Comme l’osmose, l’immigration est inarrêtable

Si on simplifie le phénomène des migrations en un processus chimique basique appelé l’osmose, alors on se rend compte que cette immigration est quasi impossible à arrêter…sans une réforme draconienne des inégalités entre pays riches et pauvres.


Si on simplifie le phénomène des migrations en un processus chimique basique appelé l'osmose, alors on se rend compte que cette immigration est quasi impossible à arrêter...sans une réforme draconienne des inégalités entre pays riches et pauvres.
Image by MAMADOU TRAORE from Pixabay

Les rangs de la mondiale s’enfle de plus en plus, les mouvements de sont devenus un défi mondial majeur aux implications potentiellement catastrophiques. Les débats sans fin sur les droits d’ n’ont pas permis de donner la moindre idée d’une solution acceptable. Donc, une autre approche serait peut-être de prendre en compte une loi fondamentale sous-jacente de la chimie. Au risque d’une simplification excessive, si nous voyions le flux de population comme l’équivalent humain de l’ ?

L’osmose pour illustrer l’immigration

En chimie secondaire, nous avons appris que, dans un récipient contenant de l’eau divisée en deux moitiés par une membrane semi-perméable, des concentrations inégales de sel entraînaient un mouvement de l’eau du côté le plus dilué au côté où la concentration était supérieure. Plus la concentration de soluté est grande, qu’il s’agisse d’une molécule de sel ou d’une protéine plasmatique complexe, plus la force nécessaire pour égaliser les concentrations est grande.

Si on simplifie le phénomène des migrations en un processus chimique basique appelé l'osmose, alors on se rend compte que cette immigration est quasi impossible à arrêter...sans une réforme draconienne des inégalités entre pays riches et pauvres.

Image by WikiImages from Pixabay

Imaginez maintenant le monde comme une cuve géante subdivisée en plusieurs petits conteneurs (nations) séparés les uns des autres par des membranes semi-perméables (frontières). Au lieu de sel, fournissez à chaque conteneur différentes quantités de nourriture, un abri et des services essentiels. Dans ce scénario, le flux de population d’un pays à l’autre sera directement fonction du degré de différence de biens, d’opportunités et d’espoir.

Eviter le « Eux » contre « Nous »

Ce changement de population n’est pas simplement un dilemme éthique ou métaphysique à résoudre au niveau « nous » par rapport à « eux ». Il ne s’agit pas du droit de posséder des terres et d’imposer des frontières, ni de la valeur relative des individus par rapport aux groupes. Au lieu de cela, les pressions qui poussent l’immigration doivent être considérées comme naturelles et inévitables, comme des réactions chimiques; de ce point de vue, une réduction des gradients serait la seule solution possible à long terme.

Personne ne quitte son domicile à moins que son domicile ne soit la gueule d’un requin

Malheureusement, la plupart des décideurs se concentrent sur la meilleure façon de perpétuer le déséquilibre. La réaction la plus populaire et la plus immédiate consiste à accroître l’imperméabilité des membranes séparant les pays. Mais la sécurité renforcée à la frontière ou la construction de murs théoriquement insurmontables ne tiennent pas compte de l’énorme pouvoir du désespoir. Comme l’a écrit le poète anglo-somalien Warsan Shire: Personne ne quitte son domicile à moins que son domicile ne soit la gueule d’un requin.

On aurait pu prédire la crise actuelle de l’immigration (et peut-être mieux y remédier) en reconnaissant que, outre les disparités socioéconomiques incendiaires, les mouvements de population futurs seront alimentés par deux tendances à la hausse: le asymétriquement plus grand dans les régions moins riches le monde et la migration imminente loin des zones les plus touchées par le .

Un déséquilibre dans la

À la suite de la guerre, de la famine et des maladies, la croissance démographique s’est poursuivie à un rythme accéléré. Il a fallu sept siècles (du début du IXe siècle au milieu du XVIe siècle) pour doubler la population, qui est passée de 250 millions à 500 millions. Mais au milieu du XXe siècle, il fallait moins de 40 ans pour passer de 2,5 milliards à 5 milliards de personnes, soit un taux de croissance légèrement supérieur à 2 % par an.

Heureusement, ces taux de croissance rapides ont culminé au début des années 1960; Malheureusement, le taux de croissance de la population n’a pas été uniforme depuis un demi-siècle. Pour citer l’exemple le plus extrême, le taux de croissance annuel naturel de la population (à l’exclusion des augmentations dues à l’immigration) dans de nombreux pays européens est désormais négatif, tandis qu’en 2017, l’ augmentait sa population au taux de 2,7% par an.

À ce rythme, au cours de la prochaine décennie, le « gradient osmotique » augmentera encore de 30 % entre la majeure partie de l’Afrique et l’Europe occidentale. Les divergences dans l’hémisphère occidental sont considérablement moins importantes, mais néanmoins significatives. Alors que les taux de natalité aux États-Unis et au Canada sont inférieurs au niveau de remplacement (auquel une génération donnée peut se remplacer), en 2017, le taux de croissance en Amérique du Sud et dans les Caraïbes était d’environ 1 %.

Une population majoritairement jeune implique un développement très faible

Même de petits changements de pourcentage ont de vastes répercussions. Une étude démographique de 2009 indique que les pays à population très jeune atteignent rarement des seuils de développement élevés. C’est inquiétant: 90 % de la pauvreté dans le monde est concentrée dans les pays où la population est jeune et en croissance rapide. Il n’est pas étonnant que la migration à grande échelle des pays pauvres vers les régions les plus riches du monde soit un élément permanent de la future économie mondiale. Ajoutez à cela la relation inverse entre le niveau d’instruction et les et vous obtenez une recette sûre pour un désastre économique.

Considérons le Nigéria avec une population d’environ 200 millions d’habitants et un taux de croissance démographique annuel proche de 3 %. L’âge médian de la population est inférieur à 18 ans, avec plus de 40 % de moins de 15 ans. Selon l’ambassade des États-Unis au Nigéria, malgré les efforts concertés déployés pour améliorer les possibilités d’éducation dans le pays, plus du tiers de la population reste analphabète. Un grand nombre d’enfants et de jeunes adultes ayant des compétences limitées en lecture, écriture et calcul ont peu d’espoir de rejoindre la population active formelle. En 2050, le Nigéria est en passe de devenir le troisième pays le plus peuplé du monde.

Changement climatique et immigration

Comme si ces chiffres n’étaient pas assez effrayants, considérons l’effet cumulatif du changement climatique à venir sur les mouvements de population. Un rapport publié en 2018 par 91 scientifiques de 40 pays pour le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a conclu qu’une augmentation de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels se traduirait par une « évacuation démesurément rapide » des tropiques. Aromar Revi, l’un des auteurs du rapport, a déclaré au New York Times: Dans certaines régions du monde, les frontières nationales deviendront inutiles. Vous pouvez mettre en place un mur pour contenir 10 000, 20 000 et 1 million de personnes, mais pas 10 millions de personnes.

On pensait auparavant qu’il faudrait une augmentation de la température de 2 degrés celsius pour inonder le littoral et intensifier les sécheresses et la pauvreté, mais dans un climat plus récent. Les modèles suggèrent que bon nombre de ces changements pourraient se produire avec un réchauffement de 1,5 degrés Celsius.

L’obligation d’une redistribution spectaculaire des richesses

Bien sûr, il existe une multitude d’autres facteurs qui influent sur le flux de population, mais sans une redistribution spectaculaire des biens et des opportunités ainsi que des tentatives sérieuses de contrôle ou de réduction de la population mondiale et un effort total visant à limiter le changement climatique, nous pouvons nous attendre à ce que les mouvements de population ne font qu’augmenter.

Les enjeux sont de taille et les mesures nécessaires draconiennes et immensément impopulaires auprès des responsables. Il est facile de détourner l’attention en se disputant sur le degré et le lieu de l’expansion démographique et du changement climatique à venir, mais le fait de choisir soigneusement des données relatives n’est pas la solution. Lorsqu’un patient présente une maladie grave confirmée, il est inutile de répéter les tests de laboratoire dans l’espoir d’obtenir un résultat différent.

Les arguments en faveur du droit des nations de contrôler leurs frontières sont un pas énorme dans la mauvaise direction. Nous devons examiner de près la dynamique perturbatrice de l’inégalité. Si ce simple fait de la chimie (que des flux moindres vers des flux supérieurs) ne peut pas pénétrer l’esprit des décideurs essentiellement imperméable, alors bienvenue dans un monde de chaos grandissant.

Traduction d’un article sur Aeon par Robert A Burton, neurologue et ancien directeur adjoint au département des neurosciences à l’université de Californie.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 3,00 out of 5)
Loading...

Houssen Moshinaly

Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

Pour me contacter personnellement :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *