Trois nouveaux biomarqueurs identifiés pour détecter la consommation de cannabinoïdes synthétiques émergents


  • FrançaisFrançais



  • Une équipe de scientifiques de l’Université nationale de Singapour (NUS) a identifié avec succès les biomarqueurs urinaires d’une sous-classe émergente de cannabinoïdes synthétiques, appelée OXIZID, pour surveiller les abus potentiels. Les OXIZIDs étaient les nouveaux cannabinoïdes synthétiques identifiés à Singapour en 2021.

    L’émergence de ces cannabinoïdes synthétiques a également posé un défi à la politique en matière de drogue. Bien que les gouvernements aient imposé des interdictions législatives sur ces substances, les fabricants illicites ont produit de nouveaux cannabinoïdes synthétiques pour échapper à la détection médico-légale. L’un d’eux est OXIZID, qui possède un échafaudage moléculaire unique et n’est pas réglementé par les lois existantes, ce qui entraîne des abus potentiels.

    La consommation de cannabinoïdes synthétiques est souvent identifiée par la détection de biomarqueurs dans l’urine. Ces biomarqueurs sont souvent des métabolites du cannabinoïde synthétique d’origine consommé, car ces cannabinoïdes sont connus pour leur métabolisme rapide et étendu dans le corps humain. On sait peu de choses sur les profils des métabolites d’OXIZID, et leurs biomarqueurs associés n’ont pas encore été établis. Cela pose un défi aux toxicologues médico-légaux dans leurs tentatives d’identifier les abuseurs d’OXIZID.

    Une équipe de recherche dirigée par le professeur Eric Chan du département de pharmacie du NUS a collaboré avec le laboratoire de toxicologie analytique de l’Autorité des sciences de la santé (HSA) de Singapour pour étudier les propriétés métaboliques clés et identifier les biomarqueurs urinaires de quatre analogues d’OXIZID, en particulier BZO-HEXOXIZID, BZO -POXIZID, 5F-BZO-POXIZID et BZO-CHMOXIZID. Ces analogues ont été sélectionnés car ils ont été identifiés à la fois à Singapour et dans le monde.

    L’équipe s’est appuyée sur sa méthodologie de recherche précédemment développée, qui couple in vitro biosynthèse des métabolites OXIZID avec comparaison et analyse d’échantillons d’urine anonymisés d’usagers suspectés de drogue.

    Leurs conclusions ont été publiées dans Chimie clinique le 30 septembre 2022.

    Identifier les métabolites pour détecter la consommation d’OXIZID

    Afin d’identifier les métabolites spécifiques adaptés à la détection de la consommation des analogues OXIZID, l’équipe a commencé par identifier 12 à 16 métabolites majeurs de chacun des quatre analogues OXIZID. Ils ont ensuite réduit la sélection à trois métabolites qui pourraient servir de biomarqueurs urinaires de référence pour détecter la consommation d’OXIZID. Les métabolites ont été identifiés car ils sont des marqueurs uniques trouvés en grande abondance dans les échantillons d’urine après la consommation d’OXIZID.

    L’identification des trois nouveaux métabolites facilitera le travail des organismes de lutte contre la drogue du monde entier dans la surveillance de l’abus d’OXIZID. Par ailleurs, l’équipe NUS a également déterminé des enzymes critiques responsables des principales voies métaboliques impliquées dans le métabolisme rapide des OXIZIDs. Ces résultats peuvent faciliter une meilleure compréhension des implications toxicologiques de la consommation d’OXIZID. Cela pourrait aider à prédire les profils de métabolites de nouveaux cannabinoïdes synthétiques avec une structure de base similaire ainsi que les interactions médicamenteuses entre les OXIZID et d’autres drogues ou médicaments illicites.

    « En collaboration avec HSA, notre laboratoire a mené des recherches opportunes pour établir des biomarqueurs urinaires permettant de diagnostiquer l’utilisation illicite de cannabinoïdes synthétiques émergents à l’échelle mondiale. Notre travail témoigne de l’importance de la recherche multidisciplinaire, en particulier dans les sciences médico-légales et pharmaceutiques, dans développer des solutions innovantes pour résoudre les problèmes du monde réel », a déclaré le professeur Chan.

    Candidature et prochaines étapes

    HSA a appliqué les résultats de la recherche dans des analyses de routine pour surveiller la consommation d’OXIZID à Singapour. L’équipe a l’intention de poursuivre ses approches analytiques pour s’attaquer aux futurs cannabinoïdes synthétiques émergents.

    Source de l’histoire :

    Matériaux fourni par université nationale de Singapour. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *