Création d’un nouveau composé anti-cancer


  • FrançaisFrançais



  • Une équipe de chercheurs du centre de cancérologie de l’Université du Kentucky Markey a développé de nouveaux composés chimiques prometteurs en tant que thérapie anticancéreuse potentielle pour traiter les tumeurs agressives.

    L’étude dirigée par Samuel G. Awuah, Ph.D., a été publiée dans Communications chimiques avec Adedamola Arojojoye, étudiante diplômée du laboratoire d’Awuah, en tant que premier auteur de l’article.

    Les nouveaux composés dérivés de l’or créés par le laboratoire d’Awuah étaient toxiques pour les cellules cancéreuses mais bien tolérés par les souris, leur donnant un potentiel dans le développement de nouveaux médicaments contre le cancer qui pourraient se rendre à la clinique.

    De nombreuses thérapies à base de métaux se sont avérées efficaces contre le cancer, les médicaments à base de platine étant une chimiothérapie de première intention pour les cancers des testicules, de la vessie, des poumons, du côlon et des ovaires. Certains composés à base de métaux, comme l’or(III), sont prometteurs en tant qu’agents anticancéreux, mais n’ont pas la stabilité nécessaire pour poursuivre le développement thérapeutique.

    Le laboratoire d’Awuah a synthétisé une nouvelle classe d’or (III), qui avait une structure différente et plus tolérante à un usage thérapeutique.

    En laboratoire, les nouveaux composés chiraux d’or(III) ont été étudiés sur un panel de lignées cellulaires cancéreuses pour tester leur efficacité et comprendre comment ils attaquent les cellules cancéreuses.

    Les composés ont montré une activité anticancéreuse contre les cellules cancéreuses du sein triple négatives agressives. Ils possédaient également un nouveau mécanisme qui provoquait le dysfonctionnement des mitochondries des cellules.

    Awuah affirme que le développement de médicaments qui provoquent un dysfonctionnement des mitochondries prive les cellules cancéreuses d’énergie et constitue une nouvelle stratégie pertinente pour inhiber la croissance du cancer qui serait utile en combinaison avec les thérapies existantes.

    « Continuer à développer des composés à base d’or a le potentiel de générer de nouveaux mécanismes d’action des médicaments et comprendre comment ils altèrent les cellules cancéreuses a des implications importantes dans la conception de médicaments et est d’une pertinence clinique », a déclaré Awuah.

    Awuah est professeur adjoint au département de chimie du Collège des arts et des sciences et occupe un poste conjoint au département des sciences pharmaceutiques du Collège de pharmacie. Son laboratoire se concentre sur le développement de nouvelles méthodes pour créer des outils chimiques qui interrogent des processus biologiques complexes comme thérapeutiques pour plusieurs maladies, dont le cancer.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par Université du Kentucky. Original écrit par Elizabeth Chapin. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *