Hayabusa2 commence à dévoiler les mystères de l’astéroïde Ryugu

Hayabusa2 a commencé à transmettre ses données et images sur l’astéroïde Ryugu. Et la surprise est l’absence d’eau sur ce rocher céleste.


Ryugu a un albédo ou une réflectance inhabituellement faible de 2%, donc à nos yeux, il est plus noir que le charbon. Les caméras de Hayabusa2 sont particulièrement sensibles afin de résoudre les petits détails - Crédit : © 2019 Seiji Sugita et al., Science
Ryugu a un albédo ou une réflectance inhabituellement faible de 2%, donc à nos yeux, il est plus noir que le charbon. Les caméras de Hayabusa2 sont particulièrement sensibles afin de résoudre les petits détails - Crédit : © 2019 Seiji Sugita et al., Science

Les premières données reçues de la sonde en orbite de l’astéroïde aident les scientifiques de l’espace à explorer les conditions du ancien. La sonde spatiale a rassemblé une grande quantité d’images et d’autres données qui ont fourni aux chercheurs des indices sur l’histoire de Ryugu, notamment sur la manière dont il s’était formé à partir d’un corps parent plus important. Ces détails permettent aux chercheurs de mieux estimer les quantités et les types de matériaux essentiels à la vie présents lors de la formation de la Terre.

L’exploration de Ryugu par Hayabusa2

Le sol a tremblé. Mon coeur s’est emballé. Le compte à rebours a indiqué 3 … 2 … 1 … Décollage ! selon le professeur Seiji Sugita du département des sciences de la Terre et des planètes de l’Université de Tokyo. Je ne me suis jamais senti aussi excité et nerveux en même temps. Ce n’était pas une simple expérience scientifique venant s’ajouter à cette fusée. C’était l’aboutissement du travail de ma vie et des espoirs et rêves de toute mon équipe.

Ryugu, exploré par Hayabusa2, est un astéroïde de type C, riche en carbone, d'environ 900 m de large - Crédit : © 2019 Seiji Sugita et al., Science

Ryugu est un , riche en carbone, d’environ 900 m de large – Crédit : © 2019 Seiji Sugita et al., Science

Le mercredi 3 décembre 2014, une fusée orange et blanche de près de 300 tonnes et d’une hauteur de plus de 50 mètres a été lancée depuis le centre spatial de Tanegashima, dans le sud-ouest du Japon, et a réussi à propulser la sonde Hayabusa2 dans l’espace. Sa trajectoire, soigneusement calculée, a balancé Hayabusa2 autour de la Terre pour prendre de la vitesse et atteindre sa destination dans la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter. La cible était l’astéroïde Ryugu et Hayabusa2 sont arrivés à l’heure prévue le mercredi 27 juin 2018.

L’absence d’eau sur Ryugu intrigue les chercheurs

Depuis lors, l’engin spatial a utilisé une large gamme de caméras et d’instruments pour collecter des images et des données sur Ryugu, qu’il envoie continuellement aux chercheurs sur Terre. Il a même effectué un bref atterrissage en douceur en prévision d’une seconde où il collectera des matériaux en vrac, le régolithe, avant de revenir sur Terre. Nous devrons attendre jusqu’en 2020 avant que cet échantillon ne revienne, mais les chercheurs sont loin d’être inactifs dans l’intervalle.

Quelques mois à peine après la réception des premières données, nous avons déjà effectué des découvertes alléchantes selon Sugita. Le principal est la quantité d’eau ou son absence. Il est beaucoup plus sec que prévu et étant donné que Ryugu est assez jeune (selon les normes de l’astéroïde) à environ 100 millions d’années, cela suggère son corps parent était aussi, en grande partie, dépourvu d’eau.

La source de l’eau sur Terre et la recherche de la vie ailleurs

Selon des collègues de Sugita écrivant dans un autre papier, divers instruments sur Hayabusa2, notamment une caméra à lumière visible et un spectromètre proche de l’infrarouge, confirment le manque d’eau. Ce fait est important, car on pense que toute l’eau de la Terre, y compris celle qui vous compose chacun d’entre vous à 70 %, provenait d’astéroïdes locaux, de comètes éloignées et de la nébuleuse ou du nuage de poussière qui est devenu notre soleil. La présence d’astéroïdes secs dans la ceinture d’astéroïdes modifierait les modèles utilisés pour décrire la composition chimique du système solaire initial. Mais pourquoi est-ce important ?

On ignore comment le corps parent de Ryugu, exploré par Hayabusa2, est devenu si déshydraté. Il est possible qu'il ait été chauffé à l'intérieur par des matières radioactives ou soumis à des bombardements prolongés par d'autres corps rocheux - Crédit : © 2019 Seiji Sugita et al., Science

On ignore comment le corps parent de Ryugu est devenu si déshydraté. Il est possible qu’il ait été chauffé à l’intérieur par des matières radioactives ou soumis à des bombardements prolongés par d’autres corps rocheux – Crédit : © 2019 Seiji Sugita et al., Science

A cause de la vie, a expliqué Sugita. Cela a des implications sur la recherche de la vie. Il existe un nombre incalculable de systèmes solaires et nous devons rechercher de la vie qui dépassent les conditions terrestres. Nos résultats peuvent affiner des modèles qui pourraient aider à limiter les types de systèmes solaires que la recherche de vie devrait cibler.

L’exploration de Bennu par OSIRIS-REx

Mais il n’y a pas que l’eau. D’autres composés essentiels à la vie existent chez les astéroïdes et Ryugu a également des surprises. Pour comprendre pourquoi, il est important de savoir que Hayabusa2 n’est pas le seul robot terrestre à explorer les astéroïdes. En 2016, la NASA a lancé OSIRIS-REx, qui est arrivé à son astéroïde cible Bennu le 3 décembre 2018, 4 ans après le lancement de Hayabusa2.

Les deux projets ne sont pas en concurrence, mais partagent activement des informations et des données susceptibles de s’entraider. Les chercheurs comparent leurs astéroïdes pour en apprendre encore plus qu’il ne serait possible s’ils n’en sondaient qu’un seul. Bien qu’ils se ressemblent à bien des égards, Bennu et Ryugu diffèrent considérablement dans certains domaines. Ils sont tous les deux extrêmement sombres, ont la forme d’une toupie et sont recouverts de gros rochers, mais Ryugu contient beaucoup moins d’eau.

Beaucoup de choses à apprendre sur les astéroïdes

J’espérais que la surface de Ryugu était plus variée que les précédentes observations au sol l’avaient suggérée. Mais chaque surface et chaque bloc de surface de Ryugu semblent similaires, montrant la même rareté d’eau selon Sugita. Cependant, c’est aussi encourageant; l’homogénéité de Ryugu démontre la capacité de nos instruments à capturer des données nuancées. C’est également une constante nécessaire pour comparer les données ultérieures. Une grande partie de la science consiste à contrôler les variables et Ryugu le fait pour nous .

Au fur et à mesure que Hayabusa2 continue à explorer notre petit voisin rocailleux, les chercheurs reconstituent progressivement son histoire, qui est intimement liée à la nôtre. Sugita et ses collègues pensent que Ryugu vient d’un astéroïde parent de plusieurs dizaines de kilomètres de large, très probablement des familles d’astéroïdes Polana ou Eulalia.

Grâce aux missions parallèles de Hayabusa2 et OSIRIS-REx, nous pouvons enfin aborder la question de savoir comment ces deux astéroïdes sont apparus selon Sugita. Le fait que Bennu et Ryugu soient des frères et soeurs, tout en présentant des traits extrêmement différents, implique qu’il doit exister de nombreux processus astronomiques passionnants et mystérieux que nous n’avons pas encore explorés.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *