Un nouveau médicament qui protège contre les effets de l'irradiation nucléaire



Un nouveau médicament permet de se protéger des effets d’une irradiation nucléaire 24 heures après la contamination.

Une équipe de recherche interdisciplinaire menée par le département médical de l’université du Texas annonce une nouvelle avancée pour contrer les effets des irradiations nucléaires. Une seule injection d’un peptide régénérant a permis d’augmenter considérablement le taux de survie chez des souris. Les chercheurs ont fait cette injection 24 heures après que les souris aient été contaminées par une exposition aux irradiations nucléaires. La principale auteure de la recherche, Carla Kantara, boursière postdoctorale en biochimie et biologie moléculaire, a déclaré qu’une seule injection de ce médicament appelé TP508 a permis d’augmenter le taux de survie et diminuer la mortalité chez les souris, notamment en contrant les effets destructeurs dans le système gastro-intestinal. Cette recherche a été publié dans Laboratoire Investigation qui est une revue du groupe Nature.

La menace d’un incident nucléaire est toujours présente, car il peut blesser ou tuer des milliers de personnes. Les recherches sont en cours sur des traitements pour lutter contre la irradiation nucléaire dans le cas où une catastrophe peut se produire. Une exposition aux radiations nucléaires déclenche de nombreux effets mortels. Les principaux dommages concernent le système des intestins qui se manifeste par ce qu’on appelle le syndrome d’irradiation aiguë. Ces dommages sont provoqués par la destruction des parois intestinales. Cette destruction empêche l’organisme d’absorber l’eau et provoque un déséquilibre de l’électrolyte, une infection bactériologique, une fuite du contenu intestinal, une septicémie et la mort.

Le syndrome d’irradiation intestinal est provoqué par la avec des dommages sur les glandes intestinales dans le petit intestin et le colon. Ces glandes intestinales doivent se renouveler constamment pour continuer à fonctionner. Et ces glandes sont les plus vulnérables aux dommages des radiations et elles servent d’indicateurs pour déterminer si une personne va survivre ou non après une . L’irradiation nucléaire provoque de nombreux effets, mais en se focalisant sur un traitement contre les dommages dans le système intestinal, les chercheurs ont pu développer rapidement une méthode tout en réduisant les principaux dommages directs qui sont provoqués par une radiation.

Le médicament à base de peptide TP508 a été développé pour stimuler la guérison de la peau, des os et des tissus musculaires. Le médicament TP508 avait déjà montré son potentiel pour réparer des tissus en stimulant une bonne circulation sanguine, en réduisant l’inflammation et en diminuant la mort des cellules. Dans les essais cliniques sur les humains, le médicament TP508 a augmenté la guérison du Mal perforant plantaire (une forme d’ulcère qui affecte les plantes du pied et qui est aggravé par le diabète) ainsi que des fractures du poignet sans effets secondaires.

Selon Kantara : Les premiers résultats de ce médicament suggèrent que le peptide est une contre-mesure efficace pour lutter contre les effets des irradiations nucléaires dans un cas d’urgence. On peut l’administrer en l’espace de 24 heures pour augmenter la survie de la victime. Cela permet aux victimes d’avoir plus de temps pour bénéficier de traitements plus avancés.

 

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *