2 dollars mensuels par personne = accès à 201 médicaments essentiels

La commission du Lancet sur les médicaments essentiels estime qu’une cotisation de 1 à 2 dollars par mois et par personne permettrait d’accéder à 201 médicaments essentiels.



Le cout pour fournir un accès à 201 médicaments essentiels pour toutes les personnes vivant dans les pays à moyen revenu serait de 1 à 2 dollars par mois, soit 13 à 25 dollars par année et par personne. C’est la conclusion de la première analyse du cout pour fournir un panier des médicaments essentiels qui a été effectué par une commission sur les médecines essentielles du Lancet.

Cependant, 1 sur 5 pays dans le monde dépensent moins que cette somme pour fournir ces accès aux médicaments. Cela démontre un besoin urgent pour un financement supplémentaire afin de fournir les besoins de médicaments de base. Dans le même temps, le monde a dépassé 8 fois ce montant sur les dépenses des médicaments. Cela prouve des inégalités flagrantes sur le financement et les gouvernements qui empêchent des millions de personnes d’accéder à des médicaments de base dans le monde.

Les médicaments essentiels sont un panier de médicaments de base défini par l’OMS.1 Ces médicaments incluent des analgésiques comme la morphine, les traitements contre le VIH, le paludisme ou la tuberculose, les médicaments contre les maladies chroniques comme le diabète, les traitements contre le cancer, la contraception ainsi que les vaccins. La commission estime que l’accès à ces médicaments essentiels est crucial pour atteindre les Objectifs de développement durable définis pour 2030.

La commission résume le rapport de 21 experts internationaux et propose des recommandations pour les gouvernements, la société civile, les institutions de santé au niveau national, les agences de régulation et l’industrie pharmaceutique. Le rapport a été publié le 8 novembre 2016.2 Les pays dans le monde, indépendamment de leur niveau de revenu, font face à d’énormes défis pour proposer un accès global et abordable aux médicaments essentiels selon Andy Gray, le co-président de la commission. Les exemples récents comme l’affaire de l’EpiPen, le cout exorbitant des médicaments contre l’hépatite C, l’échec pour développer de nouveaux antibiotiques pour traiter les infections résistantes est un problème global qui empêche l’accès des soins à tous.34

Payer pour un panier de médicaments essentiels

En se basant sur la prévalence de la maladie, la consommation et le prix des médicaments, la commission estime qu’il faut un financement de 77 milliards à 151 milliards de dollars par année afin de fournir un accès abordable à 201 traitements composés de 378 produits qui sont listés dans les médicaments essentiels par l’OMS. Ce financement permettrait à toutes les populations dans les pays à moyen revenu de bénéficier d’un accès sans aucune condition. Et la cotisation par personne est seulement de 12 à 25 dollars par année.

Le cout estimé pour financer l'accès aux médicaments essentiels dans les pays à moyen et faible revenu. Crédit : The Lancet

Le cout estimé pour financer l’accès aux médicaments essentiels dans les pays à moyen et faible revenu. Crédit : The Lancet

Les estimations récentes montrent que la dépense moyenne sur les médicaments sur les pays à faible revenu est de 8 dollars par année. La majorité du financement provient des particuliers et des ménages. Un financement supplémentaire est nécessaire pour fournir un accès aux médicaments essentiels. 28 pays des 31 pays à faible revenu et 13 pays sur 47 pays à moyen revenu dépensent moins que ce montant. Cela signifie que 41 pays, soit 1 pays sur 5 dans le monde n’ont pas accès à ces médicaments essentiels. Dans le même temps, si on regarde les dépenses médicales au niveau mondial, on atteindra un chiffre faramineux de 1,2 billion de dollars en 2017, soit 8 fois que la limite maximale définit par le modèle de la commission.

Relation entre la dépense pharmaceutique par habitant et celle sur la santé en 2010. Crédit : The Lancet.

Relation entre la dépense pharmaceutique par habitant et celle sur la santé en 2010. Crédit : The Lancet.

La Commission souligne les politiques globales et nationales pour faciliter l’accès aux médicaments essentiels. On peut citer la promotion des médicaments génériques, la transparence des prix et un stock suffisant. Dans le même temps, la Commission avertit que les flexibilités proposées par l’accord du TRIPS (Trade-related Aspects of Intellectual Property Rights) de l’OMC sont menacées à cause des obligations qui sont imposées dans les accords commerciaux bilatéraux et régionaux.56

Les systèmes de régulation doivent être renforcés pour garantir la qualité des médicaments

En dépit de certains progrès, des problèmes persistent avec la qualité et la sécurité des médicaments dans de nombreux pays à faible et moyen revenu. L’effet le moins grave est que ces médicaments ne provoquent aucun effet et le plus grave est qu’ils provoquent des désastres humanitaires. Par exemple, 120 000 enfants sont morts en Afrique subsaharienne en 2013 à cause de traitements antipaludiques en dessus des normes.7

Dans de nombreux cas, ces médicaments dangereux sont le résultat de négligences sérieuses dans la fabrication accidentelle ou intentionnelle suivi par des échecs dans le suivi de la qualité. Dans la plupart des pays riches, les agences de régulation fournissent ce suivi de la qualité, mais de nombreuses agences dans les pays à moyen revenu se basent uniquement sur le programme de préqualification de l’OMS. Ce programme de l’OMS n’est pas suffisant et il doit être renforcé pour inclure une grande quantité de médicaments selon la commission.

La commission avertit également sur l’utilisation inappropriée de médicaments telle que la surutilisation des opiacés aux USA et la sous-utilisation des analgésiques dans de nombreux pays à faible revenu. On a également une mauvaise utilisation comme des antibiotiques pour contrer une maladie virale ou des dépenses inutiles où on va utiliser des médicaments de marque au détriment des génériques. Le principal facteur de l’utilisation inappropriée est la promotion pharmaceutique qui doit être encadrée et sanctionnée par les agences de régulation.

Une réforme urgente sur la politique globale de recherche et de développement

Le système actuel, dans lequel l’exclusivité du marché et les brevets sont les principaux pilotes de l’innovation, échoue à inciter la recherche et le développement dans les médicaments essentiels. La Commission estime que la recherche pharmaceutique doit se recentrer pour proposer de nouveaux médicaments essentiels afin de résoudre les maladies prioritaires. Il faut adopter un nouveau cadre de travail dans la recherche et le développement, un fond de recherche global en amont et il faut dissocier le cout de la recherche et du développement et le prix des médicaments.

En s’inspirant du succès du regroupement des brevets pour les médicaments contre le VIH, la commission incite la communauté internationale à créer un regroupement de brevets dédié aux médicaments essentiels. Cela permettra aux autres entreprises d’exploiter les brevets pour créer un marché de génériques compétitif. On a déjà des initiatives pour financer les médicaments essentiels, mais il se base principalement sur les dons. Cela a permis d’avoir de nouveaux médicaments contre le VIH et la tuberculose, mais ils ne fournissent pas de solutions sur le long terme.

Selon le professeur Hans Hogerzeil de l’université de Groningen aux Pays-Bas, le public paie le double pour ses médicaments. La première fois via ses impôts qui financent la recherche publique et la seconde fois pour acheter des médicaments exorbitants. Le système actuel pour créer de nouveaux médicaments est en crise. Quand de nouveaux médicaments sont proposés, l’exclusivité du marché via les brevets et d’autres mécanismes fait en sorte qu’ils sont vendus à des prix faramineux même pour les pays riches.

Enfin, la commission avertit sur le manque de transparence et l’accès aux données sur les médicaments essentiels. C’est un obstacle pour une implémentation et une évaluation efficace des stratégies des médicaments essentiels et la commission propose 24 indicateurs pour mesurer le progrès. Selon la professeure Veronika J. Wirtz de la Boston University School of Public Health, nous pensons que nos recommandations peuvent améliorer considérablement l’accès aux médicaments essentiels dans les pays à fort et faible revenu. Mais si nous ne pouvons pas mesurer les changements, alors nous ne pouvons pas désigner les responsables, qu’ils soient gouvernementaux ou autre, pour qu’ils améliorent la couverture de santé.

Les médicaments essentiels font face à de nombreux problèmes et chaque acteur refuse de reconnaitre la responsabilité. L’industrie pharmaceutique continue ses pratiques en prétextant que ce sont les lois qui ont créé le système. Le gouvernement estime que c’est les agences de régulation qui ne font rien. Le système actuel est complètement cassé et sans une refonte globale, des millions de gens vont mourir parce qu’ils ne peuvent pas accéder à des médicaments essentiels ou parce qu’ils prennent les mauvais traitements. Quand on voit qu’il suffit d’une dizaine de dollars par année pour fournir un accès complet à ces médicaments à des millions de personnes et qu’on ne fait rien, alors les acteurs de ce système deviennent des criminels.

Sources

1.
Activités Publications À propos Listes modèles OMS des médicaments essentiels. OMS. http://www.who.int/medicines/publications/essentialmedicines/fr/.
2.
Wirtz VJ, Hogerzeil HV, Gray AL, et al. Essential medicines for universal health coverage. The Lancet. novembre 2016. doi: 10.1016/s0140-6736(16)31599-9 [Source]
3.
Loftus P. Prisoners Sue Massachusetts for Withholding Hepatitis C Drugs. WSJ. http://blogs.wsj.com/pharmalot/2015/06/11/prisoners-sue-massachusetts-for-withholding-hepatitis-c-drugs/. Published 11 juin 2015. Consulté le novembre 14, 2016.
4.
Soaring EpiPen price spurs allergy patients to resort to syringes. STAT. https://www.statnews.com/2016/07/06/epipen-prices-allergies/. Published 6 juillet 2016. Consulté le novembre 14, 2016.
5.
Intellectual property: protection and enforcement. WTO. https://www.wto.org/english/thewto_e/whatis_e/tif_e/agrm7_e.htm. Consulté le novembre 14, 2016.
6.
The Effects of TRIPS-Plus IP Provisions on Access to Affordable Medicines. Infojustice.org. http://infojustice.org/archives/34601. Published 18 juin 2015. Consulté le novembre 14, 2016.
7.
Renschler JP, Walters KM, Newton PN, Laxminarayan R. Estimated Under-Five Deaths Associated with Poor-Quality Antimalarials in Sub-Saharan Africa. American Journal of Tropical Medicine and Hygiene. 2015;92(6 Suppl):119-126. doi: 10.4269/ajtmh.14-0725

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *