Une percée dans le monde des Coronavirus

Des chercheurs ont découvert un moyen de réduire la propagation du Coronavirus dans le système nerveux. Une découverte qui pourrait servir dans d’autres maladies neurologiques et améliorer la compréhension du Coronavirus.



Des chercheurs québécois ont découvert qu’une modification dans une protéine du coronavirus ralentit sa propagation dans le et diminue sa neurovirulence. C’est la première fois que ce phénomène est observé dans le monde des coronavirus responsables du tiers des rhumes et soupçonnés d’être associés au développement ou à l’aggravation de maladies neurologiques comme la sclérose en plaques, la maladie d’Alzheimer, ou encore des encéphalites. Cette avancée, qui vient d’être publiée dans la prestigieuse revue PLoS Pathogens, a été réalisée dans le laboratoire de neuro-immunovirologie du Centre INRS-Institut Armand-Frappier.

En analysant plus d’une soixantaine d’échantillons des voies respiratoires humaines infectées par le coronavirus humain, les chercheurs ont découvert la présence d’une mutation importante dans sa protéine S qui permet au virus de modifier sa capacité d’infecter les cellules nerveuses. Celle-ci est aussi associée au degré de virulence du coronavirus.

« Nous avons remarqué que le changement d’aspect de cette protéine n’affectait pas la capacité du virus à atteindre le système nerveux central, mais le virus ayant subi une mutation devenait moins pathogène et neurovirulent, probablement en modifiant son mode de propagation de à neurone, suite à l’action de protéines cellulaires appelées proprotéines convertases, qui provoquent plus efficacement la modification d’aspect de la protéine virale, explique le professeur Pierre Talbot, responsable de cette étude. Dans ces conditions, le coronavirus pourrait provoquer plus facilement une infection persistante dans le système nerveux central. En virologie, ce phénomène est connu pour induire certaines neuropathologies à développement lent ou aggraver des maladies neurologiques chez l’humain. »

Ces résultats permettent de mieux comprendre le mécanisme d’établissement d’une infection coronavirale persistante et pourraient ainsi aider à prévenir le développement de maladies neurologiques associées chez l’humain.

Source : INRS

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Republication

Des articles qui sont repris provenant d'autres sources qui autorisent la republication.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *