La taxation du carbone peut-elle devenir une solution à somme positive ?

Parmi les solutions proposées pour réduire les émissions de CO2, on a la taxation de carbone. Mais elle se heurte à beaucoup de difficultés. Quand on a pollué gratuitement, difficile pour certains d’accepter de payer sous prétexte que ce serait plus juste pour tout le monde.


Parmi les solutions proposées pour réduire les émissions de CO2, on a la taxation de carbone. Mais elle se heurte à beaucoup de difficultés. Quand on a pollué gratuitement, difficile pour certains d'accepter de payer sous prétexte que ce serait plus juste pour tout le monde.
Image by Mysticsartdesign on Pixabay

Le , provoqué par l’activité humaine, est sans doute le plus gros problème auquel le monde est confronté aujourd’hui. Et il est profondément connecté sur le fait de savoir comment sortir des milliards de personnes de la pauvreté sans détruire l’ mondial.

Le problème de la

Mais le changement climatique représente également une crise pour les économistes (j’en suis un). Il y a des décennies, les économistes ont mis au point des solutions, ou des variantes d’une même solution, au problème de la pollution, l’important étant l’imposition d’un prix à la production de polluants tels que le (CO2). L’idée était de rendre visibles et responsables les véritables coûts environnementaux de tout processus de production.

La tarification du carbone pourrait stabiliser le climat mondial et limiter le réchauffement indésirable, à un coût bien inférieur à celui que nous risquons de payer autrement. Et comme les émissions ont été réduites rapidement, nous avons pu économiser suffisamment pour indemniser la plupart des perdants, tels que les mineurs de charbon; donc une solution à somme positive. Cependant, la tarification du carbone a surtout été rejetée au profit de solutions réglementaires nettement plus coûteuses. Pourquoi ?

Pollution environnementale et systèmes de marché

La pollution de l’environnement est l’une des défaillances les plus envahissantes et les plus difficiles à résoudre des systèmes de marché (et de la planification centralisée à la soviétique). Presque tous les types d’activités économiques produisent des sous-produits nocifs dont il est coûteux de se débarrasser en toute sécurité. La solution la moins coûteuse est de rejeter les déchets dans les cours d’eau ou dans l’atmosphère. Dans les conditions du marché libre, c’est précisément ce qui se passe. Les pollueurs ne paient rien pour les déchets alors que la société en supporte les coûts.

Étant donné que la plupart des énergies dans les sociétés modernes proviennent de la combustion de carburants à base de carbone, la résolution de ce problème, que ce soit par le biais de nouvelles technologies ou de modifications des modes de consommation, nécessitera des changements dans une vaste gamme d’activités économiques. Si ces changements doivent être réalisés sans réduire le niveau de vie ni entraver les efforts des pays moins développés pour sortir de la pauvreté, il est important de trouver un moyen de réduire les émissions tout en réduisant les coûts.

Les coûts de la pollution

Mais comme les coûts de la pollution ne sont pas correctement représentés dans les prix du marché, il n’est guère utile d’examiner les coûts comptables figurant dans les bilans des entreprises ou les coûts liés au marché qui entrent dans les mesures de comptabilité nationale telles que le produit intérieur brut (PIB). Pour les économistes, la bonne façon de penser est le coût d’opportunité, qui peut être défini comme suit: Le coût d’opportunité de tout élément de valeur est ce que vous devez abandonner pour pouvoir le supporter. Alors, comment devrions-nous penser le coût d’opportunité des émissions de CO2 ?

Parmi les solutions proposées pour réduire les émissions de CO2, on a la taxation de carbone. Mais elle se heurte à beaucoup de difficultés. Quand on a pollué gratuitement, difficile pour certains d'accepter de payer sous prétexte que ce serait plus juste pour tout le monde.

Image by allanlau2000 on Pixabay

Nous pourrions commencer avec les coûts imposés à la population mondiale dans son ensemble par le changement climatique et mesurer comment cela change avec des émissions supplémentaires. Mais c’est une tâche incroyablement difficile. Tout ce que nous savons sur les coûts du changement climatique, c’est qu’ils seront importants et éventuellement catastrophiques. C’est mieux de penser aux budgets de carbone. Nous avons une bonne idée de la quantité de CO2 supplémentaire que le monde peut se permettre d’émettre tout en maintenant la probabilité d’un changement climatique dangereux à un niveau raisonnable. Une estimation typique est de 2 900 milliards de tonnes dont 1 900 milliards ont déjà été émises.

La gratuité des émissions de CO2

Dans chaque budget carbone, une tonne supplémentaire de CO2 émise par une source nécessite une réduction d’une tonne ailleurs. C’est donc le coût de cette réduction compensatoire qui détermine le coût d’opportunité de l’émission supplémentaire. Le problème est que, tant que le CO2 généré disparaît dans l’atmosphère (et, éventuellement, dans les océans), les entreprises et les ménages ne supportent pas le coût d’opportunité du CO2 qu’elles émettent.

Dans une économie de marché qui fonctionne correctement, les prix reflètent les coûts d’opportunité (et inversement). Un prix des émissions de CO2 suffisamment élevé pour maintenir les émissions totales dans les limites du budget carbone garantirait que le coût d’opportunité de l’augmentation des émissions serait égal au prix. Mais comment on peut le faire ?

Les approches d’Arthur Pigou et de

Dans les années 1920, l’économiste anglais Arthur Pigou a suggéré d’imposer des taxes aux entreprises génératrices de pollution. Cela ferait en sorte que les prix (TTC) payés par ces entreprises reflètent le coût social. Une autre approche, développée par le lauréat du prix Nobel Ronald Coase, souligne le rôle des droits de propriété. Plutôt que de fixer un prix à la pollution, la société décide quelle quantité de pollution peut être tolérée et crée des droits de propriété (permis d’émissions) reflétant cette décision.

Les entreprises, qui souhaitent brûler du carbone, doivent obtenir des permis d’émissions pour le CO2 qu’elles produisent. Alors que l’approche de la taxe sur le carbone détermine un prix et permet aux marchés de déterminer le volume d’activité polluante, l’approche des droits de propriété définit le volume et permet au marché de déterminer le prix.

Il n’existe aucun lien nécessaire entre l’imposition d’une taxe sur le carbone et la répartition des paiements qui en résultent. Cependant, des intuitions naturelles de justice suggèrent que les revenus de la tarification du carbone devraient aller à ceux qui ont été affectés. Au niveau national, le produit pourrait être utilisé pour compenser les coûts supportés par les ménages à faible revenu. Plus ambitieusement, un système véritablement juste de droits de propriété mondiaux donnerait à tous des droits égaux et imposerait à ceux qui veulent brûler plus que leur part de carbone (principalement les riches du monde) d’acheter les droits de ceux qui brûlent moins.

L’égalisation des droits d’émission entre pays riches et pauvres

Cela soulève la question de savoir si les droits d’émission devraient être égalisés à l’avenir ou si les émissions historiques devraient être prises en compte, afin de permettre aux pays les plus pauvres de se rattraper. Ce débat a été rendu en grande partie hors de propos par les baisses spectaculaires du prix de l’énergie renouvelable, qui ont écarté les stratégies de développement basées sur les combustibles fossiles. La meilleure solution semble être la contraction et la convergence. Autrement dit, toutes les nations devraient converger le plus rapidement possible vers un niveau d’émissions bien inférieur à celui des pays actuellement développés, puis éliminer complètement les émissions.

Des taxes sur le carbone ont déjà été introduites dans divers endroits et proposées dans beaucoup d’autres, mais elles se sont heurtées à une vive résistance presque partout. Les systèmes de permis d’émissions ont eu un peu plus de succès, notamment dans l’Union européenne, mais n’ont pas connu le même succès que lors de la signature du protocole de Kyoto en 1997. Ce résultat décevant appelle des explications.

On en revient aux inégalités

Les idées de Pigou et Coase apportent une réponse théorique théorique au problème de l’échec du marché. Malheureusement, ils se heurtent au problème plus fondamental de la répartition des revenus et des droits de propriété. Si les gouvernements créent des droits d’émission et les mettent aux enchères, ils créent un bien public à partir d’une ressource (l’atmosphère) qui était auparavant disponible pour une utilisation (et une utilisation abusive) gratuite. Il en va de même lorsqu’une taxe sur le carbone est proposée.

Que les droits de propriété soient créés explicitement, comme dans l’approche Coase, ou implicitement, par le biais des taxes sur le carbone préconisées par Pigou, il y aura des perdants et des gagnants du changement qui en résultera dans la répartition des droits de propriété et, par conséquent, du revenu du marché. Sans surprise, ces perdants potentiels ont résisté aux politiques de lutte contre la pollution fondées sur le marché.

Pourquoi payer alors que c’est gratuit de polluer ?

La plus grande résistance survient lorsque les entreprises, qui ont déjà jeté leurs déchets gratuitement dans les voies aériennes et les voies navigables, sont obligées de supporter les coûts d’opportunité de leurs actions en payant des taxes ou en achetant des droits d’émission. Ces entreprises peuvent faire appel à un éventail de lobbyistes, de groupes de réflexion et de politiciens sympathiques pour défendre leurs intérêts.

Face à ces difficultés, les gouvernements ont souvent reculé sur des options plus simples, telles que des réglementations et des interventions ponctuelles, telles que les tarifs de rachat et les objectifs en matière d’énergie renouvelable. Ces solutions sont plus coûteuses et souvent plus régressives, notamment parce que la taille et la répartition des coûts sont obscures et difficiles à comprendre. Cependant, les coûts probables du changement climatique sont si importants que même des solutions optimales, telles que la réglementation directe, sont préférables à l’inaction. et les retards causés par la résistance des entreprises et par les salaires des négateurs scientifiques motivés par une idéologie ont été tels qu’à court terme, des interventions d’urgence seront nécessaires.

Néanmoins, la nécessité de réagir au changement climatique ne va pas tarder à disparaître et les coûts des solutions réglementaires continueront à augmenter. Si nous voulons stabiliser le climat mondial sans entraver les efforts visant à mettre fin au fléau de la pauvreté dans le monde, une tarification du carbone est essentielle.

Traduction d’un article d’Aeon par John Quiggin, professeur d’économie à l’université du Queensland à Brisbane.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *