UberPOP expulsé des Pays-Bas


  • FrançaisFrançais

  • Les autorités des Pays-Bas viennent d’interdire UberPOP, le service le moins cher d’Uber. Les autres services, UberX et Uber Premium continuent de fonctionner. Uber se fait chasser littéralement de tous les pays européens à cause de sa concurrence déloyale envers les taxis et d’autres modes de transport. Et l’Australie regarde aussi Uber d’un mauvais oeil à cause de sa stratégie fiscale très douteuse


    UberPOP expulsé des Pays-Bas tandis qu'Uber est accusé d'évasion fiscale en Australie

    UberPOP arrête définitivement ses services aux Pays-Bas. C’était une décision logique puisque les Pays-Bas avaient interdit UberPOP depuis près d’un an. L’année dernière, les juges ont statué qu’UberPOP était illégal, car il proposait les mêmes services qu’un taxi, mais que ses prix avantageux se basaient uniquement sur l’absence des taxes et des licences nécessaires pour le transport public.

    Mais les Pays-Bas ne se sont pas arrêté en si bon chemin, car en avril 2015, des procureurs ont lancé une procédure criminelle contre Uber en suivant la première interdiction par  la justice. Les autres services d’Uber, UberX et Uber Premium, sont toujours autorisés aux Pays-Bas, mais les utilisateurs rechignent à les utiliser, car ils sont beaucoup plus chers qu’un taxi.

    L’année prochaine, le parlement des Pays-Bas va proposer une nouvelle loi sur les taxis et les services de covoiturage. On ignore si cela va profiter à Uber, mais les médias hollandais estiment qu’UberPOP pourrait revenir uniquement s’il respecte les mêmes conditions que celles des taxis. Uber dépasse une valorisation de 50 milliards de dollars, mais le service est de plus en plus critiqué en Europe.

    Evasion fiscale pour Uber en Australie

    Les pratiques d’Uber sont également de plus en plus surveillé vis à vis de sa stratégie fiscale. Uber est présent en Australie,mais tous ses revenus passent par les Pays-Bas qui proposent une politique fiscale très souple. Les autorités australiennes ont aussi ouvert une enquête pour déterminer si Uber pratique de l’évasion fiscale. En réponse, un responsable d’Uber en Australie a déclaré qu’Uber ne peut pas payer de taxes en Australie, car il ne gagne aucun bénéfice. Est-ce que cela signifie qu’Uber propose ses services pour les yeux doux de ses passagers ?

    De plus, on peut difficilement trouver un support technique pour Uber en Australie, car tout son personnel de bureau se trouve aux Pays-Bas. Bastamag propose un dossier sur l’évasion fiscale de ce type d’entreprise où on apprend que la plupart des entreprises qui promeuvent une prétendue économie de partage n’hésitent pas à pratiquer l’évasion fiscale à grande échelle dans toute l’Europe.

     

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    No Responses

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *