C’est un conseil de merde que d’exhorter les jeunes à devenir des entrepreneurs

« Soyez entrepreneur à 20 ans et devenez milliardaire à 30 ans« . Le mythe du jeune entrepreneur a la vie dure. Mais les données montrent que cela se termine généralement par des désastres. Les entrepreneurs qui réussissent réellement ont une moyenne d’âge de 45 à 60 ans, après 2 décennies à galérer afin d’avoir toutes les compétences nécessaires. On peut dupliquer les pièces d’or dans La Soupe aux Choux, mais c’est un peu plus compliqué dans la vraie vie.


Soyez entrepreneur à 20 ans et devenez milliardaire à 30 ans. Le mythe du jeune entrepreneur a la vie dure. Mais les données montrent que cela se termine généralement par des désastres. Les entrepreneurs qui réussissent réellement ont une moyenne d'âge de 45 à 60 ans, après 2 décennies à galérer afin d'avoir toutes les compétences nécessaires. On peut dupliquer les pièces d'or dans La Soupe aux Choux, mais c'est un peu plus compliqué dans la vraie vie.

Parlez à un homme d’affaires aujourd’hui de la possibilité d’embaucher quelqu’un d’une vingtaine d’années et il vous dira d’aller vous faire cuire un oeuf. Trop souvent, ils vont dire : pas de compétences, pas de discipline, pas de patience pour les clients, pas de souci de faire ce que le patron dit, pas de clarté sur ce qu’est même un travail.

Le rêve de devenir un nouveau Zuckerberg

Qu’est-ce qui cloche avec les jeunes ? Une partie de la réponse est que les jeunes sont trop souvent pris dans l’alternative de s’enrichir grâce à l’esprit d’.

Le mot lui-même semble rêveur, très chic et français. Selon l’opinion courante, vous avez une bonne idée, perturbez une industrie (soyez disruptif comme disait l’autre), faites-vous poursuivre par des milliardaires qui vous jettent de l’argent, finissez sur la couverture du Time, prenez votre retraite à 40 ans et naviguez dans le monde entier sur un yacht.

Si c’est vraiment possible, pourquoi quelqu’un choisirait-il la corvée d’un travail régulier comme n’importe qui d’autre ? Salut, devenez votre propre PDG comme dans le film The Social Network avec ce discours de motivation attribué à Mark Zuckerberg.

Vraiment, ce n’est pas seulement le rêve du zuckerbergisme qui a captivé la jeune génération. C’est aussi Elon Musk, Bill Gates, Steve Jobs, le mec de WeWork, etc. Partout où vous regardez ces temps-ci, il y a des gens et des programmes qui exhortent les gens qui viennent de sortir de l’école à oublier de travailler pour quelqu’un. Au lieu, il suffit de démarrer une nouvelle entreprise et de devenir un héros populaire.

Un mythe gigantesque

La légende des entreprises à ses vingt-ans est omniprésente dans la culture pop.

Mais voici le problème. Les données sont là. Il s’avère que le tout est un mythe gigantesque.

Les jeunes fondateurs d’entreprises échouent presque à tous les coups et à un rythme beaucoup plus rapide que les personnes beaucoup plus âgées, plus sages, plus compétentes et mieux informées du secteur. Il s’avère que réussir dans les affaires est extrêmement difficile. Il faut de la maturité avant tout pour y parvenir.

Nous le savons maintenant grâce à une étude fascinante de Javier Miranda, économiste principal au US Census Bureau; Benjamin Jones, professeur à la Kellogg School of Management de la Northwestern University; et Pierre Azoulay, professeur à la Sloan School of Management du MIT et associé de recherche au Bureau national de la recherche économique.

Ils ont examiné en détail les données démographiques d’un à succès. Les résultats ont été si concluants qu’ils ont permis de démystifier le mythe du fondateur de la jeune . Ils brossent un portrait beaucoup plus cohérent avec votre propre intuition d’expérience.

Ils concluent: L’âge moyen à la fondation pour les nouvelles entreprises à la croissance la plus rapide sur 1 000 est de 45 ans. Les résultats sont les mêmes lorsque l’on considère les secteurs de haute technologie, les hubs entrepreneuriaux et les entreprises prospères (celles qui ont réussi à sortir un produit avec leur startup). Une expérience antérieure dans le secteur spécifique prédit des taux de réussite entrepreneuriale bien plus élevés.

En d’autres termes, jusqu’à l’âge moyen ! En fait, plus précisément, il faut plus d’expérience, de compétences, de discipline et de connaissances, qui sont toutes plus courantes chez les quarantenaires, avec leur deux décennies d’expérience professionnelle par rapport aux mecs de vingt-ans. Les jeunes sont simplement plus intelligents, déclare Mark Zuckerberg. Peut-être, mais il en faut beaucoup plus pour réussir dans une entreprise.

Des données limpides sur l’échec des jeunes entrepreneurs

Voici quelques résultats clés de la recherche :

  • Les fondateurs au début de la vingtaine ont le moins de chances de réussir leur sortie de produit ou de créer une entreprise à la croissance supérieure de 1 sur 1 000.
  • Parmi les 2,7 millions de fondateurs aux États-Unis entre 2007 et 2014 qui ont créé des entreprises qui embauchent au moins un employé, l’âge moyen des entrepreneurs à la création est de 41,9 ans.
  • L’âge moyen du fondateur pour les nouvelles entreprises à la croissance la plus élevée au 1/1 000 est de 45,0 ans.
  • Les entrepreneurs les plus prospères dans les secteurs de haute technologie ont des âges similaires.
  • La moyenne au baton (un terme de statistique pour les joueurs de base-ball) pour la création de 5 entreprises performantes augmente considérablement avec l’âge.
  • Conditionnel à la création d’une entreprise, un fondateur âgé de 50 ans a 1,8 fois plus de chances de réaliser une croissance supérieure que celui d’un fondateur âgé de 30 ans.
  • Les plus jeunes fondateurs semblent fortement désavantagés dans leur tendance à produire les entreprises à plus forte croissance. En deçà de 25 ans, les fondateurs semblent avoir un très mauvais rendement (ou plutôt, ils réussissent très rarement), mais les performances ont fortement augmenté à 25 ans.
  • Entre 25 et 35 ans, les performances semblent assez stables. À partir de 35 ans, les probabilités de réussite augmentent. Une autre forte augmentation de la performance survient à 46 ans et se maintient vers 60 ans.

L’entrepreneur jeune, basé sur une mode

Vous examinez donc ces données et vous posez la question suivante: quel est le meilleur âge pour devenir entrepreneur ? C’est l’âge moyen, pas jeune. Pourquoi alors y a-t-il tant de programmes et d’experts exhortant les jeunes à oublier de trouver un et à changer le monde en créant le nouvel Apple ou Facebook ? Le tout semble être basé sur une mode, pas des faits.

Soyez entrepreneur à 20 ans et devenez milliardaire à 30 ans. Le mythe du jeune entrepreneur a la vie dure. Mais les données montrent que cela se termine généralement par des désastres. Les entrepreneurs qui réussissent réellement ont une moyenne d'âge de 45 à 60 ans, après 2 décennies à galérer afin d'avoir toutes les compétences nécessaires. On peut dupliquer les pièces d'or dans La Soupe aux Choux, mais c'est un peu plus compliqué dans la vraie vie.

Lorsque j’ai communiqué ces données à un ami pour la première fois, il a immédiatement rétorqué que c’était peut-être simplement parce qu’il fallait plusieurs tentatives pour bien faire les choses. Vous commencez dans la vingtaine et continuez d’être un entrepreneur en série jusqu’à ce que vous entendiez un déclic.

Les auteurs n’ont cependant trouvé aucune preuve de cela. En fait, les jeunes tentent de créer de nouvelles entreprises, s’endettent, manquent de chance, entrent dans une période de démoralisation, puis font face à la triste réalité: vous feriez bien mieux d’avoir un emploi, de vous y attarder, d’apprendre le commerce et une fois que vous avez l’expérience et le capital social, essayez-vous à commencer quelque chose de nouveau.

Ne pas travailler et tout réussir d’un seul coup

Le problème majeur est que le fait de susciter l’esprit d’entreprise chez les jeunes crée une illusion qui les détourne du meilleur chemin possible pour réussir dans la vie: acquérir des compétences, des connaissances et accumuler diverses formes de capital (financier, social, intellectuel). C’est là que nous constatons un échec massif parmi les personnes qui quittent l’université aujourd’hui.

L’emploi des jeunes n’a jamais été aussi bas. Après avoir passé leur vie dans les salles de classe et tous leurs médias consacrés au temps libre, ils ne gagnent pas les valeurs qui conduisent au succès. L’idée qu’ils devraient juste accrocher une enseigne et attendre le succès n’a aucun support empirique.

Le fait de promettre que vous ne travaillerez jamais pour un salaire et n’obéirez jamais à un patron, tout en rêvant de la nouvelle grande entreprise de médias sociaux dont vous rêverez, est un chemin potentiellement catastrophique. Les données indiquent que vous allez échouer lamentablement dans 99 % des cas.

Employé et avoir l’esprit entrepreneurial

Cela dit, un problème fondamental pourrait être lié à une définition trop étroite de l’esprit d’entreprise, si vous entendez par là voir les besoins non satisfaits, ouvrez des possibilités et prenez les risques nécessaires pour les satisfaire. Cela ne signifie pas nécessairement démarrer une nouvelle entreprise. Ce chemin est disponible dans tous les secteurs pour ceux qui le cherchent.

Soyez entrepreneur à 20 ans et devenez milliardaire à 30 ans. Le mythe du jeune entrepreneur a la vie dure. Mais les données montrent que cela se termine généralement par des désastres. Les entrepreneurs qui réussissent réellement ont une moyenne d'âge de 45 à 60 ans, après 2 décennies à galérer afin d'avoir toutes les compétences nécessaires. On peut dupliquer les pièces d'or dans La Soupe aux Choux, mais c'est un peu plus compliqué dans la vraie vie.

Je me souviens d’avoir été dans le secteur du vêtement quand j’étais au collège et d’aller au marché avec l’acheteur du magasin. Ce qu’il faut acheter et présenter aux clients 8 mois à l’avance est un pari extrêmement risqué: si vous achetez trop peu d’un produit à succès, vous perdez des bénéfices; si vous en achetez trop pour en vendre, vous mangez les bénéfices de ceux que vous avez vendus. C’est un choix inquiétant.

Au marché de gros, j’ai été convaincu qu’une paire particulière de Navy (un type de vêtement) en velours côtelés (un type de textile) en bleu marine avec un motif de canard jaune pourrait bien marcher (hé, c’était les années 80). Mon patron était incertain. Il voulait que je sois sûr. Je l’ai finalement persuadé de prendre le risque et d’acheter trois ensembles de toutes les tailles.

Évitez la mode de lancer une entreprise « cool »

Quand ils sont arrivés au magasin, je savais que j’étais sur la chaise électrique, alors je les ai vendus comme un maniaque. Ils ont été un succès ! Que ce soit parce que c’était un bon choix ou parce que j’ai refusé de faire face à un échec, je ne le savais pas.

Le fait est que c’était un bon exemple d’entrepreneuriat dans un emploi, une forme réaliste, amusante avec un faible risque d’échec. Nous trouvons ici des expériences qui forment véritablement les gens à une vie de succès commercial. Obtenir un vrai travail est le meilleur incubateur qui existe.

Le plus gros problème pour inciter les jeunes à créer une entreprise, c’est que ce conseil nourrit le mécontentement et lui donne une véritable voie vers le succès, qui ne consiste pas à lancer une jeune entreprise cool, mais à faire exactement ce que l’esprit d’entreprise chic décourage implicitement: acquérir une compétence, obéir au patron, acquérir la sagesse et développer une carrière solide peu à peu.

Nous devrions arrêter de mentir aux jeunes à propos du commerce et dire la vérité: les affaires sont difficiles. Le travail est difficile. Économiser de l’argent est difficile. Servir les clients est difficile. Pour certaines personnes, il est difficile de se présenter. Ce sont toutes des compétences acquises. Le plaisir vient une fois que vous les maîtrisez.

En plus d’intégrer l’esprit d’entreprise dans votre travail, la meilleure solution consiste à trouver un emploi pour générer des revenus tout en gardant un œil sur une entreprise secondaire comme plan de capital à long terme. De cette façon, l’un peut devenir plus facilement l’autre pendant que vous collectez des compétences et des informations, tout en réduisant la pression financière qui pèse sur votre succès immédiat. Cela ne fait pas que baisser les chances en votre faveur; c’est aussi une bonne gestion financière.

Vous voulez démarrer une entreprise quand vous êtes jeune ? Allez-y. Mais ne quittez pas encore votre travail quotidien.

Traduction d’un article sur AIER par Jeffrey A. Tucker, rédacteur éditorial de l’American Institut for Economic Research.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *