Bienvenue dans l’âge Meghalayen

Depuis l’été 2018, nous sommes désormais entrés dans l’âge Meghalayen. C’est le plus récent des âges qui fait partie de l’époque de l’Holocène. Une occasion de revenir sur la classification des différentes périodes géologiques et pourquoi l’Anthropocène pose un véritable problème dans sa classification.


La grotte indienne Mawmluh abrite la stalagmite de référence pour l’âge nouvellement nommé Meghalayen Crédit : Abhijeet Khedgikar/Shutterstock.com
La grotte indienne Mawmluh abrite la stalagmite de référence pour l’âge nouvellement nommé Meghalayen Crédit : Abhijeet Khedgikar/Shutterstock.com

, , . Les périodes citées dans l’ pourraient inspirer des images mentales de dinosaures, de trilobites ou d’autres animaux énigmatiques, contrairement à tout ce qui existe dans notre monde moderne. Ces étiquettes font partie d’un système que les scientifiques utilisent pour diviser l’ sur 4,6 milliards d’années. Les plus grandes divisions sont des éons qui se sont divisés en ères, qui se divisent en époques, qui se divisent en périodes, puis en âges.

Les géologues divisent l'existence de la Terre en différents parties de temps. Les Eons sont les plus grands. Ils sont ensuite divisés en ères, qui sont raffinées en époques, qui se divisent en périodes. Enfin, la plus petite période est un âge. Ils correspondent à des signaux imprimés sur la géologie de notre planète - Crédit : The Conversation, CC-BY-ND

Les géologues divisent l’existence de la Terre en différents parties de temps. Les sont les plus grands. Ils sont ensuite divisés en ères, qui sont raffinées en époques, qui se divisent en périodes. Enfin, la plus petite période est un âge. Ils correspondent à des signaux imprimés sur la de notre planète – Crédit : The Conversation, CC-BY-ND

Officiellement, nous vivons à l’époque de l’. Informellement, les gens parlent de notre époque comme l’, fusionnant les humains avec le jargon du temps géologique. Et maintenant, il y a un nouvel âge avec un nouveau nom, le .1 Alors, comment la coutume de diviser et de catégoriser le temps a-t-elle commencé et qui peut décider quand il y a un nouvel âge, une nouvelle époque ou une nouvelle ère ?

Avant les âges, le nom des roches

L’échelle de temps géologique n’était pas tout à fait intentionnelle, du moins au début. Au début des années 1800, les géologues ont commencé à créer des cartes et des descriptions montrant les différents types de roches présentes dans l’Europe occidentale. Une partie de ce processus était motivée par la curiosité naturelle. Le Trias est nommé parce que la même couche en trois parties, du schiste riche en carbonate sur du calcaire riche en fossiles sur du grès rouge, a été trouvée dans toute l’Europe occidentale.2 Pour les scientifiques européens, cette configuration semblait assez commune pour justifier un nom.

Certains étiquetages ont émergé des motivations économiques. Si un type particulier de grès, de calcaire ou de charbon s’avérait utile, alors les gens voulaient savoir où placer une carrière ou une mine pour trouver la même roche. L’étude de la stratification et de l’organisation des roches s’est formalisée en .3 Pour attribuer un nom à une roche particulière, les stratigraphes mettent en place des critères. Il devait y avoir un endroit où on peut trouver l’archétype de cette roche. Il devrait y avoir une distribution géographique étendue comme pour le Trias. Il pourrait y avoir des fossiles de signature qui ne se trouvent que dans cette roche ou ne sont pas trouvés dans des roches plus jeunes (suggérant une extinction) ou des roches plus anciennes (nous indiquant quand une nouvelle espèce s’est développée).

Les roches près de Gubbio, en Italie, changent de couleur et de texture à la ligne indiquant l’événement d’extinction du Crétacé-Paléogène qui a anéanti les dinosaures il y a 66 millions d’années. Une casquette de baseball montre une échelle - Crédit : Robert DeConto et Mark Leckie, UMass Geosciences, CC BY-ND

Les roches près de Gubbio, en Italie, changent de couleur et de texture à la ligne indiquant l’événement d’extinction du Crétacé-Paléogène qui a anéanti les dinosaures il y a 66 millions d’années. Une casquette de baseball montre une échelle – Crédit : Robert DeConto et Mark Leckie, UMass Geosciences, CC BY-ND

Les noms des divisions des roches proviennent de leur provenance ou de la meilleure description qui s’y applique. Par exemple, les roches dévoniennes viennent du Devonshire, les roches cambriennes viennent du pays de Galles (qui s’appelait Cambria au temps des Romains) ou de caractéristiques évidentes. Les roches crétacées en Europe sont remplies de fossiles qui constituent une source riche de craie. Les roches carbonifères du monde entier comprennent d’importantes ressources en charbon.

Connecter les roches aux époques

Le grand saut mental a connecté les roches au temps, les roches dévoniennes se sont formées au cours de ce qui allait être appelé le temps dévonien. C’est ainsi que le temps géologique est devenu un raccourci pour les événements majeurs et les changements de l’histoire de la vie sur Terre. Le crétacé n’est pas que de la craie. C’était le moment où les conditions étaient propices pour que les mers soient remplies d’immenses populations de plancton, dont les corps ont coulé au fond de l’océan et ont fini par former de la craie à leur mort.

Ce qui a commencé comme un système permettant de distinguer différentes roches en Europe occidentale est devenu un moyen formalisé, sophistiqué et systématique de réfléchir à la vie et au temps et aux manières dont celles-ci sont enregistrées dans les roches. L’histoire de l’atmosphère terrestre en est un exemple. Des proxies chimiques invisibles, créées par des organismes anciens et conservés dans des roches sédimentaires, enregistrent les augmentations et les baisses d’oxygène et de dioxyde de carbone au cours des 600 millions d’années passées. Celles-ci coïncident avec des événements le long de l’échelle de temps géologique tels que les extinctions massives majeures, l’évolution des plantes terrestres et l’assemblage et la dissolution des supercontinents.

La carte officielle du temps géologique sur des milliards d’années. http://www.stratigraphy.org, CC BY-NC-ND

La carte officielle du temps géologique sur des milliards d’années. http://www.stratigraphy.org, CC BY-NC-ND

Qu’il s’agisse de fossiles ou de minéraux ou de signatures chimiques minuscules, les enregistrements stratigraphiques révèlent l’interaction entre la vie, la terre et l’environnement à travers le temps.

Définir l’âge Meghalayen

Les scientifiques continuent d’affiner l’échelle de temps géologique. L’été 2018 nous a apporté la dénomination officielle d’un nouvel âge : le Meghalayen.4

De nombreux enregistrements climatiques montrent que la Terre a connu un changement brusque vers un climat plus frais et plus sec il y a 4 200 ans. Une équipe dirigée par le stratigraphe et climatologue Mike Walker a proposé qu’il s’agisse d’un événement significatif à l’échelle mondiale, mieux représentée par les signaux climatiques découverts dans une stalagmite de la grotte de Mawmluh dans l’État de Meghalaya, au nord-est de l’Inde.1

La Commission internationale de stratigraphie (ICS) et son organe de tutelle, l’Union internationale des sciences géologiques, votent et ratifient ces propositions.5 L’ICS est en effet le gardien officiel de l’échelle de temps géologique.6 Quand une nouvelle division temporelle est approuvée, comme dans le cas du Meghalayen, l’ICS définit la description officielle et ajoute ce nouveau détail à l’échelle de temps géologique.

Des couches au sein de la stalagmite indienne qui définit le début de l'âge méghalayan de l'Holocène supérieur, il y a 4 200 ans - Crédit : Stanley C. Finney, CSULB, CC BY-ND

Des couches au sein de la stalagmite indienne qui définit le début de l’âge méghalayan de l’Holocène supérieur, il y a 4 200 ans – Crédit : Stanley C. Finney, CSULB, CC BY-ND

Toutes les roches de moins de 4 200 ans font maintenant partie de l’âge Meghalayen. Il y a 4 200 ans, le temps est passé à l’âge de Meghalayen. Mais on doit entrer dans les détails.

Diviser l’Holocène

En juillet 2018, l’Holocène, la plus récente époque de 11 700 ans à nos jours, est divisée en trois âges : le Groenlandien, le Northgrippien et le Meghalayen. Les deux premiers sont inhabituels, car leurs localités types ne sont pas des roches. À la place, ils sont des couches de glace profondes dans la calotte glaciaire du Groenland. Les deux sont définis par des changements environnementaux majeurs à l’échelle mondiale : le réchauffement dans le cas du Groenland et les effets d’entraînement de la fonte des glaces pour le Northgrippien.

Le Meghalayen est également inhabituel, et pas seulement pour sa toute première utilisation d’une stalagmite comme roche qui définit l’archétype. Le changement climatique à l’échelle mondiale qui définit le début du Meghalayen coïncide avec une période de migration continue et d’effondrement de nombreuses civilisations humaines anciennes du monde entier. Pour la première fois, notre stratigraphie a été définie au moins en partie par les effets sur les activités humaines.

Qu’en est-il de l’Anthropocène ?

Ce qui nous amène à l’idée d’un Anthropocène, une division proposée du temps géologique définie par des signes d’activités humaines dans le registre géologique.7 Si les activités humaines peuvent être associées aux divisions du temps géologique, comme cela a été fait pour le Meghalayen, et que nous définissons le temps géologique en fonction de diverses caractéristiques dans les roches, que peut-on faire de l’impression inéluctable des activités humaines dans la roche ?

Il y a de bons arguments pour et contre un Anthropocène.8

Les êtres humains ont clairement modifié les paysages par la déforestation, l’agriculture et l’industrialisation, qui ont notamment accéléré l’érosion et l’accumulation de sédiments.9 Les plastiques s’accumulent dans nos océans et notre biosphère, laissant un marqueur à l’échelle mondiale de ces matériaux synthétiques dans les sols et les sédiments.10 Les humains provoquent des taux d’extinction élevés et des changements rapides dans les endroits où les espèces se trouvent dans le monde.11 12 Et bien sûr, la combustion des énergies fossiles et les changements climatiques induits par l’homme laissent des signatures dans les registres de sédiments du monde entier.13

De minuscules particules microplastiques se propagent dans l’environnement, laissant une signature humaine dans la stratigraphie de la Terre - Crédit : AP Photo / Ted S. Warren

De minuscules particules microplastiques se propagent dans l’environnement, laissant une signature humaine dans la stratigraphie de la Terre – Crédit : AP Photo / Ted S. Warren

Mais à ce jour, la Commission internationale de stratigraphie n’a pas approuvé la désignation d’un Anthropocène. Un défi consiste à se mettre d’accord sur le début de l’Anthropocène. Tandis que des éléments tels que le plastique ou le dioxyde de carbone provenant des combustibles fossiles sont géologiquement récents, les impacts humains sur les paysages, la biodiversité et la biogéographie peuvent s’étendre sur des milliers d’années. Il est très difficile de déterminer le premier moment où notre espèce a commencé à affecter la Terre.

Les nouvelles divisions de l’Holocène ont également réduit le temps disponible pour un Anthropocène. Le Meghalayen a commencé il y a 4 200 ans et continue jusqu’à présent. En termes simples, il ne reste plus de temps dans l’Holocène où nous pourrions mettre un Anthropocène. Pour que l’Anthropocène soit inclus dans l’échelle de temps géologique formelle, les stratigraphes devront argumenter que son apparition était d’envergure mondiale, simultanée dans le monde entier et significative dans son empreinte sur l’enregistrement géologique.

Ou peut-être que ces types d’exigences formelles ne s’appliquent plus. Comme les scientifiques reconnaissent que les humains font maintenant partie de la stratigraphie, nous devons peut-être repenser nos critères de manière à séparer le temps géologique du temps humain.

Traduction d’un article de The Conversation par Steve Petsch, professeur adjoint de géosciences à l’université de Massachusetts Amherst.

Sources

1.
Collapse of civilizations worldwide defines youngest unit of the Geologic Time Scale. stratigraphy.org. http://www.stratigraphy.org/index.php/ics-news-and-meetings/119-collapse-of-civilizations-worldwide-defines-youngest-unit-of-the-geologic-time-scale. Published September 11, 2018. Accessed September 11, 2018.
2.
Triassic Period | geochronology. Encyclopedia Britannica. https://www.britannica.com/science/Triassic-Period. Published September 11, 2018. Accessed September 11, 2018.
3.
Stratigraphy | geology. Encyclopedia Britannica. https://www.britannica.com/science/stratigraphy-geology. Published September 11, 2018. Accessed September 11, 2018.
4.
Formal subdivision of the Holocene Series/Epoch. qpg.geog.cam.ac.uk. https://www.qpg.geog.cam.ac.uk/news/formalsubdivisionoftheholoceneseriesgeogr18.pdf. Published September 11, 2018. Accessed September 11, 2018.
5.
Stratigraphy.org. stratigraphy.org. http://www.stratigraphy.org/. Published September 11, 2018. Accessed September 11, 2018.
6.
Ics Chart Timescale. stratigraphy.org. http://www.stratigraphy.org/index.php/ics-chart-timescale. Published September 11, 2018. Accessed September 11, 2018.
7.
Working Group on the ‘Anthropocene.’ quaternary.stratigraphy.org. http://quaternary.stratigraphy.org/working-groups/anthropocene/. Published September 11, 2018. Accessed September 11, 2018.
8.
Nichols K, Gogineni B. The Anthropocene’s dating problem: Insights from the geosciences and the humanities. T. 2018;5(2):107-119. doi:10.1177/2053019618784971
9.
Erosion and Sedimentation. waterencyclopedia.com. http://www.waterencyclopedia.com/En-Ge/Erosion-and-Sedimentation.html. Published September 11, 2018. Accessed September 11, 2018.
10.
van Sebille E, Lavender Law K. Far more microplastics floating in oceans than thought. The Conversation. https://theconversation.com/far-more-microplastics-floating-in-oceans-than-thought-51974. Published January 7, 2016. Accessed September 11, 2018.
11.
Ceballos G. Study: humans causing sixth extinction event on Earth. The Conversation. https://theconversation.com/study-humans-causing-sixth-extinction-event-on-earth-43439. Published June 19, 2015. Accessed September 11, 2018.
12.
McGuire J. Can “climate corridors” help species adapt to warming world? The Conversation. https://theconversation.com/can-climate-corridors-help-species-adapt-to-warming-world-61190. Published August 3, 2016. Accessed September 11, 2018.
13.
Zalasiewicz J, Waters CN, Williams M, et al. When did the Anthropocene begin? A mid-twentieth century boundary level is stratigraphically optimal. Q. 2015;383:196-203. doi:10.1016/j.quaint.2014.11.045
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *