Le monde fascinant des juifs hassidiques


  • Français

  • La manière dont les juifs hassidiques ont développé une société entièrement parallèle, même au sein de grandes villes américaines, est assez remarquable.


    Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram

    La manière dont les juifs hassidiques ont développé une société entièrement parallèle, même au sein de grandes villes américaines, est assez remarquable.

    Les juifs hassidiques font partie de ce qu’on appelle la branche orthodoxe du judaisme. Si dans les médias et la culture populaire, on vous montre des juifs avec un air menaçant, qui oppriment les femmes et qui vivent dans une société arriérée, l’image, comme d’habitude avec les torchons de caniveau, est très loin de la réalité. Il est clair que leur mode de vie est conservateur, mais pas si éloigné de ce qu’on pourrait voir chez les Amish qui sont tout aussi dépeint négativement par de mauvaises têtes pensantes à plume.

    La plus grande communauté de juifs hassidiques, hors d’Israel, se trouve dans la ville de New-York. Borough Park ou Williamsburg sont leur bastion, les juifs hassidiques vivent dans des communautés autarciques, dans le sens où ils ont réussi à se passer de nombreux services extérieurs. Tout peut fonctionner en circuit court, la santé, la sécurité, le commerce. Ce sont aussi des communautés très prospères avec le commerce international, la technologie et tous les secteurs de l’économie.

    Mais ce qui caractérise les juifs hassidiques est le respect absolu de leur foi. En sachant que le hassidisme est une vaste couverture sous laquelle on trouve plus de 200 sectes qui ont un spectre de conservatisme plus ou moins prononcé. Les Satmar sont les plus conservateurs, leurs traditions sont les plus rigoureuses et une pratique de la religion qui ne tolère pas beaucoup de marge tandis que d’autres sectes sont beaucoup plus ouvertes, ils vont même dans d’autres pays afin d’aider les communautés juives sur place. Comme des missionnaires, même si la règle d’or est que le judaisme n’essaie de convertir personne.

    Parmi les signes caractéristiques des juifs hassidiques, on a le Shtreimel, un chapeau très reconnaissable et les femmes peuvent porter un couvre-chef ou une perruque. Le principe est que personne ne doit voir les cheveux des femmes en public. Il est également interdit à une hassidique d’avoir des interactions physiques avec les hommes, à l’exception de son mari. On pourrait trouver ça un peu étrange, mais le fait que ce sont des règles qu’on trouve aussi dans des religions comme l’Islam.

    La manière dont les juifs hassidiques ont développé une société entièrement parallèle, même au sein de grandes villes américaines, est assez remarquable.

    Les deux principes fondamentaux dans le hassidisme et le judaisme en général est la joie de vivre et d’être aussi aimable que possible envers les autres. Cependant, d’où vient cette image négative de l’extérieur sur les juifs hassidiques, en contradiction avec ces principes fondamentaux. D’une part, les hassidiques vivent en communauté fermée, ce n’est pas qu’ils sont hermétiques, mais il faut bien comprendre les règles qui régissent ce monde très méconnu du public. Et comme le monde est bête et méchant, alors les étiquettes uniformes sont faciles et permettent de s’en sortir à bon compte.

    Bien sûr, il y a des familles dysfonctionnelles et vous avez toujours des problèmes comme dans toutes les communautés. Mais il y a des choses admirables comme leur rapport avec la technologie. Une secte comme les Satmar aura peu d’interactions avec la technologie tandis que d’autres vont utiliser un Smartphone, mais très restreint dans ses applications.

    La plupart utilise la technologie parce que c’est nécessaire pour leur travail, mais cela ne va pas au delà. Cela signifie que cette communauté, qu’on traite de tous les noms, maitrise davantage les limites et les abus de la technologie que ses inventeurs. Ils l’utilisent quand c’est nécessaire, mais ils ont réussi à créer cette démarcation très saine où la technologie ne remplace pas toute leur vie.

    Les maisons des juifs hassidiques ont souvent une Sukkah, un genre de pièce temporaire, souvent très bien décorée, qui leur permet de se retirer pour prier. Le paradoxe est que c’est une pièce qui est faiblement protégée contre le vent ou la pluie, mais qui leur permet de se sentir parfaitement en sécurité, car cela leur permet de mieux se connecter à Dieu et donc, d’avoir une confiance totale.

    La manière dont les juifs hassidiques ont développé une société entièrement parallèle, même au sein de grandes villes américaines, est assez remarquable.

    Le Shabbath, jour de repos pendant la semaine, est respecté à la lettre. Aucune interaction n’est possible, on ne peut pas cuisiner, on ne peut pas utiliser un appareil électrique, on ne peut rien faire à part se réunir en famille, prier et manger. Une déconnexion nette et franche par rapport à une vie moderne étouffante, surtout si vous vivez dans une ville aussi surchauffée que New-York. Et aujourd’hui, la pratique du judaisme avec le Shabbath est plutôt bien acceptée par la société occidentale, mais ça a mis énormément de temps.

    Quand vous avez un juif hassidique qui vous montre un mur, rempli de lettres de licenciement, car à chaque semaine, il se faisait virer de son boulot parce qu’il voulait respecter le Shabbath, il trouvait un autre boulot, il se faisait virer de nouveau, etc. Ou encore des juifs hassidiques qui ont renoncé à des contrats de millions de dollars parce que cela tombait pendant un Shabbath. Dans un monde où on demande de tout sacrifier à l’argent, au travail, à la carrière, on peut admirer cette communauté qui reste bien ancré dans ses traditions quoi qu’il arrive.

    La manière dont les juifs hassidiques ont développé une société entièrement parallèle, même au sein de grandes villes américaines, est assez remarquable.

    Il est interdit de photographier pendant le Shabbath, mais la photo ci-dessus a été prise 1 heure avant le début.

    Mais revenons à nos moutons, pourquoi une telle image négative sur les juifs hassidiques. Vu qu’ils vivent entre eux, je pense qu’il y a deux événements qui ont déclenché la guerre morale contre eux. Le premier est le covidisme. Pendant cette période sombre de l’histoire contemporaine et que tout le monde s’était enfermé chez lui comme un con, les juifs hassidiques ont continué à vivre comme si de rien n’était. Quand vous avez un mec qui est prêt à perdre une centaine de boulots pour respecter sa foi, ce ne sont pas des règles stupides qui vont le mater.

    Et pour l’establishment en place, c’était insupportable. Comment ces gueux, ces arriérés remettent en cause le covidisme. Et quasiment toute la communauté des juifs hassidiques à New York a eu le covid et par conséquent, l’immunité de groupe leur a conféré une protection supérieure à de nombreux Etats américains. Le taux de mortalité a été certes élevé au début de l’épidémie, mais par la suite, ils sont passé sans encombre à travers les mailles du filet.

    Ils ont refusé la vaccination pour la plupart. Et on s’est retrouvé dans une situation paradoxale où des progressistes, modernistes à souhait, scientistes à en crever, pratiquaient l’obscurantisme le plus crasse tandis que ceux qu’on considère comme étant des arriérés, montraient ce qu’on devait faire si on avait un minimum de bon sens.

    Les juifs hassidiques ont montré une volonté d’acier et une résistance à toute épreuve pendant que le reste du monde tombait dans la bêtise et un sadisme à peine avoué afin de dénigrer son prochain et l’accuser de tous les maux. Les médias américains se sont déchainés, car d’une part, vous avez des dizaines de milliers de personnes qui refusaient le discours dominant, mais surtout que c’était un groupe de contrôle irréfutable que la plupart des procédures covidistes étaient inutiles.

    Le second événement, même si je pense qu’il est indirect et inconscient, est le basculement électoral des juifs hassidiques en Israël. Ces derniers ont pris un poids croissant sur l’aile droite de l’échiquier politique israélien, mais la politique et le hassidisme est un mélange qui a mis du temps à se faire. Par exemple, les Satmar ont du mal avec le concept de l’Etat d’Israël et du sionisme, mais vous avez aussi des factions divisées sur ce sujet à l’intérieur de cette secte.

    Au début, les juifs hassidiques s’assuraient simplement que ce soit en Israel ou aux USA, que le gouvernement n’empiète pas sur leurs droits et qu’ils puissent pratiquer leur foi comme ils l’entendent. Mais cela change progressivement depuis quelques années avec la jeunesse hassidique qui semble plus impliquée dans la politique et propose une ligne plus dure envers les arabes. En revanche, pour le juifs hassidiques américains, la question est tout autre. Quand ils ont immigré en Amérique, ils ont toujours accepté le fait qu’ils étaient une minorité sur une terre étrangère et qu’il fallait se faire une petite place en gardant un profil bas.

    Sauf que la démographie est du coté des hassidiques. Avec une moyenne de 6 enfants par femme et il n’est pas rare d’avoir une famille hassidique avec 10 à 15 enfants, les juifs hassidiques sont de plus en plus nombreux et donc, de plus en plus visibles. Le covidisme avec les démocrates qui les ont harcelés de toutes les manières possibles, mais aussi le laxisme envers les criminels des démocrates incite les juifs hassidiques à être enthousiastes envers les républicains et leur penchant pour Trump n’est un secret pour personne. Quand vous avez 10 enfants par femme, alors vous pouvez prétendre à la même croissance démographique que les Amish dont la population double tous les 20 ans.

    Mais le spectre politique est loin d’être manichéen, beaucoup de juifs hassidiques ne participent pas à la politique, ils veulent juste qu’on leur foute la paix. Loin d’être incomprises, leurs pratiques et leur résistance en acier trempé forcent désormais l’admiration de leurs détracteurs, qui se rendent compte des dégats du covidisme, de l’abus de la technologie, de la destruction de la structure familiale et spirituelle et que peut-être, ces personnes avec ces couvre-chefs étranges, pouvaient enseigner une ou deux choses au monde moderne.

    Et ce qu’on voit avec les juifs hassidiques, on le remarque un peu partout en Amérique dans d’autres communautés. C’est encore minoritaire, mais que ce soit le mouvement du retour à la nature, les Amish qui sont de plus en plus vocaux et admirés, on a un retour de l’Amérique à ses fondamentaux familiaux, spirituels et de vivre une vie sans se soucier du reste du monde. Evidemment, il faudra du temps et des décennies avant que ce mouvement devienne majoritaire et change définitivement le visage de l’Amérique. Mais cela reste quand même de bonnes nouvelles.

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *