Découvertes de fossiles datant de 3,7 milliards d’années au Groenland

Des géologues prétendent qu’ils ont découvert des fossiles datant de 3,7 milliards d’années. Ce serait la preuve de la plus ancienne des formes vivantes sur Terre. Mais la découverte, qui n’est pas encore confirmée, suscite le scepticisme chez d’autres chercheurs.


Des géologues prétendent qu'ils ont découvert des fossiles datant de 3,7 milliards d'années. Ce serait la preuve de la plus ancienne des formes vivantes sur Terre.
Ces bosses dans la roche sont-elles la preuve d'une forme de vie datant de 3,7 milliards d'années ?

Dans la revue Nature, des chercheurs australiens et britanniques rapportent des structures par couches appelées stromatolites dans des roches datant de 3,7 milliards d’années au Groenland. Les Stromatolites, qui ressemblent à des choux-fleurs géologiques, se forment quand des microbes sont piégés dans des sédiments et qu’ils construisent des couches en forme de dôme les unes après les autres. (Note : Des choux-fleurs similaires existent également sur la planète Mars, voir notre article à la fin).

Mais cette découverte implique des roches qui sont parmi les plus torturées sur Terre. Ces roches ont été comprimées et chauffées sur des milliards d’années pendant le changement des plaques de la croute terrestre. La pression et la chaleur recristallisent les roches en effaçant les détails que les chercheurs utilisent normalement pour identifier des stromatolites fossilisés.

J’ai déjà 14 questions et problèmes qui doivent être résolus avant que je croie à cette découverte selon Roger Buick, un géobiologiste de l’université de Washington. Les roches proviennent d’Isua au Groenland où les scientifiques cherchent des traces de vie datant de plusieurs milliards d’années. Des travaux précédents sur la chimie des roches tels qu’un papier de 1999 analysant les isotopes de carbone, suggère que ces roches contiennent des biomarqueurs des organismes primitifs.

Déterrer la preuve

Désormais, la fonte des neiges a révélé de nouveaux indices. Une équipe menée par Allen Nutman, un géologue de l’université de Wollongong en Australie, a visité des flancs de roche qui étaient ensevelis sous des mètres neige. La neige a fondu et ils ont vu une roche datant de 3,7 milliards d’années et ils l’ont ramené en Australie pour l’étudier.

C’est dans cette roche qu’ils ont trouvé les stromatolites ainsi que d’autres indices d’une vie primitive. C’est une combinaison de différentes preuves qui renforce l’hypothèse selon Martin Van Kranendonk, un géologue de l’université de New South Wales et membre de l’équipe.

Les structures sont des petites bosses d’une hauteur de 1 à 4 centimètres. Leurs formes et couches internes ressemblent fortement à des anciens et modernes stromatolites selon les chercheurs. La texture des roches avoisinante suggère qu’ils se sont fixé sur le plancher d’une mer peu profonde qui caractérise les emplacements des stromatolites qu’on trouve aux Bahamas et à l’ouest de l’Australie. Et la roche contient des minéraux carbonatés tels que la dolomite qui est fréquente chez les jeunes
stromatolites.

Ces structures du Groenland sont plus anciennes de 220 millions d’années que les preuves actuelles qui concernent des stromatolites de la région Pilbara dans l’ouest de l’Australie. La preuve du Groenland est plus mince que les roches australiennes selon Abigail Allwood, une astrobiologiste du Jet Propulsion Laboratory de la NASA. Mais ils méritent notre attention, car ces traces ne sont pas arrivées là par hasard.

La cristallisation des doutes

L’un des problèmes quand on étudie les stromatolites est que les structures par couche peuvent se former avec des processus qui n’ont rien à avoir avec la vie. La précipitation des minéraux sur le plancher océanique peut laisser des couches comme les anneaux dans une baignoire. Au maximum, ces structures doivent être classées comme des pseudostromatolites selon Kathleen Grey, une paléontologue consultante à Perth en Australie qui a travaillé sur d’anciens stromatolites. C’est triste, mais je ne pense pas que ces structures soient une preuve suffisante.

Tanja Bosak, une géobiologiste du MIT, ajoute qu’elle voudrait voir si ces stromatolites possèdent des petites quantités de matière organique à l’intérieur ou à proximité. Et la comparaison des différents types de carbone dans la roche pourrait déterminer si ces structures sont biologiques ou non.

Au minimum, selon Allwood, les roches du Groenland pourraient aider les astrobiologistes à analyser les premiers échantillons de la planète Mars. La NASA va lancer une mission vers 2020. Ces stromatolites pourraient être un test pour prouver l’existence d’une ancienne forme de vie sur la planète rouge.

Source : Papier complet via Sci-Hub

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *