Un dentiste sur trois refuse de soigner les séropositifs


  • FrançaisFrançais



  • dentiste-discrimination-seropositif

    Lors d’un testing inédit de l’association Aides, un tiers des dentistes ont refusé de donner rendez-vous à un patient atteint par le VIH. Pourtant, c’est un fait passible de sanctions civiles et pénales.


     

     

    Les militants de l’association Aides ont contactés des médecins spécialistes, 440 dentistes et 116 gynécologues, pour prendre rendez-vous, en précisant qu’ils étaient séropositifs et le motif de consultation étant « détartrage ou frottis ». On a enregistré des silences gênés souvent suivi d’un refus franc. 3,6 % des dentistes ont purement et simplement refusé de recevoir le patient en raison du VIH et pour 30 % d’autres appelés les raisons pour éloigner le demandeur de leur cabinet ne manquent pas.

    Les gynécologues s’en sortent mieux. Parmi eux, l’association a enregistré 2 refus, soit 1,7 %, et 4,3 % de refus déguisés. Chaque médecin a été rappelé une deuxième fois : une première sans que le patient précise sa séropositivité, la seconde en faisait état.

    Pourtant, le Code de la santé publique interdit toute discrimination, sous peine de sanctions civiles et pénales, qui se limitent de fait à un blâme. Une évaluation des refus de soins est bien prévue dans la loi, mais seuls les ordres médicaux en sont chargés. Christian Couzinou affirment que les réactions des médecins sont tout à fait anormales car dans les cabinets, les précautions sont les mêmes quel que soit le patient.

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.