Etat d'urgence au Brésil à cause d'un virus qui rétrécit le cerveau des nouveau-nés


  • FrançaisFrançais

  • Le Brésil a déclaré l’Etat d’urgence dans plusieurs de ses états à cause d’un trouble qui provoque le rétrécissement des cerveaux des enfants. On dénombre déjà plus de 3 000 cas et les chercheurs pointent un lien vers le virus Zika qui est présent dans certains moustiques.


    Le Brésil décrète l'Etat d'urgence sur un virus qui rétrécit le cerveau et la tête des nouveau-nés

    De 2014 à 2015, le Brésil a connu une augmentation foudroyante de nouveau-nés qui ont souffert d’une microcéphalie. La microcéphalie est un trouble neurologique rare qui fait que les nouveau-nés développent des têtes et des cerveaux anormalement réduits. Le nombre de cas est passé de 200 à 3 000. Les régions les plus touchées du Brésil ont déclaré l’Etat d’urgence et les responsables de santé pointent un possible lien entre la microcéphalie et une récente épidémie du virus Zika. Le gouvernement brésilien estime qu’environ 1,5 million de personnes ont été infectées par le depuis 2015.

    Le associé à la Microcéphalie

    Le virus Zika associé à la microcéphalie au Brésil

    Un enfant atteint par la microcéphalie

    Propagé par la piqûre du moustique Aedes aegypti, le provoque normalement des réactions bénignes chez les enfants et les adultes et on peut citer des éruptions cutanées, la fièvre et la conjonctivite. Et c’est valable pour les gens particulièrement vulnérables, mais en général, la plupart des personnes guérissent de l’infection sans souffrir aucun symptôme. C’est pourquoi les experts médicaux disaient que le provoquait une maladie bénigne.

    Malheureusement pour les femmes enceintes au Brésil, qui sont totalement paniquées, l’histoire est totalement différente pour leurs futurs enfants à cause d’une nouvelle découverte. En ayant identifié le dans le placenta de nouveau-nés brésiliens avec la microcéphalie, les chercheurs suspectent désormais que le et la microcéphalie sont liés. Mais ils ignorent encore la nature de ce lien.

    Quand les cas de microcéphalie ont augmenté en novembre 2015, les médecins ont remarqué que cela coïncidait avec l’apparition du au Brésil selon CNN. Ils ont découvert par la suite que la plupart des mères affectées avaient des symptômes liés au pendant les premiers stades de la grossesse. Dans le New York Times, Claudio Maierovitch, le directeur du département de la surveillance des maladies transmissibles du Brésil, conseille aux femmes de faire attention pour la planification de leur grossesse.

    Une nouvelle souche du qui provoque la microcéphalie

    Nommé d’après la forêt de l’Ouganda où il a été identifié pour la première fois dans les années 1940, le s’est propagé en Afrique, certaines parties de l’Asie et il vient d’arriver en Amérique latine. Dans cette région, le virus est actuellement présent en Colombie, au Mexique, au Venezuela et cette semaine, on a découvert des cas à Porto Rico. Mais le cas du Brésil est inquiétant, car la propagation a été très rapide parmi la population. Le Brésil possède des conditions idéales pour la propagation du virus Zika selon Ana Maria Bispo de Filippis, principale chercheuse qui a associé le virus Zika avec la microcéphalie. Le lien devra être confirmé, car 2 précédentes épidémies du virus Zika en Micronésie et en Polynésie française n’avaient pas provoqué une augmentation de la microcéphalie. On ne voit pas de lien apparent entre le virus Zika et la microcéphalie.

    Selon Alain Kohl, virologue à l’université de Glasgow, une explication est qu’il y a une nouvelle souche du virus Zika qui se propage au Brésil. Mais même pour les virus qui peuvent muter très rapidement, il leur est difficile d’acquérir des capacités aussi dévastatrices que de provoquer des troubles neurologiques. L’autre explication plausible est qu’on n’avait jamais cherché ce lien auparavant. Il semble que la microcéphalie provoquée par Zika ne touche qu’une partie des femmes enceintes et les épidémies précédentes n’avaient pas touché une population entière pour déclencher l’alerte. Pour le moment, les Brésiliens et les touristes qui visitent ces régions doivent prendre toutes les précautions nécessaires pour se protéger des moustiques. Le gouvernement brésilien travaille pour supprimer les eaux stagnantes qui servent de terreau fertile pour les moustiques. C’est une situation nouvelle dans la recherche scientifique selon le ministre brésilien de la santé en novembre 2015.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...
    mm

    Jacqueline Charpentier

    Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *