Madagascar : les américains lorgnent sur le secteur de l'énergie


  • FrançaisFrançais



  • jirama-privatisation

    La privatisation de la JIRAMA est en bonne marche avec la venue d’investisseurs américains pour sonder les opportunités dans le secteur énergétique. Est-ce qu’on vend la JIRAMA morceau par morceau ou on vous fait un papier cadeau pour le tout ?


     

    Une délégation de la Corporate Council Africa était à Madagascar pour discuter des opportunités pour les investisseurs américains. Ces derniers s’intéressent à l’agro-alimentaire, à la technologie, mais c’est surtout le secteur de l’énergie qui attise leur convoitise. Et ce n’est pas un hasard puisque la JIRAMA est en grandes difficultés financières et il est normal que des vautours tournent autour des prochains cadavres.

    Pour les médias locaux, c ‘est une opportunité, mais la privatisation du secteur énergétique n’a apporté que des catastrophes. Le problème n’est pas que ce soit des investisseurs américains, français, ou martiens, mais la privatisation du secteur énergétique a toujours été néfaste pour tous les pays qui l’ont enclenché. Aux Etats-Unis où le secteur est totalement dérégulé, on ne compte pas un mois sans qu’on annonce un désastre écologique, car les entreprises d’énergie sont plus préoccupés par le rendement au détriment de tous les principes de précaution.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    Boubakar Nguema

    Journaliste et réalisateur. Couvre principalement l'actualité africaine et panafricaine.

    No Responses

    1. Frank dit :

      Parce qu’actuellement, l’Etat investit dans les principes de précaution? Pas plus tard qu’il y a 2 semaines, un ouvrier de la JIRAMA est mort sur un poteau… L’écologie n’a jamais été leur priorité, alors que de l’autre côté, la population subit l’incapacité de l’Etat à en faire une société capable de subvenir à nos besoins énergétiques. Ne serait-il pas mieux de le laisser au secteur privé et pousser l’Etat à encadrer son exploitation par des lois en faveur de la protection de l’Environnement, au lieu d’attendre que l’Etat finisse par le mettre complètement à genoux?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.