La solitude (choisie ou non) peut être une chance d’appuyer sur le bouton de réinitialisation

La solitude, dit-on, amène des effets bénéfiques dans le brouhaha de nos sociétés effervescentes. Des expériences montrent que c’est le cas, mais cela ne doit pas être forcé et on doit la considérer comme un besoin plutôt que comme une corvée.



La est devenue un sujet de fascination dans les sociétés occidentales modernes parce que nous pensons que c’est un art perdu, souvent imploré, mais si rarement trouvé. Il pourrait sembler que nous devrions nous éloigner complètement de la société pour trouver des moments de paix pour nous-mêmes. Pourtant, il y a une citation que j’aime beaucoup dans le livre Solitude: In Pursuit of a Singular Life in a Crowded World (2017) du journaliste canadien Michael Harris:

Je ne veux pas fuir le monde, je veux me retrouver à l’intérieur. Je veux savoir ce qui se passe si nous prenons à nouveau des doses de solitude à l’intérieur de nos journées bondées, le long de nos rues bondées.

Solitude et non

Constamment, lentement, l’intérêt de la recherche pour la solitude a augmenté. Notez que la solitude, être seul, n’est pas synonyme de solitude, qui est un sentiment subjectif d’isolement social indésirable qui est connu pour nuire à la santé mentale et physique. En revanche, ces dernières années, de nombreuses études observationnelles ont documenté une corrélation entre un plus grand bien-être et une motivation saine pour la solitude, c’est-à-dire, la solitude comme quelque chose d’agréable et de précieux.

Mais en soi, cela ne prouve pas que la recherche de la solitude est bénéfique. En science, pour faire une telle déclaration causale, nous devons isoler la « solitude » comme seule variable, tout en maintenant constantes les autres explications alternatives. C’est un défi difficile. Dans la vie de tous les jours, nous passons du temps seuls tout en faisant d’autres choses, comme travailler, aller à l’épicerie, conduire, faire une promenade, apprendre un passe-temps ou lire un livre. Sans doute, avec tant de variations dans la façon dont les gens passent leur temps seuls, il est difficile de déclarer définitivement que c’est la solitude en soi qui améliore notre bien-être.

En menant des études expérimentales, dans lesquelles des volontaires ont passé du temps dans des conditions contrôlées dans la solitude ou avec d’autres, une équipe de chercheurs, dirigée par la psychologue clinicienne Netta Weinstein à l’Université de Cardiff et moi-même, a surmonté les lacunes de la recherche corrélationnelle, mettant en lumière dans quels domaines la solitude est une bonne chose.

L’effet de désactivation

Dans une série d’études, nous avons examiné comment les émotions des gens ont changé après avoir passé du temps seules. Nous avons mesuré les émotions positives associées à une excitation élevée, telles que l’excitation et la dynamisation, et les émotions positives à faible excitation, telles que le calme et la relaxation; nous avons également mesuré les émotions négatives à excitation élevée, comme la colère et l’anxiété, et les émotions négatives à faible excitation, comme la solitude et la tristesse.

En couvrant les deux pôles de ce que les psychologues appellent « valence affective » (positive vs négative) et « excitation affective » (élevée vs faible), nous avons démontré que le temps passé seul offre une opportunité unique de « régulation de l’excitation », c’est-à-dire à la fois positive et les formes négatives d’excitation élevée diminuent lorsque nous passons du temps seuls. Nous avons appelé cela « l’effet de désactivation ».

Alors que l’effet de désactivation était cohérent dans toutes les conditions de solitude que nous avons conçues, les changements dans les effets positifs et négatifs à faible excitation dépendaient de la motivation d’une personne à passer du temps seule. Si les bénévoles embrassaient et appréciaient la solitude pour ses avantages, ils avaient tendance à ressentir une augmentation des émotions positives à faible excitation, c’est-à-dire à se sentir plus détendus et calmes par la suite, mais si les gens n’aimaient pas passer du temps seuls, ils étaient plus susceptibles de vivre une augmentation des émotions négatives à faible excitation, c’est-à-dire se sentir triste et solitaire.

Vouloir la solitude

Cela signifie que, pour gagner davantage en passant du temps seul, il est important d’être ouvert aux avantages que la solitude peut apporter. Pour de nombreuses personnes confrontées à des restrictions sur leurs mouvements et leur vie sociale, ce sera une période de solitude; pour certains d’entre nous, ce pourrait être l’occasion d’essayer de ressentir les bienfaits d’une solitude inattendue. Bien que cela n’améliore pas notre vie dans son ensemble, il peut rendre les épisodes d’émotions négatives momentanés plus supportables.

Si nous pouvons bénéficier de l’effet de désactivation (c’est-à-dire réduire nos niveaux d’excitation) simplement en passant du temps seul, est-ce important que nous allions sur les réseaux sociaux, pendant ce temps, ou que nous fassions autre chose ? On me pose souvent cette question. Les preuves que nous avons recueillies suggèrent que la navigation sur votre téléphone n’annule pas l’effet de désactivation. Cependant, cela enlève un avantage différent de passer ce temps seul sans activité occupante: l’opportunité de l’autoréflexion.

Dans nos études, nous définissons l’autoréflexion comme l’acte de s’occuper de ses pensées et de ses sentiments. Dans deux expériences, nous avons constaté que ceux qui étaient dans une solitude totale, sans activité secondaire, se reflétaient davantage que ceux qui lisaient seuls. Ceux qui étaient seuls, naviguant sur les réseaux sociaux, étaient les moins réfléchis. En fait, si vous êtes quelqu’un qui a tendance à se réfléchir, notre recherche a montré que le temps seul est plus agréable si vous vous permettez de vous asseoir dans la solitude plutôt que de lire ou d’utiliser votre téléphone.

Eviter les ruminations

Bien sûr, ce n’est pas une nouvelle idée. Il a été largement suggéré dans les livres populaires et les textes philosophiques que le temps passé seul est bon pour la réflexion sur soi. Pourtant, toutes les auto-réflexions pendant le temps passé seul ne sont pas qualitativement les mêmes: elles peuvent être perspicaces ou ruminantes. Dans nos expériences actuelles, lorsque Weinstein et moi demandons aux participants de décrire un moment où ils étaient seuls et se sentaient inauthentiques ou « faux » pour eux-mêmes, cela se caractérise par la variété ruminative de l’autoréflexion, remplie de pensées négatives et de regrets dont ils ne pouvaient pas s’échapper.

Lorsque la réflexion sur soi devient aigre et que la rumination prend le dessus, les pratiques de pleine conscience peuvent être une stratégie efficace pour certaines personnes pour calmer leurs pensées négatives répétitives. Cependant, cette suggestion doit être prise avec prudence car la pleine conscience ne fonctionne pas pour tout le monde et peut être mieux pratiquée avec modération. Donc, ce n’est peut-être pas une mauvaise idée de briser la solitude et de tendre la main à un ami de confiance, même par téléphone ou par message. Si vous avez le choix, il n’est jamais conseillé de rester dans la solitude lorsqu’elle n’est plus fructueuse, surtout si vous sentez que la rumination et l’inquiétude vous causent de la détresse.

Le temps seul est une occasion pour nous d’appuyer sur le bouton de réinitialisation, pour calmer nos émotions à forte excitation. Pendant le temps que nous passons seuls, nous avons également la possibilité de rechercher une solitude complète, de laisser tomber nos activités quotidiennes et de trouver un espace pour assister à nos pensées et émotions. Pourtant, si la solitude quotidienne est un art perdu, comme le suggère Harris, comment trouver la motivation pour la récolter ?

L’autonomie de la personne

La réponse dépend de l’individu mais, étonnamment, pas tant de savoir si vous êtes un introverti ou un extraverti. Au lieu de cela, notre recherche montre qu’une saine motivation pour passer du temps seul est liée à une caractéristique de la personnalité appelée « autonomie dispositionnelle », qui décrit la capacité des gens à réguler à volonté leurs expériences quotidiennes. Essentiellement, cela signifie qu’adopter la solitude, c’est plus avoir la capacité d’autoréguler vos émotions que de savoir à quel point vous êtes introverti.

Les personnes dotées d’une personnalité autonome ont le sentiment d’avoir choisi de faire ce qu’elles font, au lieu de se considérer comme des pions à la merci de l’environnement extérieur. Avoir cette approche de la vie, c’est aussi s’intéresser à chaque partie de votre expérience, essayer de nouvelles expériences et explorer ce que vous ressentez à leur sujet. En effet, lorsque nous avons créé une manipulation dans le laboratoire où certaines personnes ont été contraintes de vivre la solitude (réduisant ainsi leur sentiment d’autonomie) et d’autres ont été invitées à s’y intéresser et à l’essayer (favoriser leur autonomie), celles qui ont été contraintes de la solitude voyait moins de valeur à en faire l’expérience et, à son tour, en retirait moins de plaisir.

Il est important de noter que tous les volontaires testés dans ces études étaient des étudiants universitaires aux États-Unis. Ainsi, ces résultats de 2017-2019 nous parlent des expériences quotidiennes avec la solitude des jeunes adultes dans des sociétés qui offrent un accès facile à de nombreuses options de divertissement et des horaires de travail flexibles. Dans une culture alimentée par des modes de vie rapides et des technologies pratiques, nous sommes facilement attirés par nos appareils et notre obsession de la productivité.

Quand nous sommes seuls, nous nous retrouvons à travailler, et quand nous avons un moment libre, nous voulons rattraper ce que font les autres en décrochant nos téléphones. Cela peut être vrai même lorsque les gens sont en confinement et incapables de socialiser en personne. Un tel état d’esprit, dans lequel nous cherchons activement à éviter la solitude, ne fait qu’augmenter les chances que nous trouvions l’expérience désagréable lorsqu’elle se présente. Inversement, en saisissant l’opportunité de détente et de réflexion qu’offrent les moments (voire les étirements) de solitude dans nos vies bien remplies, nous pouvons en récolter les fruits. Le moment où nous sommes seuls de façon inattendue peut être difficile, mais, au moins pour certains d’entre nous, il peut aussi être une bénédiction déguisée.

Traduction d’un article sur Aeon par Thuy-vy Nguyen, professeur adjoint en à l’université de Durham.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *