La chimiophobie est irrationnelle, nuisible et difficile à combattre

« Si vous ne pouvez pas l’épeler, c’est toxique ». La chimiophobie atteint des sommets assez délirants ces dernières années avec la montée d’une écologie plus que militante. Mais croire qu’il y a une différence entre naturel et chimique est non seulement irrationnel, mais peut devenir dangereux. Toutefois, c’est une croyance profondément ancrée en nous.


"Si vous ne pouvez pas l'épeler, c'est toxique". La chimiophobie atteint des sommets assez délirants ces dernières années avec la montée d'une écologie plus que militante. Mais croire qu'il y a une différence entre naturel et chimique est non seulement irrationnel, mais peut devenir dangereux. Toutefois, c'est une croyance profondément ancrée en nous.

Nous ressentons tous une connexion profonde avec le monde naturel. E O Wilson a qualifié cette sensation de biophilie: l’envie de s’affilier à d’autres formes de vie. Ce sentiment de connexion apporte une grande satisfaction émotionnelle. Cela peut diminuer les niveaux de colère, d’anxiété et de douleur. Cela a sans aucun doute aidé notre espèce à survivre, car nous sommes fondamentalement dépendants de notre environnement et de notre écosystème.

La de Rachel Carson

Mais récemment, la biophilie a engendré une variante extrême: la chimiophobie, un rejet réflexif des produits chimiques synthétiques modernes. La chimiophobie est une conséquence du mouvement écologiste moderne, notamment le livre de Rachel Carson, Silent Spring (1962), qui diabolisait les produits chimiques en les qualifiant de partenaires sinistres et peu reconnus des radiations… pénétrant dans des organismes vivants se transmettant de manière empoisonnée et mortelle.

Les paroles de Carson ont contribué à inspirer l’essence sans plomb, l’US Clean Air Act, l’interdiction du DDT et d’autres progrès environnementaux extrêmement importants. Cependant, même si une grande partie du monde est devenue plus propre, le mouvement anti-chimique est devenu tellement polarisé que tous les produits chimiques artificiels sont maintenant considérés comme dangereux. Cette fausse hypothèse a conduit à une demande populaire pour des produits naturels, voire sans produits chimiques.

Les composants chimiques d’une banane

En réalité, les produits naturels sont généralement plus complexes sur le plan que tout ce que nous pouvons créer en laboratoire. Pour démontrer, j’ai décomposé les composants d’une banane ordinaire.

(Par souci de brièveté, j’ai omis les milliers d’ingrédients minoritaires, y compris l’ADN.)

Voici le résultat :

  • Eau (75%)
  • Sucres (12%) (glucose (48%)
  • Fructose (40%)
  • Sucrose (2%, Maltose (<1%)
  • Amidon (5%)
  • Fibre E460 (3%)
  • Acides Aminés (<1%) (acide Glutamique (19%)
  • Acide Aspartique (16%)
  • Histidine (11%)
  • Leucine (7%)
  • Lysine (5%)
  • Phénylalanine (4%)
  • Arginine (4%)
  • Valine (4%)
  • Alanine (4%)
  • Sérine (4%)
  • Glycine (3%)
  • Threonine (3%)
  • Isoleucine (3%)
  • Proline (3%)
  • Tryptophane (1%)
  • Cystine (1%)
  • Tyrosine (1%)
  • Méthionine (1%)
  • Acides Gras (1%) (acide Palmitique (30%)
  • Omega-6 Acide Gras: Acide Linoleique (14%)
  • Omega-3 Acide Gras: Acide Linolénique (8%)
  • Acide Oléique (7%)
  • Acide Palmitoleique (3%)
  • Acide Stearique (2%)
  • Acide Laurique (1%)
  • Acide Myristique (1%)
  • Acide Caprique (<1 %)
  • Cendres (<1%), Phytosterols, E515, Acide Oxalique, E300, E306 (tocopherol)
  • Phylloquinone
  • Thiamin
  • Couleurs (yellow Orange E101 (riboflavin)
  • Yellow-brown E160a) Éthanoate De 1-yl
  • 2-méthylpropan-1-ol
  • 3-méthylbutyl-1-ol
  • 2-hydroxy-3-méthylbutyl-1-hydroxy-3-méthylbutyl-éthylate
  • Échantillon Tanoate D’acétate De Pentyle)
  • 1510
  • Agent De Développement Naturel (gaz d’éthène)

Aucune différence entre la chimie naturelle et synthétique

Cet exercice illustre un point plus large. La distinction entre produits chimiques naturels et synthétiques n’est pas simplement ambiguë, elle est inexistante. Le fait qu’un ingrédient soit synthétique ne le rend pas automatiquement dangereux et le fait qu’il soit naturel ne le rend pas sûr.

Le Botulinum, produit par les bactéries qui se développent dans le miel, est plus de 1,3 milliard de fois plus toxique que le plomb et c’est la raison pour laquelle les nourrissons ne devraient jamais manger de miel. Une tasse de pépins de pomme contient suffisamment de cyanure naturel pour tuer un être humain adulte. Les produits chimiques naturels peuvent être bénéfiques, neutres ou dangereux en fonction de la posologie et de la manière dont ils sont utilisés, tout comme les produits chimiques de synthèse.

La question de savoir si un produit chimique est naturel ne devrait jamais être un facteur dans l’évaluation de sa sécurité. Les idées fausses sur les composés naturels par opposition aux composés synthétiques peuvent avoir des conséquences dévastatrices. L’inquiétude suscitée par le formaldéhyde en est un exemple révélateur. Le formaldéhyde est naturellement présent dans les fruits, les légumes, la viande, les œufs et le feuillage.

L’exemple du formaldéhyde

On le trouve en concentrations élevées dans le canard de Pékin (120 parties par million), le saumon fumé (50 ppm) et les viandes transformées (20 ppm), résultat normal du processus de séchage traditionnel. On le trouve à des niveaux d’environ 2 ppm dans un corps humain en bonne santé où il joue un rôle important dans la production d’ADN. Le formaldéhyde est également utilisé dans diverses industries en tant que conservateur.

Les gens acceptent automatiquement les nombreuses sources naturelles de formaldéhyde présentes partout, mais de minuscules traces de formaldéhyde artificiel dans les vaccins et les produits cosmétiques ont provoqué un tollé général, même si tout le formaldéhyde est chimiquement identique: le CH2O.

L’un de ces incidents en 2013 a contraint Johnson & Johnson à dépenser plus de 10 millions de dollars pour reformuler sa gamme de soins de la peau. Ils l’ont fait alors même que la quantité de formaldéhyde présent était si faible qu’une personne moyenne devrait prendre 40 millions de bains par jour avant que cela ne représente une menace sérieuse.

La chimiophobie peut tuer

Les vaccins contiennent également de très petites quantités de formaldéhyde. L’inquiétude suscitée par le formaldéhyde artificiel est l’une des raisons pour lesquelles certaines personnes évitent les vaccins, même si le taux de formaldéhyde contenu dans un vaccin (100 µg) est 80 fois inférieur à celui d’une simple poire (12 000 µg).

Le niveau est si bas qu’un vaccin ne modifie même pas de manière mesurable la concentration (naturelle) de formaldéhyde dans le sang d’un enfant. Contrairement aux traces inoffensives de formaldéhyde, toutefois, l’évitement de la vaccination a provoqué de nombreux décès évitables, notamment des épidémies de rougeole localisées en Californie, en Allemagne et au pays de Galles ces dernières années.

Se battre contre la peur est difficile, mais pas impossible. La communauté scientifique décrit la chimiophobie comme un préjugé non clinique comme l’homophobie ou la xénophobie, c’est-à-dire non une phobie médicale, mais une aversion acquise. Cette idée suggère quelques stratégies prometteuses.

La pédagogie doit commencer dès l’école

Une grande partie de la solution commence dans les écoles. Les professeurs de chimie des écoles secondaires et des collèges doivent contrecarrer la notion selon laquelle les laboratoires sont des endroits sales où on crée des substances dangereuses. Quand un élève m’a demandé : Si je ne peux pas manger dans un laboratoire par peur de la contamination, comment un aliment fabriqué dans un laboratoire peut-il être sans danger ?

Nous ne pouvons pas atténuer les messages de sécurité dans les cours de chimie, ils sont essentiels et une exigence légale de mon travail, mais nous pouvons les clarifier. Les enseignants devraient parler de techniques de contrôle de la qualité et de purification industrielles afin de communiquer les normes de pureté extrêmement élevées requises avant que les produits chimiques puissent être certifiés sans danger pour la consommation humaine.

Informer les consommateurs que les produits naturels ne sont pas toujours sûrs encouragera des choix de santé plus judicieux. Une réglementation plus stricte des conditions de marketing est également importante. Le marché mondial des « produits de soins personnels naturels » et biologiques devrait atteindre 16 milliards de dollars d’ici 2020, même si ces produits ne présentent généralement aucun avantage en termes de sécurité par rapport à leurs équivalents synthétiques.

Interdiction des termes « naturels », « purs » ou « sans » dans le marketing

Le terme « pur » doit désigner uniquement les produits contenant un seul ingrédient. Les produits naturels doivent être vendus exactement tels qu’ils se produisent dans la nature et « naturel » doit être interdit en tant que terme commercial pour les cosmétiques et autres produits. Enfin, il faut mettre un terme à l’utilisation de la mention « sans produits chimiques », une impossibilité logique, sur les étiquettes des produits.

Les racines de la chimiophobie sont profondes. Nous sommes irrationnellement déterminés à surestimer l’ampleur des risques qui nous sont imposés. Les Américains ont 35 000 fois plus de risques de mourir de maladies cardiaques que de terrorisme, mais le terrorisme est au premier rang des préoccupations de la population.

Ce n’est que par une meilleure connaissance de la chimie et de la toxicologie que nous pourrons commencer à évaluer les risques liés aux produits chimiques d’une manière plus rationnelle et plus saine. Alors peut-être que nous pourrons ramener la chimiophobie vers la biophilie, en créant une conscience que les humains sont chimiquement connectés à tout le monde qui nous entoure.

Traduction d’un article sur Aeon par James Kennedy qui a étudié les sciences naturelles à l’université de Cambridge. Il enseigne la chimie à Melbourne en Australie.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *