Les Néonicotinoïdes menacent les abeilles domestiques et sauvages selon l’EFSA, mais c’est plus compliqué

Dans un communiqué, l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) estime que les néonicotinoïdes menacent les abeilles domestiques et sauvages et qu’un renforcement de la législation est à prévoir. Le cas des néonicotinoïdes et son impact sur les abeilles font l’objet d’un débat animé même si ces dernières années, le camp penche vers une menace avérée sous le principe de précaution.


Dans un communiqué, l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) estime que les néonicotinoïdes menacent les abeilles domestiques et sauvages et qu'un renforcement de la législation est à prévoir. Le cas des néonicotinoïdes et son impact sur les abeilles font l'objet d'un débat animé même si ces dernières années, le camp penche vers une menace avérée sous le principe de précaution.

Le 28 février 2018, l’EFSA confirme le risque des néonicotinoïdes sur les abeilles domestiques et sauvages.1 L’EFSA s’est surtout concentré sur la clothianidine, le thiamethoxam et l’imidacloprid et cette annonce est une mise à jour des restrictions mises en place en 2013. Une différence de cette annonce de l’EFSA est qu’elle inclut également la menace sur les abeilles domestiques et sauvages. Si la plupart des débats concernent l’impact sur les abeilles apicoles, l’EFSA estime que les abeilles sauvages sont également touchées par une exposition indirecte.

Le fonctionnement des néonicotinoïdes

Les néonicotinoïdes sont des pesticides systémiques et on les utilise principalement comme une couche de protection sur les graines quand ces dernières sont plantées dans le sol. Après la germination de la graine, le néonicotinoïde va se propager à travers la croissance de la plante pour la protéger contre les insectes. Mais l’insecticide est également présent, à cause de ce processus, sur le nectar et le pollen signifiant que les pollinisateurs peuvent être également touchés. Et ensuite, on a une bataille des études scientifiques pour et contre. Certaines études montrent que les néonicotinoïdes affectent la capacité d’apprentissage et de butinage des abeilles tandis que d’autres estiment que ces expériences ne représentent pas la réalité sur le terrain.

Désaccord entre l’EFSA et l’EPA

À partir de 2015, l’EFSA a mené une revue systématique de 588 études en incluant celles qui étudiaient les impacts sur les bourdons et les abeilles sauvages. Leur conclusion est qu’il y a un risque même si ce niveau de risque varie selon les espèces et la dose d’expositions. Selon le Dr Philip Donkersley, chercheur senior à l’université de Lancaster : C’est rassurant que l’EFSA étende ses mesures pour inclure toutes les abeilles sauvages concernant les effets des néonicotinoïdes. Les 3 néonicotinoïdes évalués montrent un risque élevé sur les bourdons via leur consommation de pollen et de nectar. Cela peut affecter la reproduction, la viabilité de la colonie et la capacité d’apprentissage des bourdons.2

Mais ajoute Donkersley, une interdiction complète des néonicotinoïdes n’est pas justifiée, car les preuves suggèrent qu’une utilisation appropriée sous des conditions contrôlées sous des serres minimise le risque pour tous les pollinisateurs.

Du côté de Bayer, la désapprobation est nette et sans bavure.3 L’entreprise, qui fabrique l’imidacloprid et la clothianidine, estime que le document qui a servi de guide à l’EFSA n’est pas pertinent, car il ne correspond pas au niveau des mesures par des agences comme l’EPA des États-Unis. Ainsi pour l’EPA, l’agence n’a pas trouvé d’impacts négatifs significatifs de l’utilisation des néonicotinoïdes sur les abeilles.4 Pour la PMRA, après une première évaluation de 2012 qui concluait à la non-dangerosité des néonicotinoïdes sur les abeilles, sa dernière annonce, datée du 19 décembre 2017, estime que le clothianidine et le thiamethoxam devraient être interdits dans le pays.5

L’EFSA forcé de bannir les néonicotinoïdes ?

Quand on lit le communiqué de presse, on remarque que l’EFSA mentionne qu’elle a suivi le document de guide, critiqué par Bayer, pour confirmer le risque des néonicotinoïdes. Le site Risk Monger estime que ce document n’a pas de valeur scientifique réaliste, car les exigences qu’il demande sont impossibles à réaliser sur le terrain.6 Le fait que l’EFSA l’ait mentionné serait une façon de dire que l’autorité n’a pas entièrement les mains libres pour donner son avis.

Ce document, appelé Bee Guidance Document (BGD), n’a pas été accepté par le Standing Committee ce qui fait que toute décision basée sur ce document ne serait pas légitime.7 Ce document a été crée il y a plus de 5 ans, mais il n’a pas toujours été adopté. Parmi les conditions irréalistes, il faut que le taux de mortalité des abeilles soient inférieur ou égale à 7 % alors que le taux de mortalité naturel est de 15 %.8 Les champs doivent avoir une superficie de 168 km carrés et c’est trop grand pour surveiller les abeilles. Cela signifie qu’il n’y a aucune expérience réaliste qui peut respecter ces critères et sans des données fiables, alors on ne peut pas confirmer la nocivité des néonicotinoïdes pour les abeilles.

De plus, Risk Monger estime que qu’il y a des militants et des scientifiques anti-pesticides qui ont infiltré les responsables de ce document. Leur objectif est de supprimer tous les tests scientifiques et de se focaliser uniquement sur le principe de précaution. Principe de précaution qui a été largement abusé par les écologistes militants.

Le problème des abeilles n’est pas mono-causal

Ces changements fréquents de décision montrent la difficulté du débat concernant les néonicotinoïdes. Et le principal problème est le suivant : Même si on interdit totalement les néonicotinoïdes dans le monde entier, cela n’empêchera pas le “déclin” des abeilles domestiques. Et les guillemets sont de rigueur dans déclin, car les observations à grande échelle montrent que les populations d’abeilles domestiques continuent d’augmenter ces dernières années.9 On a bien des baisses au niveau local, mais il y a d’autres facteurs en jeu. Le principal ennemi des abeilles domestiques n’a jamais été les pesticides, mais bien le Varoa destructor, un parasite qui menace directement leur survie. On a également la réduction de leur habitat et de la biodiversité.

Comme d’habitude, le débat sur les abeilles est toujours très binaire que ce soit par les médias de masse et les écologistes. Mais les choses sont toujours plus complexes et nuancées et si on se concentre sur un seul problème en estimant que le ban des néonicotinoïdes est LA Solution, alors on risque de se tromper encore.

Sources

1.
Neonicotinoids: risks to bees confirmed. EFSA. https://www.efsa.europa.eu/en/press/news/180228. Published March 1, 2018. Accessed March 1, 2018.
2.
expert reaction to assessments of neonics as published by EFSA. sciencemediacentre. http://www.sciencemediacentre.org/expert-reaction-to-assessments-of-neonics-as-published-by-efsa/. Published March 1, 2018. Accessed March 1, 2018.
3.
EFSA’s conclusions do not justify further neonicotinoid use restrictions. Bayer. http://www.press.bayer.com/baynews/baynews.nsf/id/EFSAs-conclusions-do-not-justify-further-neonicotinoid-use-restrictions. Published March 1, 2018. Accessed March 1, 2018.
4.
EPA Releases Neonicotinoid Assessments for Public Comment | US EPA. US EPA. https://www.epa.gov/pesticides/epa-releases-neonicotinoid-assessments-public-comment. Published December 14, 2017. Accessed March 1, 2018.
6.
Neonicotinoids: EFSA’s coded plea for help. The Risk-Monger. https://risk-monger.com/2018/03/04/neonicotinoids-efsas-coded-plea-for-help/. Published March 4, 2018. Accessed March 5, 2018.
7.
Guidance on risk assessment on bees. EFSA. https://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/3295. Published March 5, 2018. Accessed March 5, 2018.
8.
Study of 32,000 bee colonies in Europe finds alarming colony mortality in Belgium, UK, France… TreeHugger. https://www.treehugger.com/natural-sciences/study-32000-bee-colonies-europe-finds-alarming-colony-mortality-belgium-uk-france.html. Published March 5, 2018. Accessed March 5, 2018.
9.
Beepocalypse Myth Handbook: Dissecting claims of pollinator collapse. Genetic Literacy Project. https://geneticliteracyproject.org/2016/07/28/beepocalypse-myth-handbook-dissecting-claims-of-pollinator-collapse/. Published July 28, 2016. Accessed March 1, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de vote)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *