John McAfee : "Une seule femme a piraté Ashley Madison"


  • FrançaisFrançais



  • Dans 2 articles qui ont été publiés dans IBTimes, John McAfee, l’ancien fondateur de l’éditeur de sécurité McAfee, affirme qu’un seul employé a piraté Ashley Madison et il ajoute même que c’est une femme.

    John McAfee pense que c’est un employé qui a fait le coup

    Quand un groupe de pirate appelé Impact Team a revendiqué le piratage d’Ashley Madison et qu’il a publié 30 Go de données, John McAfee a joué les De Funès en disant : C’est des menteries ! Pour lui, le groupe Impact Team n’a jamais existé. Selon son premier article, McAfee note qu’on n’a jamais entendu parler d’Impact Team avant le piratage d’Ashley Madison et ce nom n’était pas connu sur le web ou le Dark Web. Et avec la disponibilité des outils en ligne et la connaissance des mots de passe de tous les systèmes (puisque c’est un employé), une seule personne a pu faire le coup. Et McAfee est absolument certain que c’est un employé qui a fait le coup en analysant les données qui ont été publiées.

    Un pirate externe aurait pris uniquement les données les plus précieuses

    Pour McAfee : Les pirates n’ont pas beaucoup de temps quand ils piratent un système. Ils doivent choisir soigneusement les fichiers qu’ils veulent obtenir. Mais la fuite d’Ashley Madison contient tout et n’importe quoi. Certains fichiers ont de la valeur tandis que les autres sont des documents inutiles. McAfee se réfère surtout au code source, aux adresses des serveurs du site, les contrats sur les actions de l’entreprise ainsi que les programmes de licenciement pour chaque département d’Ashley Madison. Selon McAfee : Pourquoi un pirate s’embêterait-il à télécharger tous ces fichiers alors qu’il possède déjà des informations qui valent des milliers de dollars avec les mails, les cartes de crédit, etc. ? Mais Impact Team avait déclaré qu’il s’en fiche de l’argent et qu’il voulait uniquement la fermeture d’Ashley Madison.

    Cherchez la femme

    L’analyse des données montre également que les attaques ont principalement ciblé le CEO Noel Biderman et Raja Bhatia, le vice-président du département technologique. Il y a évidemment les noms d’autres employés, mais les messages qui les accompagnent disent que c’était de bons employés. Pour McAfee, cela implique que c’est une vengeance personnelle. Mais pourquoi McAfee pense-t-il que c’est une femme ? McAfee explique que ce sont les mots qui font référence aux hommes tels que Scumbag (ordure) ou cheating dirtbag (salaud de tricheur). De plus, la fuite utilise le terme spitefully (malveillant et méprisant) pour des utilisateurs qui s’étaient inscrits sur Ashley Madison le jour de la Saint-Valentin. Sur ce coup, McAfee tombe dans les clichés concernant les femmes, car pour lui, les femmes accordent une énorme importance au jour de la Saint-Valentin et seule une femme ne supporterait pas que quelqu’un puisse s’inscrire sur un site de rencontre alors que c’est la fête des amoureux (mais peut-être que les utilisateurs étaient des célibataires ?).

    C’est l’opinion personnelle de John McAfee et même si l’ampleur du piratage suggère que c’est des employés internes, on ne peut pas déterminer si c’est une seule personne ou que c’était une femme.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.