Pas de « pause » pour le réchauffement climatique

La science a résolu les problèmes liés à la prétendue « pause » du réchauffement climatique. La dernière recherche démontre qu’il n’y a jamais eu de pause au changement climatique durant les 45 dernières années.


La science a résolu les problèmes liés à la prétendue "pause" du réchauffement climatique. La dernière recherche démontre qu'il n'y a jamais eu de pause au changement climatique durant les 45 dernières années.

De nombreuses études avaient déjà infirmé le concept de pause dans le . Cette pause postulait que les températures globales à la surface n’avaient pas augmenté pendant la première décennie de ce siècle. La communauté scientifique débattait encore en faveur d’un pour et d’un contre concernant cette pause jusqu’en juin 2015. Ensuite, les scientifiques de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) ont publié une étude où ils ont corrigé les températures à la surface des océans depuis les années 1900. Les méthodes de mesure, basées sur des capteurs installés sur des navires, étaient défaillantes selon la NOAA.

La nouvelle méthode a proposé des augmentations de température supérieures à ce qu’on avait mesuré. Et donc, les scientifiques ont pu établir la moyenne la plus précise entre l’ancienne et la nouvelle mesure. La conclusion est sans appel sur le fait que les températures à la surface des océans dans les années 2000 n’étaient supérieures par rapport aux précédentes décennies, donc aucune pause.

Les républicains ont attaqué la NOAA au quart de tour en estimant que les scientifiques avaient manipulé les données, notamment le sénateur Lamar Smith qui a lancé une enquête sur les chercheurs en exigeant leurs mails personnels. La NOAA lui a dit d’aller ailleurs si elle y était.

Et cette fois, une autre étude confirme les conclusions de la NOAA. Une étude publiée dans Science Advances montre que les ajustements de la NOAA étaient justifiés.1 Une équipe menée par Zeke Hausfather de l’université de California et Kevin Cowtan de l’université de York a analysé les données brutes des balises, des satellites et des capteurs sur les océans du monde. Ils ont conclu que les anciennes méthodes avaient surestimé les températures des années 2000, mais que les nouvelles méthodes les avaient sous-estimés. Cette équipe souligne l’importance sur le fait que c’est aux scientifiques de confirmer et d’infirmer les conclusions des autres scientifiques et non aux politiciens.2

Sources

1.
Hausfather Z, Cowtan K, Clarke DC, Jacobs P, Richardson M, Rohde R. Assessing recent warming using instrumentally homogeneous sea surface temperature records. Sci Adv. 2017;3(1):e1601207. doi: 10.1126/sciadv.1601207
2.
Hausfather Z. Political Investigation Is Not the Way to Scientific Truth. Scientific American Blog Network. https://blogs.scientificamerican.com/guest-blog/political-investigation-is-not-the-way-to-scientific-truth/. Accessed January 5, 2017.

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *