10 % du lait maternel vendu en ligne contient du lait de vache


  • FrançaisFrançais



  • lait-maternel-en-ligne

    Le lait maternel vendu en ligne pourrait représenter des risques très élevés pour les enfants puisqu’une étude révèle que 10 % du lait maternel disponible sur la toile contient du lait de vache. Dans certains cas, le lait de vache représente la moitié du lait maternel.


    Le journal Pediatrics publie une étude dans laquelle on découvre que 10 % des produits de lait maternel en ligne contiennent du lait de vache. La plupart des experts préconisent d’attendre au moins 12 mois avant de donner du lait de vache à un enfant. Avant 12 mois, l’enfant ne peut pas digérer correctement la faible teneur en fer et la haute teneur en protéines et en minéraux. Selon l’American Academy of Pediatrics, la consommation de lait de vache peut provoquer des allergies chez un enfant de bas âge.

    En général, le lait de vache est traité pour que les protéines réduisent le risque d’allergie, mais il vaut mieux utiliser du lait maternel qui fournit un meilleur équilibre nutritionnel et une immunité naturelle pour les enfants. Ce problème de lait de vache dans le lait maternel est provoqué par le fait qu’il y a de plus en plus de femmes qui vendent leur lait maternel dans les plateformes en ligne en dépit du fait que la FDA a déclaré à plusieurs reprises que la consommation de lait maternel provenant d’une donneuse non certifiée peut présenter des risques très dangereux pour l’enfant.

    L’étude du journal Pediatrics rapporte qu’il y avait environ 55 000 annonces qui vendaient du lait maternel en ligne en 2014 sur les princiapaux sites américains et c’est une augmentation de 11 000 annonces supplémentaires par rapport à 2011. Ensuite, l’étude a examiné des échantillons de lait maternel pour trouver de l’ADN bovin et les résultats ont montrés que 10 % des échantillons contenaient du lait de vache. Les chercheurs estiment que ce n’est pas fait exprès, mais le lait de vache a contaminé le lait maternel par exposition accidentelle ou un manque d’attention dans le régime alimentaire de la mère donneuse.

    Mais le bénéfice du doute est difficile dans certains cas puisque certains produits de lait maternel contenaient jusqu’à 50 % de lait de vache ce qui impliquait qu’on a sciemment mélangé les 2 types de lait. Les chercheurs tentent de rassurer en estimant que ces découvertes ne concernent qu’une partie de tout le lait maternel qui est disponible en ligne ou via les échanges personnels. Dans une précédente étude, ces mêmes chercheurs avaient découvert que 72 % d’échantillons de lait maternel congelé contenait des bactéries infectieuses et que 21 % avaient des virus dangereux.

    Le Dr Kleim, qui est l’un des chercheurs de l’étude, a explique que certaines femmes sont tentés de vendre du lait maternel en grande quantité et qu’elles peuvent le mélanger avec du lait de vache qui est évidemment moins cher et extrêmement facile à se procurer. Le concept de la vente systématique de lait maternel avec des bénéfices intéressants risque de faire courir des risques inconsidérés aux autres enfants. En revanche, les donations de lait maternel ne courent aucun risque puisque les organisations testent chaque donation pour détecter des infections, des virus ou un mélange insalubre dans le lait maternel.

    L’association américaine de pédiatrie recommande fortement le lait maternel, mais elle ajoute que ce n’est pas parce que vous voyez des produits en ligne qui prétendent être du lait maternel que c’est forcément vrai et en fait, il peut arriver que ce lait ne soit même pas humain. S’il y a la moindre contamination dans le lait maternel, alors les conséquences sont catastrophiques pour l’enfant. Son ne va pas se développer correctement et il sera vulnérable à de nombreuses allergies au cours de son développement.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *