lundi , 26 juin 2017

Potentiel de 2 médicaments auto-immune contre le virus Chikungunya

La reconversion de 2 médicaments auto-immune pourrait soulager les douleurs aux articulations provoquées par le virus Chikungunya. Le premier médicament est le Fingolimid qui est utilisé dans la thérapie contre la sclérose en plaques et le second est l’Abatacept qui est utilisé contre l’arthrite rhumatoïde.


Potentiel de 2 médicaments auto-immune contre le virus Chikungunya
2 nouvelles études explorent des stratégies pour soulager la douleur handicapante aux articulations qui est provoquée par les infections du virus Chikungunya. Ce dernier est une maladie émergente sans aucune thérapie connue. Le virus Chikungunya est une maladie transmise par les moustiques qui se développe rapidement à travers les Amériques avec plus de 1,7 million cas suspectés depuis la première transmission locale détectée en 2013 dans les Caraïbes.

Le traitement utilise des médicaments qui sont déjà utilisés dans d’autres applications chez les humains. Chacun de ces médicaments a réduit la douleur aux articulations chez des souris infectées par le virus. Cela ouvre la voie à des options thérapeutiques qui sont plus que nécessaire. Les deux groupes de chercheurs ont trouvé un moyen de stopper les cellules T d’attaquer les articulations et de provoquer l’arthrite. La douleur aux articulations est une des signatures d’une infection aiguë du virus Chikungunya.

Une infographie sur le Chikungunya - Crédit : Carla Schaffer / Miner et al. and Teo et al. / Science Translational Medicine

Une infographie sur le Chikungunya – Crédit : Carla Schaffer / Miner et al. and Teo et al. / Science Translational Medicine

Teck-Hui Teo et son équipe ont montré que les souris, qui ont reçu une dose de Fingolimid, un médicament utilisé dans les thérapies contre la sclérose en plaques, ont eu une inflammation réduite des articulations. Pour corroborer ces résultats, Jonathan Miner et ses collègues ont découvert que le médicament Abatacept, utilisé contre l’arthrite rhumatoïde, a réduit l’inflammation dans les articulations des souris infectées. Philippe Gasque et Marie Christine Jaffar-Bandjee soulignent que des analyses supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si ces approches pour bloquer les cellules T peuvent aussi aider contre l’arthrite chronique qui touche parfois les personnes qui ont été touchées par le Chikungunya alors que l’infection initiale a disparue.

Source : Science Translation Medecine (http://dx.doi.org/10.1126/scitranslmed.aah3438)

N'oubliez pas de voter :
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Faites un don sur notre page Patreon

Quelle est la fiabilité de cette information ou étude ?


A propos de Jacqueline Charpentier

mm
Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Timber by EMSIEN 3 Ltd BG