L’ultrason ouvre le cerveau pour des traitements contre le cancer et l’Alzeihmer

Notre cerveau est entouré par une gaine connue comme la barrière hémato-encéphalique qui le protège contre les germes et les toxines. Mais cette barrière empêche également des médicaments d’atteindre le cerveau. Mais un neurochirurgien français a trouvé un moyen d’utiliser l’ultrason pour ouvrir cette barrière.


Alexandre Carpentier avec l'appareil appelé SonoCloud. Ce dernier utilise l'ultrason pour traiter des patients atteints de cancer du cerveau.
Alexandre Carpentier avec l'appareil appelé SonoCloud. Ce dernier utilise l'ultrason pour traiter des patients atteints de cancer du cerveau.

Depuis des années, les scientifiques tentent de passer la pour délivrer de meilleurs traitements contre les maladies telles que le ou l’Alzheimer. Et une nouvelle étude montre qu’on a réussi à le faire chez des patients atteints de cancer. Alexandre Carpentier, un neurochirurgien à l’hôpital Pitié-Salpêtrière à Paris, a utilisé l’ pour ouvrir la barrière hémato-encéphalique chez des patients qui souffraient de glioblastome, une mortelle qui est fréquente chez les adultes. Cela lui a permis de délivrer la chimiothérapie avec des quantités beaucoup plus optimales. Avec les autres traitements, la chimiothérapie était fournie en des quantités minuscules. Les résultats préliminaires de la première phase de l’essai clinique ont été rapportés dans Science Translational Medicine.

La procédure fonctionne en injectant d’abord des microbulles dans le flux sanguin. Ensuite, on utilise des appareils implantés à côté des tumeurs des patients pour envoyer des ondes ultrasoniques dans le pour exciter les bulles. La pression physique des bulles pousse les cellules dans la barrière hémato-encéphalique qui est temporairement ouverte en permettant ainsi au médicament d’atteindre le .

Depuis des années, les scientifiques tentent d’ouvrir la barrière hémato-encéphalique selon Neal Kassell, fondateur de la Focused Ultrasound Foundation. L’appareil, appelé , a été implanté et utilisé sur 15 patients pendant une administration mensuelle de chimiothérapie et on n’a aucun effet secondaire après 6 mois. Même si c’est la première étude sur l’utilisation de l’ultrason pour ouvrir la barrière hémato-encéphalique, ce n’est pas la première fois qu’on entend parler de cette technique. En novembre 2015, une équipe au Sunnybrook Health Sciences Centre à Toronto a annoncé le début d’un essai clinique pour ouvrir la barrière hémato-encéphalique en utilisant l’ultrason chez un seul patient. Mais l’essai de Carpentier avait commencé dès juillet 2014 et l’étude française est la première à avoir réussi l’ouverture de la barrière à de nombreuses reprises.

L'imagerie du cerveau par résonnance magnétique montre que l'ouverture de la barrière hémato-encéphalique avec le SonoCloud a stoppé la progression de la tumeur.

L’imagerie du cerveau par résonnance magnétique montre que l’ouverture de la barrière hémato-encéphalique avec le SonoCloud a stoppé la progression de la tumeur.

L’essai de Sunnybrook a utilisé un appareil d’ultrason ciblé qui permet de localiser précisément les cancers. En revanche, le SonoCloud émet des ultrasons de manière diffuse et c’est utile pour les glioblastomes qui se mélangent avec le tissu cérébral. L’implantation d’un appareil peut sembler agressive selon Carpentier, mais l’ultrason à large spectre permet d’ouvrir une grande brèche dans la barrière hémato-encéphalique. Cela permet à la chimiothérapie d’atteindre les cellules cancéreuses autour de la périphérie de la tumeur principale en réduisant les risques que le cancer se développe de nouveau dans le futur.

Carpentier, qui a inventé le SonoCloud et qui a créé son entreprise mère, CarThera, a déclaré que le plus surprenant était la réaction des patients à l’implant. Les patients ne sentaient rien quand on émettait des ultrasons. Et ils ne se plaignaient d’aucune gêne. Il était prévu que l’appareil soit enlevé au bout de 6 mois, mais les patients ont voulu le garder.

Carpentier est en train de préparer la prochaine phase de l’essai clinique pour déterminer l’efficacité de la chimiothérapie avec une barrière hémato-encéphalique ouverte. Carpentier estime que cette technologie est une grande opportunité pour améliorer le traitement de nombreuses maladies. Il a aussi commencé les essais sur la maladie d’. Des études dans des souris ont montré que l’ouverture de la barrière avec l’ultrason permet de supprimer la protéine amyloïde bêta qui est responsable de l’Alzheimer. L’objectif ultime de la thérapie par ultrason est d’ouvrir la barrière hémato-encéphalique de manière répétitive et réversible sans être intrusive ou ciblée.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 1,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *