Au détriment de la diversité, le monde devient WEIRD

En 2010, un papier scientifique a démontré le phénomène des sociétés « WEIRD », Occidentales, Eduquées, Industralisées et Démocratiques. Et ce WEIRDing est en train de contaminer le monde entier, entrainant la perte progressive de la diversité des sociétés humaines.


En 2010, un papier scientifique a démontré le phénomène des sociétés WEIRD, occidentales, éduquées, industralisées et démocratiques. Et ce WEIRDing est en train de contaminer le monde entier, entrainant la perte progressive de la diversité des sociétés humaines.

Pendant des siècles ou des siècles, les chasseurs ont parcouru l’Arctique en consultant le vent, la neige et le ciel. Maintenant, ils utilisent le GPS.1 Les locuteurs de la langue autochtone Gurindji, dans le nord de l’Australie, maîtrisaient 28 variantes de chaque direction cardinale. Leurs enfants utilisent maintenant les quatre termes de base et ne les utilisent pas très bien.2 Dans les hauteurs arides des Andes, les Aymara ont développé une manière inhabituelle de comprendre le temps, imaginant le passé devant eux et l’avenir derrière eux. Mais pour la plus jeune génération de locuteurs de l’aymara, de plus en plus influencée par l’espagnol, l’avenir est devant.3

Le WEIRD (Westernized, Educated, Industrialized, Rich and Democratic)

Ce ne sont pas simplement des changements isolés. Sur tous les continents, même dans les régions les plus reculées du monde, les peuples autochtones échangent leurs méthodes distinctes de compréhension du monde pour en faire des économies occidentales et mondialisées. En conséquence, la diversité cognitive humaine diminue et, malheureusement, ceux d’entre nous, qui étudions l’esprit humain, commençaient tout juste à apprécier cette diversité.

En 2010, un papier intitulé The Weirdest People in the World? (Les personnes les plus étranges du monde ?) a provoqué un choc sismique dans le domaine des .4 Ses auteurs, dirigés par le psychologue Joe Henrich de l’Université de la Colombie-Britannique, ont soulevé deux points fondamentaux.

La première est que les chercheurs en sciences du comportement se sont presque exclusivement concentrés sur une petite partie de l’: des personnes issues de sociétés occidentales, éduquées, industrialisées, riches et démocratiques. La seconde était que cette partie n’était pas représentatif de l’ensemble, mais uniquement des personnes qu’on trouve à Londres, Buenos Aires ou Seattle qui sont donc des sociétés WEIRD (Dans ce cadre, WEIRD signifie Westernized, Educated, Industrialized, Rich et Democratic).5 6

Le WEIRD sera l’avenir du monde

Mais il y a un troisième point fondamental et c’est le psychologue Paul Rozin de l’Université de Pennsylvanie qui l’a démontré. Dans son commentaire sur le papier de 2010, Rozin a souligné que cette même tranche d’humanité de WEIRD était un signe avant-coureur de l’avenir du monde.7 Il avait constaté cette tendance dans ses propres recherches. Là où il a trouvé des différences interculturelles, elles étaient plus prononcées chez les générations plus âgées.8 En d’autres termes, les jeunes du monde convergent. Les signes sont indéniables: l’ère du WEIRDing mondial est à nos portes.

Cela marque un changement de cap majeur pour notre espèce. Pendant des dizaines de milliers d’années, alors que nous nous étendions à travers le monde, nous nous sommes adaptés à des niches radicalement différentes et nous avons créé de nouveaux types de sociétés. Au cours de ce processus, nous avons développé de nouvelles pratiques, cadres, technologies et systèmes conceptuels.

Mais au cours des derniers siècles, nous avons atteint un point d’inflexion. Une boîte à outils cognitive particulière, consolidée dans l’Ouest industrialisé, commence à gagner du terrain. D’autres outils ont été abandonnés. La diversité a commencé à baisser.

Les cadres WEIRD deviennent la norme pour comprendre le monde

La boîte à outils WEIRD comprend nos cadres les plus fondamentaux pour comprendre le monde. Cela touche à tous les aspects de l’expérience: comment nous nous rapportons à l’espace et au temps, à la nature, l’un à l’autre; comment nous filtrons nos expériences et attribuons notre attention. Beaucoup de ces structures mentales sont tellement enracinées que nous ne les remarquons pas. Ils sont comme les lunettes que nous avons oubliées que nous portons.

Considérez notre obsession avec les chiffres. Dans les cultures industrialisées et globalisées, nous considérons comme acquis que nous pouvons, et devrions, quantifier chaque aspect de l’expérience. Nous comptons les étapes et les calories, suivons les taux d’intérêt et le nombre de Followers. Pendant ce temps, les gens dans certaines petites sociétés se fichent même de l’âge qu’ils ont.9

Certains ne pouvaient même pas faire des calculs comme nous, car leur langue n’a pas plus de quatre ou cinq chiffres. Mais la WEIRDophilie rattrape tout le monde . Les chasseurs-cueilleurs d’Amazonie apprennent maintenant avec ardeur les chiffres portugais. En Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui abritait jadis une riche variété de systèmes basés sur le décompte corporel, qui étaient des repères numérotés sur le corps, leurs enfants apprennent désormais les chiffres en anglais.10

Notre obsession du comptage

Notre fixation sur le temps est un autre élément particulier de la boîte à outils WEIRD. Nous le budgétisons, luttons pour le sauver, agonisons pour le perdre. Nous comptons les jours, les heures et les secondes. Nous sommes toujours orientés exactement là où nous sommes sur la longue flèche de l’histoire. Aux États-Unis, par exemple, lorsque les médecins examinent les patients pour une déficience cognitive, l’une des premières questions qu’ils se posent est l’année, le mois et la date.

Pour beaucoup de membres de groupes non occidentaux et non industrialisés, cette fixation peut sembler étrange. Un ethnographe du début du XXe siècle, Alfred Irving Hallowell, a observé que les Ojibwés de l’Amérique du Nord, indigènes, ne seraient pas troublés s’ils ne savaient pas s’il s’agissait d’un jeudi ou d’un samedi. En 1957, at-il fait remarquer, ce qui les chagrinerait, c’est de ne pas savoir s’ils faisaient face au sud ou à l’est. Ce n’est pas le cas pour les WEIRDs: notre fixation sur le temps semble être contrebalancée par une perte de conscience à couper le souffle vers l’espace. Une étude réalisée en 2010 a révélé que les étudiants de Stanford ne pouvaient pas indiquer le nord de manière fiable.11

L’oubli de l’espace

Or, un tel oubli de l’espace devient mondial. Les systèmes de navigation par satellite déplacent les techniques traditionnelles dans le monde entier. Comme on l’a vu, cela se passe dans l’Arctique, mais aussi dans le Pacifique. En Micronésie, la navigation était autrefois extrêmement précise en utilisant un système conceptuel si différent de celui de l’ que les scientifiques avaient du mal à le comprendre.12 Aujourd’hui, ce chef-d’œuvre vit principalement dans les expositions de musée.

Les façons de parler de l’espace sont en train de changer radicalement. Très souvent, les habitants de petites communautés préfèrent décrire l’espace en utilisant des directions cardinales ou des points de repère locaux, souvent des pentes, des rivières ou des vents saillants.13 Certains de ces systèmes, comme les termes de boussole de Gurindji, sont très élaborés.

En revanche, les habitants de WEIRD préfèrent sculpter le monde en fonction de leurs propres axes corporels, leurs gauches et leurs droites, leurs fronts et leurs arrières. Ce cadre de référence fondé sur l’ego semble maintenant s’implanter de manière générale, se répandant parallèlement à l’influence de langues mondiales telles que l’espagnol.14

L’ au détriment du collectif

L’humanité se centre de plus en plus sur son ego. On a longtemps observé que les adultes occidentaux et les Américains en particulier, privilégiaient l’individu par rapport au groupe. Nous donnons à nos enfants des noms uniques; nous les mettons dans leurs propres chambres; nous soulignons leur autonomie et leurs besoins. Les gens de nombreuses autres sociétés, notamment de l’Asie de l’Est, ont toujours privilégié le collectif.

Mais l’individualisme occidental s’impose, même à l’Est. Les Japonais ont également commencé à donner des noms uniques à leurs enfants.15 Une analyse récente portant sur 78 pays a révélé qu’au cours des 50 dernières années, les indicateurs d’individualisme ont augmenté dans la majorité de ces pays.16

Ce ne sont là que quelques-uns des cadres qui sont déplacés à mesure que le WEIRDing mondial accélère. Ailleurs, les taxonomies, métaphores et mnémoniques s’évaporent. Nombre d’entre eux n’ont jamais été documentés en premier lieu. Les chercheurs ne comprennent toujours pas le système conceptuel des khipus, des dispositifs complexes d’enregistrement des cordes autrefois fabriqués par les Incas, mais il ne reste plus personne pour l’expliquer.

Le monde devient WEIRD, mais est-ce une mauvaise chose ?

La diversité cognitive humaine rejoint un certain nombre d’autres formes de diversité en voie de disparition. Diversité de mammifères et de plantes, de langues et de cuisines. Mais la perte de diversité cognitive pose des problèmes qui lui sont propres. La est invisible et intangible, ce qui la rend plus difficile à suivre et à enregistrer. Vous ne pouvez pas épingler des mentalités sur un tableau de spécimen, ni les stocker dans un coffre à graines. Ce n’est pas facile de mettre des « façons de savoir » dans un diorama. Penser laisse des traces, bien sûr, en langage, en artefacts, en ficelle nouée, mais l’acte lui-même est éphémère.

La perte de diversité cognitive pose également un dilemme éthique. Les forces qui érodent la diversité cognitive, les forces du WEIRDing mondial, sont souvent les mêmes que celles qui élèvent le niveau d’alphabétisation dans le monde, favorisent l’accès à l’éducation et aux opportunités des communautés autochtones et relient les gens du monde entier. Peu de gens nieraient qu’il s’agit là d’une évolution positive pour l’humanité. Il nous reste donc à nous demander non seulement si nous pouvons ralentir la perte de diversité cognitive humaine, mais aussi si nous devrions même essayer de la ralentir.

Les scientifiques cognitifs tels que moi ne sont pas habitués à ce genre de questions. Nous ne sommes pas non plus habitués à penser aux grandes tendances du cheminement humain. Mais le WEIRDing global est une tendance que nous ne pouvons pas ignorer, une tendance aux implications scientifiques, humanistes et éthiques. Pendant la plus grande partie de l’histoire de l’humanité, l’un de nos traits les plus distinctifs en tant qu’espèce a été notre diversité. Mais ensuite, notre cours a commencé à changer et il est temps que les chercheurs en sciences cognitives se joignent à la conversation sur notre avenir.

Traduction d’un article sur Aeon par Kensy Cooperrider, un scientifique en cognition au département de de l’université de Chicago.

Aeon counter – do not remove

Sources

1.
Aporta C, Higgs E. Satellite Culture. C. 2005;46(5):729-753. doi:10.1086/432651
2.
Meakins F, Algy C. Deadly Reckoning: Changes in Gurindji Children’s Knowledge of Cardinals*. A. 2016;36(4):479-501. doi:10.1080/07268602.2016.1169973
3.
Núñez R, Sweetser E. With the future behind them: convergent evidence from aymara language and gesture in the crosslinguistic comparison of spatial construals of time. Cogn Sci. 2006;30(3):401-450. [PubMed]
4.
Henrich J, Heine S, Norenzayan A. The weirdest people in the world? Behav Brain Sci. 2010;33(2-3):61-83; discussion 83-135. [PubMed]
5.
American undergrads are too WEIRD to stand for all humanity – Robert Colvile | Aeon Essays. Aeon. https://aeon.co/essays/american-undergrads-are-too-weird-to-stand-for-all-humanity. Published January 23, 2019. Accessed January 23, 2019.
6.
Philippe G. 33: Biais Cognitifs et WEIRD Societies – Neuromonaco. Neuromonaco. http://neuromonaco.com/lettres/lettre33.htm#weird. Published July 12, 2012. Accessed January 23, 2019.
7.
Rozin P. The weirdest people in the world are a harbinger of the future of the world. Behav Brain Sci. 2010;33(2-3):108-109. [PubMed]
8.
Rozin P. Five potential principles for understanding cultural differences in relation to individual differences. J. 2003;37(4):273-283. doi:10.1016/s0092-6566(02)00566-4
9.
Diekmann Y, Smith D, Gerbault P, et al. Accurate age estimation in small-scale societies. P. 2017;114(31):8205-8210. doi:10.1073/pnas.1619583114
10.
Saxe GB. Body Parts as Numerals: A Developmental Analysis of Numeration among the Oksapmin in Papua New Guinea. C. 1981;52(1):306. doi:10.2307/1129244
11.
Boroditsky L, Gaby A. Remembrances of times East: absolute spatial representations of time in an Australian aboriginal community. Psychol Sci. 2010;21(11):1635-1639. [PubMed]
12.
Hutchins E, Hinton GE. Why the Islands Move. P. 1984;13(5):629-632. doi:10.1068/p130629
13.
Majid A, Bowerman M, Kita S, Haun DBM, Levinson SC. Can language restructure cognition? The case for space. T. 2004;8(3):108-114. doi:10.1016/j.tics.2004.01.003
14.
The Cultural Transmission of Spatial Cognition: Evidence from a Large-scale Study – Semantic Scholar. semanticscholar.org. https://www.semanticscholar.org/paper/The-Cultural-Transmission-of-Spatial-Cognition%3A-a-Bohnemeyer-Donelson/ae1f578a9b86d6b4186d4a0900b68e6468fca6d1. Published January 23, 2019. Accessed January 23, 2019.
15.
Ogihara Y, Fujita H, Tominaga H, et al. Are common names becoming less common? The rise in uniqueness and individualism in Japan. Front Psychol. 2015;6:1490. [PMC]
16.
Santos HC, Varnum MEW, Grossmann I. Global Increases in Individualism. P. 2017;28(9):1228-1239. doi:10.1177/0956797617700622
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *