Yémen : La pire catastrophe humanitaire du monde

Dans un éditorial du Lancet, plusieurs agences de santé et d’aides humanitaires estiment qu’on assiste à la pire crise humanitaire de notre époque avec 20 millions de personnes qui ont besoin d’une aide humanitaire urgente.


Dans un éditorial du Lancet, plusieurs agences de santé et d'aides humanitaires estiment qu'on assiste à la pire crise humanitaire de notre époque avec 20 millions de personnes qui ont besoin d'une aide humanitaire urgente.
Crédit : REUTERS/Naif Rahma

La situation au Yémen, l’une des pires crises humanitaires au monde, risque de se détériorer davantage. La mort d’Ali Abdullah Saleh pourrait accélérer le conflit. Ali Abdullah Saleh, l’ancien président du Yémen, a été tué le 4 décembre dans des affrontements avec la milice Houthi alignée sur l’Iran dans la capitale selon Reuters en suscitant de nouvelles craintes pour un pays dont les responsables humanitaires estiment que 20,7 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire ou de protection.1 2

Un pays bloqué de toutes parts par l’

La nouvelle explosion de violence, qui a également tué des dizaines d’autres personnes, ne pourrait pas se produire au pire moment au Yémen selon un communiqué de l’ONU publié avant la mort de Saleh. Les ambulances et les équipes médicales ne peuvent pas accéder aux blessés et les gens ne peuvent pas aller à l’extérieur pour acheter de la nourriture et d’autres nécessités selon António Guterres, secrétaire général des Nations Unies. Les travailleurs humanitaires sont incapables de voyager et de mettre en oeuvre des programmes cruciaux de sauvetage à un moment où des millions de Yéménites comptent sur l’aide pour survivre.3

Les agences d’aide ont averti que la guerre au Yémen, qui a créé l’une des pires catastrophes humanitaires au monde, s’aggravera à moins qu’une coalition dirigée par l’Arabie saoudite lève son blocus partiel des ports de la mer Rouge. Les prix des aliments et du carburant sont en hausse, les sources d’eau sont menacées et seule la moitié des établissements de santé du pays sont opérationnels.

Le Yémen, pays le plus pauvre du monde arabe, est au bord de l’une des plus grandes famines des temps modernes selon une déclaration conjointe des responsables de plusieurs agences des Nations Unies, notamment l’OMS, l’UNICEF et le Programme alimentaire mondial.

L’une des plus grandes famines des temps modernes

Les dirigeants de l’ONU ont reconnu qu’une levée partielle du blocus fin novembre avait permis de fournir une aide. Mais étant donné l’ampleur de la crise humanitaire au Yémen, cela ne fait que ralentir l’effondrement d’une tragédie humanitaire massive qui coûte des millions de vies. Sans la reprise urgente des importations commerciales, en particulier la nourriture, le carburant et les médicaments, des millions d’enfants, de femmes et d’hommes risquent la faim, la maladie et la mort.

Dans un éditorial du Lancet, plusieurs agences de santé et d'aides humanitaires estiment qu'on assiste à la pire crise humanitaire de notre époque avec 20 millions de personnes qui ont besoin d'une aide humanitaire urgente.

Crédit : EPA / Yahya Arhab

Saleh et ses loyalistes avaient été en alliance avec les Shia , mais les combattants des 2 camps ont commencé à s’affronter à Sanaa le 29 novembre. Saleh aurait été tué par des balles de sniper. Saleh s’est rapproché de Riyad après que des frappes aériennes de la coalition, dirigées par l’Arabie saoudite, ont frappé les positions de Houthi dans une tentative apparente de consolider ses forces. Les analystes ont déclaré que le réalignement des forces de Saleh avec les Saoudiens pourrait être un tournant dans la guerre qui semble une guerre par procuration entre l’Iran chiite et l’Arabie saoudite sunnite.

L’ONU avait prévu d’envoyer une équipe à Riyad début décembre pour discuter des préoccupations de la coalition saoudienne concernant l’ouverture des ports yéménites, mais nous avons besoin que la coalition accorde un accès sans entrave aux importations qui sont une bouée de sauvetage pour des millions de personnes selon le communiqué de l’ONU.

960 000 personnes atteintes de

Le conflit a conduit à une épidémie de choléra affectant environ 960 000 personnes avec 2219 décès signalés depuis avril et une nouvelle vague de choléra pourrait frapper selon l’OMS. Iolanda Jaquemet, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a déclaré que les conditions de vie dans le pays étaient presque médiévales.4

Il y a une population gravement affaiblie à cause d’un manque de nourriture et d’une privation de longue date et le système de santé est sur les rotules. Environ 55 % des établissements de santé ont fermé parce qu’ils étaient ciblés par des frappes militaires ou que le personnel a déserté en raison de l’absence de salaire, de médicaments, d’eau et de carburant selon Jaquemet.

Un Yémen devenu médieval
De nombreux médecins et infirmières disent : Ne nous donnez pas d’argent, mais de la nourriture. Jamais, nous n’avons entendu des gens d’un groupe de la classe moyenne demander des colis alimentaires.

Complicité des pays occidentaux avec l’Arabie Saoudite

Le CICR a annoncé le 29 novembre une mesure temporaire exceptionnelle pour acheter du carburant afin de fournir de l’eau potable à un million de personnes dans les villes qui ne disposent pas de suffisamment de carburant pour faire fonctionner leurs pompes à eau. Le manque de carburant a eu un impact en cascade sur la santé, car il était nécessaire pour gérer les générateurs des hôpitaux, pour maintenir les chaînes du froid pour les vaccins et les médicaments et pour maintenir l’assainissement et l’approvisionnement alimentaire selon Jaquemet.

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite, qui a reçu un soutien logistique et de renseignement du Royaume-Uni, des États-Unis et de la France, a fermé l’accès aérien, terrestre et maritime le 6 novembre pour prétendument arrêter le flux des armes par l’Iran aux Houthis. Le blocus n’a été que partiellement levé.

Seuls quelques vols d’aide sont arrivés au Yémen incluant un avion affrété par l’UNICEF transportant des vaccins qui a atterri le 25 novembre selon Juliette Touma, une porte-parole de l’UNICEF. L’avion transportait 1,9 million de doses de vaccins dans le but de vacciner 600 000 enfants contre des maladies telles que la diphtérie, la coqueluche, la tuberculose, la pneumonie et la méningite. Un enfant meurt toutes les 10 minutes de causes évitables selon l’agence.

Sources

2.
Millions in need of humanitarian assistance in Yemen. thelancet.com. http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(17)33250-6/fulltext?elsca1=etoc. [Source]
3.
Daily Press Briefing by the Office of the Spokesperson for the Secretary-General. un.org. https://www.un.org/press/en/2017/db171109.doc.htm.
4.
Yémen : la fermeture des frontières paralyse les systèmes d’eau et d’égouts et accroît le risque de choléra. icrc.org. https://www.icrc.org/fr/document/yemen-la-fermeture-des-frontieres-paralyse-les-systemes-deau-et-degouts-et-accroit-le.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 1,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *