Compléments alimentaires : une augmentation des appels d’intoxication

Une étude rapporte une augmentation des appels sur l’intoxication concernant les compléments alimentaires. Les produits énergétiques et le Yohimbe sont les plus concernés.


Une étude rapporte une augmentation des appels sur l'intoxication concernant les compléments alimentaires. Les produits énergétiques et le Yohimbe sont les plus concernés.

En moyenne, les centres de lutte contre les intoxications aux États-Unis reçoivent un appel toutes les 24 minutes sur les expositions aux compléments alimentaires selon une nouvelle étude de Nationwide Children’s Hospital.

L’étude, publiée dans le Journal of Medical Toxicology, a révélé que le taux d’appels sur les expositions aux suppléments alimentaires a augmenté (46,1 %) entre 2000 et 2002, a diminué (8,8 %) entre 2002 et 2005 et a de nouveau augmenté (49,3 %) par rapport à 2005 jusqu’en 2012. La diminution de 2002 à 2005 est probablement due à cause de l’interdiction par l’Agence américaine des médicaments et des médicaments (FDA) du stimulant botanique Ma Huang qu’on a trouvé dans certains suppléments alimentaires. Les études scientifiques estiment que le Ma Huang pourrait provoquer de nombreux effets négatifs incluant des rythmes cardiaques et une pression sanguine élevés.1

70 % des appels sur l’exposition aux suppléments alimentaires ont concerné des enfants de moins de 6 ans et la majorité n’était pas intentionnelle. La plupart des expositions (97,3 %) se sont produites à la maison et dans plus de 97 % des cas, l’enfant avait avalé la substance. Les dommages médicaux graves représentaient 4,5 % des expositions et les dommages les plus graves (95,0 %) se sont produits chez les enfants de six ans et plus.

De nombreux consommateurs estiment que les suppléments alimentaires respectent les mêmes normes de sécurité et d’efficacité que les médicaments en vente libre selon Gary Smith, auteur principal de l’étude du Nationwide Children’s. Cependant, les suppléments diététiques ne sont pas considérés comme des médicaments et ils ne sont donc pas tenus de subir des essais cliniques ou d’obtenir l’approbation de la FDA avant la vente à moins que le produit ne soit destiné à un usage thérapeutique.

Diverses substances, fréquemment utilisées dans les suppléments alimentaires, représentaient la majorité des appels sur l’exposition (43,9 %). D’autres substances impliquées dans les expositions comprenaient des plantes (31,9 %), des produits hormonaux (15,1 %) et d’autres suppléments (5,1 %). Les acides aminés, les médicaments culturels et les produits énergétiques représentent chacun moins de (2,0 %) des expositions.

Les suppléments alimentaires, ayant provoqué des dommages médicaux graves, étaient les produits énergétiques, les médicaments botaniques et culturels. Dans la catégorie botanique, le Yohimbe représentait la plus grande proportion de résultats médicaux graves (28,2 %). Le Yohimbe est considéré comme un aphrodisiaque assez puissant, mais les études scientifiques n’arrivent pas à trancher de manière claire.2

Près de 30 % des appels d’exposition au yohimbe ont provoqué des effets modérés ou majeurs. Le Yohimbe peut provoquer des changements de rythme cardiaque, une insuffisance rénale, des convulsions, une crise cardiaque et la mort. Les produits énergétiques incluant les boissons, promus pour augmenter l’énergie et les performances mentales, peuvent aussi provoquer de mauvais effets cliniques. De nombreuses expositions aux produits énergétiques n’étaient pas intentionnelles et elles se produisaient chez les jeunes enfants en provoquant des problèmes cardiaques et respiratoires, des convulsions et d’autres problèmes cliniques.

Les résultats confirment la nécessité d’améliorer la réglementation des produits énergétiques, les emballages résistant aux enfants et les informations sur le personnel médical selon les auteurs de l’étude. Le manque de surveillance fédérale a entraîné des incohérences dans la qualité des suppléments diététiques, l’étiquette incorrecte du produit et la contamination par d’autres substances selon Henry Spiller, co-auteur de l’étude et directeur du Central Ohio Poison Center chez Nationwide Children’s. Même si la majorité de ces appels d’exposition n’entraîne pas de résultats médicaux graves, les expositions au Yohimbe et aux produits énergétiques peuvent être dangereuses ce qui suggère la nécessité d’un emballage résistant aux enfants, l’éducation des soignants et la réglementation de ces substances par la FDA.

Sources

1.
Ephedra (Ephedra spp.), ma huang Background – Mayo Clinic . mayoclinic.org. http://www.mayoclinic.org/drugs-supplements/ephedra–ma-huang/background/hrb-20059270. Accessed July 23, 2017.
2.
Daniells S. “This is heating up”: Studies highlight concerns over yohimbe supplements. NutraIngredients-USA.com. http://www.nutraingredients-usa.com/Research/This-is-heating-up-Studies-highlight-concerns-over-yohimbe-supplements. Accessed July 23, 2017.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *