Tromper la réponse immunitaire avec des particules de délivrance modifiées


  • FrançaisFrançais



  • Une nouvelle approche consistant à envoyer des nanoparticules « amies » dans la circulation sanguine d’un patient a donné des résultats prometteurs en modifiant la surface de ces objets potentiels d’administration de médicaments, de vaccins ou de traitements contre le cancer afin d’encourager le meilleur résultat.

    En collaboration avec des experts australiens et allemands de l’Institut Max Planck pour la recherche sur les polymères, Krasimir Vasilev, professeur de nanotechnologie biomédicale à l’Université Flinders, teste les réponses du corps à divers traitements de surface des nanomatériaux.

    Cette nouvelle approche, appelée « dépôt de polymères plasmatiques », montre le potentiel d’adapter les réponses physiologiques aux nanomatériaux en modifiant leur composition chimique de surface pour qu’elle convienne à une application particulière.

    Les nanoparticules sont largement utilisées pour des applications biomédicales – des vaccins à l’administration de médicaments, aux diagnostics et à la thérapeutique – entraînant généralement une réponse quelconque des réponses cellulaires immunitaires innées du corps au corps étranger.

    « Nous travaillons sur un large éventail de techniques et de technologies de nano-ingénierie capables d’ajuster la réponse immunitaire d’un corps aux nanoparticules utilisées dans les traitements médicaux et l’administration de diverses thérapies afin d’améliorer leur efficacité dans des applications vitales avancées », déclare le professeur Matthew Flinders Vasilev. , du Flinders Health and Medical Research Institute de l’Université Flinders.

    « Lorsqu’un objet étranger pénètre dans notre corps, le corps réagit naturellement pour se protéger. C’est pourquoi nous avons des cicatrices d’une coupure ou une démangeaison d’une piqûre de moustique. Notre système immunitaire réagit, même lorsque l’objet étranger est beaucoup, beaucoup plus petit que un éclat, de taille nanométrique.

    « Pourtant, il existe des choses fantastiques qui peuvent être réalisées en utilisant de très petites particules. Par exemple, administrer des traitements agressifs à une tumeur cancéreuse sans endommager les organes sains qui l’entourent. »

    Le nouvel article publié dans Nanomatériaux décrit comment les propriétés de surface des nano-objets pourraient être intentionnellement modifiées pour changer la façon dont les cellules immunitaires y réagissent.

    Deux chimies ont induit des réponses très différentes : l’une a déclenché une réponse anti-inflammatoire, ce qui signifie que le nano-porteur pourrait passer inaperçu par le corps et le laisser circuler vers sa destination prévue. L’autre a conduit à une réponse inflammatoire, indiquant que ce type de nanoparticule stimulerait le système immunitaire et serait adapté à des fins vaccinales.

    « L’avenir de vaccins plus sûrs et plus efficaces, de l’administration de médicaments et même de diagnostics et de traitements du cancer et d’autres maladies pourrait être plus proche avec des investigations supplémentaires utilisant cette technique », ajoute la co-auteure, la professeure associée Melanie MacGregor, scientifique des matériaux et ARC Future Fellow qui auparavant a travaillé avec le professeur Vasilev au Future Industries Institute à UniSA Mawson Lakes.

    « Cette méthode peut également être utilisée pour modifier d’autres objets, grands ou petits, en fonction d’une application spécifique – du domaine biomédical à d’autres fins telles que l’imperméabilisation, l’antimicrobien, la lubrification élevée, etc. », dit-elle.

    L’article, « Influence de la chimie de surface des nanoparticules sur la composition de la couronne protéique et les réponses inflammatoires » (2022) par Laura E González-García, Melanie N MacGregor, Rahul M Visalakshan, Artur Lazarian, Alex A Cavallaro, Svenja Morsbach, Agnieszka Mierczynska-Vasilev, Volker Mailänder, Katharina Landfester et Krasimir Vasilev, a été publié dans Nanomatériaux.

    Remerciements: Microscopy Australia à UniSA, ARC, NHMRC et la Fondation Alexander von Humboldt pour les bourses de recherche pour chercheurs expérimentés.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université Flinders. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.