échantillon intéressant, l’étude est franchement moisie.


Des liens entre les suppléments de vitamine B et le cancer du poumon ?
Une nouvelle recherche suggère qu’une supplémentation à long terme et à forte dose de vitamines B6 et B12 est associée à un risque de 2 à 4 fois de cancer du poumon chez les hommes par rapport aux autres. Le risque était plus élevé chez les fumeurs masculins prenant plus de 20 mg de B6 ou 55 microgrammes de B12 par jour pendant 10 ans. Les fumeurs masculins, qui prenaient de la vitamine B6 à cette dose, étaient 3 fois plus susceptibles de développer un cancer du poumon. Les fumeurs masculins, qui prenait de la vitamine B12 à ces doses étaient environ 4 fois plus susceptible de développer la maladie par rapport aux autres. Depuis des années, l’industrie des vitamines propose la B6 et la B12 pour augmenter l’énergie et améliorer le métabolisme.

Les chercheurs rapportent leurs résultats dans la revue Journal of Clinical Oncology. Il s’agit de la première étude prospective et d’observation visant à examiner les effets de l’utilisation prolongée de doses élevées des vitamines B6 et B12 à long terme et le risque de cancer du poumon. On pensait que ces suppléments réduisaient le risque de cancer.

Pour cette étude, Theodore Brasky de l’OSUCCC-James et ses collègues, ont analysé les données de plus de 77 000 patients participant à l’étude de cohorte VITamins And Lifestyle (VITAL) qui est une étude prospective à long terme visant à évaluer les vitamines et d’autres suppléments par rapport au risque de cancer. Tous les participants âgés de 50 à 76 ans ont été recrutés dans l’État de Washington entre 2000 et 2002. Pendant leur participation à l’étude, les participants ont informé les chercheurs de l’utilisation de la vitamine B au cours des 10 dernières années. Cela comprenait des informations de dosage qui sont essentielles pour une évaluation des risques et une recherche sur les associations.

Les chercheurs rapportent des liens potentiels entre la vitamine B et le risque du cancer du poumon. Malgré un échantillon intéressant, l'étude est franchement moisie.

Pour cette nouvelle analyse, les chercheurs ont utilisé des techniques statistiques pour s’adapter à de nombreux facteurs incluant l’historique personnel du tabagisme, l’âge, l’ethnie, l’éducation, la taille du corps, la consommation d’alcool, les antécédents personnels de cancer, les maladies pulmonaires chroniques, les antécédents familiaux de cancer du poumon et l’utilisation d’anti – médicaments antiinflammatoires.

Cela a permis d’exclure tous les facteurs externes possibles afin de démontrer clairement l’effet de la sucomplémentation à long terme des vitamines B6 et B12 selon Brasky. Nos données montrent que la prise de doses élevées de vitamines B6 et B12 sur une très longue période de temps pourrait contribuer aux taux d’incidence du cancer du poumon chez les fumeurs masculins. Brasky note que ces résultats se rapportent à des doses qui sont bien supérieures à celles d’un traitement multivitaminique tous les jours pendant 10 ans. Ce sont des doses qui ne peuvent être obtenues que par la prise de doses élevées de vitamines B et ces suppléments sont plusieurs fois supérieures à la norme recommandée aux États-Unis selon le chercheur.

Pourquoi cette étude est-elle moisie ?

Les chercheurs rapportent des liens potentiels entre la vitamine B et le risque du cancer du poumon. Malgré un échantillon intéressant, l'étude est franchement moisie.

Même si l’échantillon est large et que la durée de l’étude est assez longue, la conclusion des chercheurs est très “spéciale”. En premier lieu, ils ont observé une augmentation du risque du cancer du poumon chez les fumeurs masculins et c’est normal puisque le tabagisme est l’un des principaux facteurs de risque de cette maladie. Cela montre déjà que l’exclusion des facteurs externes, avancées par les chercheurs, n’était pas optimale.

Ensuite, les chercheurs ont démontré le risque accru de cancer uniquement avec des doses très élevées, mais ils n’ont pas expliqué si ces doses élevées étaient fréquentes chez les utilisateurs. En d’autres termes, est-ce que la surdose de suppléments est juste une bidouille pour avoir les résultats souhaités dans l’étude ou on peut le voir dans la consommation réelle ? Et si c’est présent dans la consommation, quelle est sa proportion. Est-ce que cela concerne une majorité des participants ou juste une minorité qui n’a pas respecté le dosage ? Et la surdose de n’importe quel produit peut provoquer des dommages. La surdose de l’eau est la noyade… À la limite, on pourrait voir une légère corrélation, mais franchement, il n’y a pas de quoi s’inquiéter, car les chercheurs ne démontrent aucune causalité de manière directe et claire.

Toutefois, les chercheurs estiment que c’est lié à la vente des suppléments des vitamines B. La norme recommandée de vitamine B6 pour les hommes est 1,5 milligramme et pour la vitamine B12, c’est inférieur à 2,5 microgrammes par jour. Mais dans les boites de suppléments disponibles au marché, vous pouvez trouver des gélules qui ont plus de 5 microgrammes par dose ce qui est largement supérieur à la norme quotidienne recommandée. Les chercheurs ont raison sur le fait que les suppléments sont inutiles dans la plupart des cas, car notre alimentation nous donne déjà tout l’apport vitaminique nécessaire. Mais s’il y avait une causalité entre la vitamine B et le cancer du poumon, on l’aurait observé chez les femmes ce qui n’était pas le cas dans cette étude. L’effet était uniquement présent chez les hommes. Autant de résultats confus qui mettent du plomb dans l’aile dans les conclusions.

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?

Aucun avis particulier

A propos de Jacqueline Charpentier

mm

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d’emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l’actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG