Un système informatisé classe les atmosphères des planètes et identifie celles qui conviennent aux futurs établissements humains


  • FrançaisFrançais



  • La crise climatique représente un énorme défi pour tous les habitants de la Terre. Cela a conduit de nombreux scientifiques à rechercher des exoplanètes, des planètes extérieures à notre système solaire que les humains pourraient potentiellement coloniser.

    Le télescope spatial James Webb a été développé dans le cadre de cette recherche pour fournir des données d’observation détaillées sur les exoplanètes semblables à la Terre dans les années à venir. Un nouveau projet, dirigé par le Dr Assaf Hochman de l’Institut Fredy & Nadine Herrmann des sciences de la Terre de l’Université hébraïque de Jérusalem (HU), en collaboration avec le Dr Paolo De Luca du Barcelona Supercomputing Center et le Dr Thaddeus D. Komacek à l’Université du Maryland, a développé avec succès un cadre pour étudier les atmosphères de planètes lointaines et localiser les planètes adaptées à l’habitation humaine, sans avoir à les visiter physiquement. Leur étude de recherche conjointe a été publiée dans le Journal astrophysique.

    La classification des conditions climatiques et la mesure de la sensibilité du climat sont des éléments centraux lors de l’évaluation de la viabilité des exoplanètes en tant que candidats potentiels à l’habitation humaine. Dans l’étude actuelle, l’équipe de recherche a examiné TRAPPIST-1e, une planète située à environ 40 années-lumière de la Terre et qui devrait être documentée par le télescope spatial James Webb au cours de l’année à venir. Les chercheurs ont examiné la sensibilité du climat de la planète à l’augmentation des gaz à effet de serre et l’ont comparée aux conditions sur Terre. À l’aide d’une simulation informatisée du climat sur TRAPPIST-1e, ils ont pu évaluer l’impact des changements de concentration de gaz à effet de serre.

    L’étude s’est concentrée sur l’effet d’une augmentation du dioxyde de carbone sur les conditions météorologiques extrêmes et sur le taux de changement des conditions météorologiques sur la planète. « Ces deux variables sont cruciales pour l’existence de la vie sur d’autres planètes, et elles sont maintenant étudiées en profondeur pour la première fois dans l’histoire », a expliqué Hochman.

    Selon l’équipe de recherche, l’étude de la variabilité climatique des exoplanètes semblables à la Terre permet de mieux comprendre les changements climatiques que nous connaissons actuellement sur Terre. De plus, ce type de recherche offre une nouvelle compréhension de la façon dont l’atmosphère de la planète Terre pourrait changer à l’avenir.

    Hochman et ses partenaires de recherche ont découvert que la planète TRAPPIST-1e a une atmosphère nettement plus sensible que la planète Terre. Ils estiment qu’une augmentation des gaz à effet de serre là-bas pourrait entraîner des changements climatiques plus extrêmes que ceux que nous connaîtrions ici sur Terre, car un côté de TRAPPIST-1e fait constamment face à son propre soleil, de la même manière que notre lune a toujours un côté tourné vers le Terre.

    Comme l’a conclu Hochman, « le cadre de recherche que nous avons développé, ainsi que les données d’observation du télescope spatial Webb, permettront aux scientifiques d’évaluer efficacement les atmosphères de nombreuses autres planètes sans avoir à envoyer une équipe spatiale pour les visiter physiquement. Cela nous aidera à faire des décisions éclairées à l’avenir sur les planètes qui sont de bons candidats pour l’établissement humain et peut-être même pour trouver la vie sur ces planètes. »

    Source de l’histoire :

    Matériel fourni par L’Université hébraïque de Jérusalem. Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    La Rédaction

    L'équipe rédactionnelle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *