Marcus Dalleau : Cela fait déjà cinq jours et sa disparition reste encore une énigme


  • FrançaisFrançais



  • marcus-dalleau

    Cinq jours après la disparition du petit Marcus, on ignore encore ce qui s’est vraiment passé. L’enfant de deux ans et demi reste toujours introuvable malgré les recherches.

    Toutes les manières sont utilisées pour tenter de retrouver le petit Marcus : à pied, à cheval, en bateau… Depuis sa disparition, vendredi après-midi à Butry-sur-Oise, on ne reçoit aucune nouvelle de ce petit garçon de deux ans.

    Dimanche, plus d’un millier d’habitants ont répondu à l’appel des gendarmes pour contribuer bénévolement à une battue dans la forêt de L’Isle-Adam. Hier encore, une trentaine d’enquêteurs ont sillonné la zone située à proximité du pavillon où l’enfant a été vu pour la dernière fois.

    Si on rappelle les faits, Marcus est originaire de la Réunion et passe des vacances avec sa maman pour quelques jours chez sa famille qui habite en métropole. Il s’amuse avec un jouet sur la terrasse du pavillon de sa tante, construit à une centaine de mètres des bords de l’Oise, Vendredi, aux alentours de treize heures trente. Sa mère s’absente durant quelques instants en le laissant sans surveillance. Dès lors, Marcus et son hélicoptère en plastique n’ont plus été revus. De nombreuses bandes de vidéo-surveillance, sur les lignes de bus et dans les gares avoisinantes, ont également été examinées minutieusement, mais sans résultat.

    Arrivé hier matin de la Réunion, le père de Marcus est persuadé que la disparition de son fils s’agit d’un enlèvement : « Pour moi, ça ne peut être qu’un kidnapping » affirme-t-il. Selon lui, un enfant de 2 ans ne peut pas ouvrir un portillon et faire les 230 mètres qui le séparent de la rivière. Son jouet a aussi disparu, alors qu’il aurait dû flotter sur l’eau.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.