Des migraines “Coup de Tonnerre” après avoir mangé le piment le plus fort au monde

Le fait de participer à un concours de piments forts pourrait avoir des conséquences inattendues selon les médecins dans le journal BMJ Case Reports. Un homme a souffert d’une migraine “Coup de Tonnerre” après avoir mangé un Carolina Reaper qui est le piment le plus fort au monde. Ce type de migraine, ultra-intense, est provoqué par un rétrécissement des artères dans le cerveau.


Le Carolina Reaper, le piment le plus fort au monde. Mangez-en et vous aurez des coups de Tonnerre dans le crâne
Le Carolina Reaper, le piment le plus fort au monde. Mangez-en et vous aurez des coups de Tonnerre dans le crâne

Leur avertissement s’explique après qu’un jeune homme se soit retrouvé en soins d’urgence avec des maux de tête épisodiques douloureusement atroces après avoir mangé un Carolina Reaper qui est le piment le plus chaud du monde. Ses symptômes ont commencé immédiatement après qu’il ait mangé le piment avec des assèchements de la gorge. Mais il a ensuite développé de graves douleurs au cou et des maux de tête très douloureux et chacune de ces migraines se déclenchait sous forme d’une vague d’une durée de quelques secondes pendant plusieurs jours.1

Une migraine “Coup de Tonnerre”

Sa douleur était si grave qu’il a cherché des soins d’urgence et a été testé pour diverses conditions neurologiques dont les résultats sont tous négatifs. Mais une tomodensitométrie a montré que plusieurs artères de son cerveau s’étaient rétrécies en incitant les médecins à le diagnostiquer avec une migraine de type “Coup de Tonnerre” qui se produit dans le cas d’un syndrome de vasoconstriction cérébrale réversible (RCVS).

Le RCVS se caractérise par un rétrécissement temporaire de l’artère souvent accompagné de migraines Coup de Tonnerre. Il n’a pas une cause évidente, mais peut se produire en réaction à certains médicaments sur ordonnance ou après avoir pris des drogues illicites. C’est le premier cas à être associé à la consommation de piments selon les auteurs. Même s’ils soulignent que la consommation de poivre de Cayenne a été liée à une constriction soudaine de l’artère coronaire et des crises cardiaques.

Compte tenu du développement des symptômes immédiatement après l’exposition à une substance vasoactive connue, il est plausible que notre patient a eu un RCVS secondaire à la Carolina Reaper selon les auteurs. Les symptômes de l’homme se sont dissipés d’eux-mêmes. Et une tomodensitométrie 5 semaines plus tard a montré que ses artères affectées avaient retrouvé leur largeur normale.

Sources

1.
An unusual case of thunderclap headache after eating the hottest pepper in the world – “The Carolina Reaper.” BMJ Case Reports. 10.1136/bcr-2017-224085″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>http://casereports.bmj.com/lookup/doi/10.1136/bcr-2017-224085. Published April 9, 2018. Accessed April 9, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

2 réponses

  1. ROLLAND Pierre dit :

    Bonjour madame Jacqueline Charpentier !

    Je me “promène” de temps en temps sur votre “blog” (Housseniawriting), et aujourd’hui, j’ai trouvé votre article sur le piment “Carolina Reaper”,que vous présentez comme le plus fort du monde.

    Il se trouve que je suis un très grand amateur de piments “forts”, et résidant à Madagascar, je suis comblé en termes de choix !

    Selon l’échelle dite “de Socoville” qui semble être la seule (à ma connaissance) à classer par degré de “force” l’ensemble des piments du monde (?) le piment qui devance tous les autres est le “Bhut Jolokia” qui atteint le degré UN MILLION, alors que le N° 2, le “Red Savina” n’atteint “que” 580 MILLE ! ! !

    Et dans la documentation que je possède, je n’ai pas trouvé la mention du “Carolina Reaper”, à moins qu’il n’y soit mentionné sous une autre appellation (?)
    Je ne dispose pas, d’infos sur les noms scientifiques de ces “friandises”
    Bien cordialement,
    Pierre ROLLAND

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *