Des taux de diabète et d’hypertension élevés en Inde

Une étude rapporte des taux élevés de diabètes et d’hypertensions chez toutes les classes de la population en Inde. Un pays en pleine transition épidémiologique.


Une étude rapporte des taux élevés de diabètes et d'hypertensions chez toutes les classes de la population en Inde. Un pays en pleine transition épidémiologique.

Les taux de diabète et d’hypertension sont élevés chez les personnes d’âge moyen et les personnes âgées dans toutes les mesures géographiques et les groupes sociodémographiques en selon la première étude représentative au niveau national de ces maladies dans le pays. L’étude, menée par des chercheurs de Harvard T.H. Chan School of Public Health, a également constaté des taux d’hypertension inattendus chez les jeunes adultes.

Des taux plus élevés de diabète et d’hypertension

La compréhension de la prévalence du diabète et de l’hypertension dans un pays aussi vaste que l’Inde est essentielle pour cibler les services de prévention, de dépistage et de traitement selon Pascal Geldsetzer, Ph. D., doctorant au Département Santé et Population. L’étude a été publiée dans JAMA Internal Medicine.

L’Inde, qui abrite plus d’un sixième de la population mondiale, est en pleine transition épidémiologique rapide. Les taux de maladies non transmissibles ont augmenté au cours des dernières décennies et elles devraient se maintenir à mesure que la population de l’Inde vieillit et s’urbanise. Pendant ce temps, de nombreuses régions de l’Inde sont encore confrontées à des fardeaux considérables de maladies infectieuses et à une mauvaise santé maternelle et infantile.

Les chercheurs ont voulu savoir comment la prévalence du diabète et de l’hypertension en Inde variait selon l’état, l’emplacement rural par opposition à l’emplacement urbain et selon les caractéristiques sociodémographiques telles que l’éducation et la richesse des ménages. Ils ont utilisé des données sur la santé recueillies auprès de 1 320 555 adultes en Inde de 2012 à 2014 qui comprenaient des mesures de la glycémie et de la tension artérielle. Les résultats ont montré que le diabète et l’hypertension étaient répandus dans toutes les régions et groupes sociodémographiques.

Les principaux chiffres du diabète et de l’hypertension en Inde

  • Dans l’ensemble, la prévalence du diabète était de 6,1 % chez les femmes et de 6,5 % chez les hommes. Pour l’hypertension, 20 % chez les femmes et 24,5 % chez les hommes.
  • Les taux de diabète et d’hypertension varient considérablement entre les États.
  • La richesse des ménages et la localisation urbaine étaient positivement associées aux deux maladies et la prévalence du diabète et de l’hypertension chez les adultes d’âge moyen dans les ménages les plus pauvres des zones rurales était également élevée (5,9 % souffraient de diabète et 30 % d’hypertension).
  • L’hypertension était plus élevée chez les adultes de moins de 45 ans et elle était plus élevée qu’en Europe centrale et orientale qui est la région qui avait les taux les plus élevés pour les jeunes adultes.

L’Inde a une opportunité d’investir dans son système de santé pour lutter efficacement contre l’hypertension et le diabète qui sont deux facteurs de risque majeurs, mais il est possible de tirer parti des nouvelles technologies pour atteindre les millions de personnes touchées par ces maladies et renverser le cours de ces épidémies selon Rifat Atun, co-auteur principal et professeur de systèmes de santé mondiaux au Département de la santé mondiale et de la population.

Le diagnostic de l’hypertension et du diabète est simple, mais il est inexploité en raison du manque de sensibilisation et de bilans de santé réguliers selon Ashish Awasthi, co-auteur et professeur à l’Institut indien de santé publique à Gandhinagar en Inde. L’Inde doit se concentrer sur ces 2 tueurs silencieux ainsi que sur d’autres maladies non transmissibles afin de réduire le fardeau de la morbidité et de la mortalité prématurée évitables sinon nous verrons beaucoup plus de victimes de ces 2 maladies dans les 2 prochaines décennies.

Source : JAMA Internal Medecine (http://dx.doi.org/10.1001/jamainternmed.2017.8094)

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *