Déclin dramatique des orangs-outans de Bornéo

Une étude suggère un déclin rapide des orangs-outans de Bornéo à cause du braconnage ou des conflits. Toutefois, la population reste stable dans certaines régions et il semble que les orangs-outans peuvent s’adapter à de nouveaux environnements.


Une étude suggère un déclin rapide des orangs-outans de Bornéo à cause du braconnage ou des conflits. Toutefois, la population reste stable dans certaines régions et il semble que les orangs-outans peuvent s'adapter à de nouveaux environnements.
Crédit : Marc Ancrenaz

Près de 50 années d’efforts de protection ont été incapables d’empêcher le déclin des orangs-outans à . Les dernières données publiées par une équipe de 38 institutions internationales, menés par des chercheurs de l’Institut Max Planck, du Centre allemand de recherche intégrée sur la biodiversité (iDiv) et de l’Université Liverpool John Moores en Grande-Bretagne suggèrent que de 1999 à 2015, le nombre total d’orangs-outans de Bornéo a été réduit de plus de 100 000 individus.1

100 000 orangs-outans disparus en 16 ans

Ce résultat signifie deux choses. En premier lieu, il y avait plus d’orangs-outans sur Bornéo que ce qu’on pensait auparavant. Deuxièmement, ils disparaissent encore plus vite que les précédentes estimations. Les taux les plus spectaculaires de déclin des populations d’orangs-outans ont été observés dans les zones déboisées et dans les zones converties en terres agricoles. Mais le nombre absolu d’orangs-outans, qui ont disparu, était le plus élevé dans les forêts exploitées sélectivement et dans les forêts primaires où se trouvent la plupart des orangs-outans. Dans ces zones forestières, les pressions humaines telles que les conflits, le et la collecte de bébés orangs-outans pour le commerce des animaux de compagnie ont probablement été les principaux moteurs du déclin. La nouvelle étude, qui représente la couverture de données la plus complète à ce jour, est conforme à une autre analyse récemment publiée sur les tendances des populations d’orangs-outans et renforce la récente inscription de l’ de Bornéo sur la liste rouge de l’UICN.

Une étude suggère un déclin rapide des orangs-outans de Bornéo à cause du braconnage ou des conflits. Toutefois, la population reste stable dans certaines régions et il semble que les orangs-outans peuvent s'adapter à de nouveaux environnements.

Crédit : Serge Wich

L’auteure principale Maria Voigt du Centre de recherche iDiv et l’Institut Max Planck pour l’anthropologie évolutionniste explique pourquoi les taux actuels de déclin sont tellement plus élevés qu’on ne le pensait. Nous avons recueilli plus de données sur la densité et la présence des orangs-outans et les tendances démographiques s’améliorent. Voigt ajoute : C’est ainsi que nous avons appris que les orangs-outans sont distribués beaucoup plus largement et qu’ils se trouvent également dans des zones forestières plus dégradées et même dans certaines plantations.

Les orangs-outans sont capables de s’adapter à de nouveaux environnements

Les orangs-outans ont souvent été décrits comme une espèce très sensible qui ne peut survivre que dans les conditions écologiques les plus adaptés. Mais plus les chercheurs en apprennent sur les orangs-outans, plus ils découvrent qu’ils sont résilients et peuvent s’adapter à de nouveaux défis. Par exemple, les orangs-outans marchent sur le sol plus souvent qu’on ne le pensait et ils peuvent se nourrir de plantes qui ne font pas partie de leur régime naturel comme l’acacia ou le palmier à huile. Ces comportements leur permettent de survivre dans des paysages fragmentés et des zones forestières beaucoup plus petites qu’on ne le pensait auparavant.

Mais la seule chose à laquelle ils ne peuvent pas faire face est le taux élevé de braconnage explique le co-auteur Serge Wich de la Liverpool John Moores University. Les orangs-outans sont une espèce reproductrice très lente et les modèles utilisés dans les études précédentes indiquent que s’il y a seulement un adulte orang-outan sur 100 qui disparait d’une population par an, cette population a de fortes chances de disparaître. Une autre étude sur les taux de disparition a indiqué que jusqu’à 3 à 4 % orangs-outans adultes disparaissent chaque année des populations de Bornéo. Ces résultats expliqueraient les forts déclins de la population dans les zones forestières de Bornéo.

L’augmentation du braconnage et l’utilisation comme animal de compagnie

Hjalmar Kühl de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionniste et du Centre de recherche iDiv, qui a dirigé l’étude actuelle a déclaré : Il y a effectivement plus d’orangs-outans que nous ne le pensions auparavant et certaines populations semblent relativement stables. Ca été également été démontré dans une analyse de la viabilité de l’habitat et de la population menée récemment, mais qui n’est pas encore publiée.

Ces populations plus sûres dans certaines parties du Bornéo malaisien et dans les plus grands parcs nationaux de Bornéo indonésien font qu’il semble improbable que l’orang-outan de Bornéo disparaisse de sitôt. Pourtant, il y a un besoin urgent de prévenir les décès. Au cours des 35 prochaines années, 45 000 orangs-outans pourraient disparaître de leur habitat.

Actuellement, quelque 10 000 orangs-outans se trouvent dans les zones affectées au développement du palmier à huile, mais qui sont toujours boisées. Si ces zones sont converties, la plupart de ces individus mourront. La chasse pour la viande, la mise à mort dans des situations de conflit et la collecte d’individus en tant qu’animaux de compagnie doivent être abordées par la sensibilisation du public en facilitant le règlement des conflits dans les communautés et l’application de la loi. En outre, d’autres recherches doivent être faites sur les raisons pour lesquelles les gens tuent les orangs-outans en premier lieu.

Sources

1.
Global demand for natural resources eliminated more than 100,000 Bornean orangutan. Current Biology. 10.1016/j.cub.2018.01.053″ target= »_blank » rel= »noopener noreferrer »>http://dx.doi.org/10.1016/j.cub.2018.01.053. Published February 14, 2018. Accessed February 14, 2018.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

1 réponse

  1. 8 novembre 2018

    […] Eliminated More than 100,00 Bornean Orangutans », Current Biology 28, 5 (2018). Voir ici pour un résumé en français. [RETOUR] 2. M. Ancrenaz et alii, « Of Pongo, palms and […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *