L’impact de l’astéroïde Chicxulub sur la température de la Terre

Une étude que l’impact de l’astéroïde Chicxulub, il y a 65 millions d’années, a provoqué une augmentation de la température de 5 degrés Celsius pendant 100 000 ans. Mais l’étude reste assez faible, car d’autres analyses montrent une augmentation moindre.


Le cratère Chicxulub au Mexique, provoqué par l'impact d'un astéroïde il y a 65 millions d'années
Le cratère Chicxulub au Mexique, provoqué par l'impact d'un astéroïde il y a 65 millions d'années

Quand l’astéroïde Chicxulub est entré en collision avec la Terre il y a 65 millions d’années, l’événement a provoqué une période de réchauffement planétaire abrupte et durable, avec une augmentation rapide de température de 5 degrés Celsius qui a duré environ 100 000 ans.1

Réchauffement ou refroidissement extrême ?

L’événement monumental est un cas rare où les systèmes de la Terre ont été perturbés à un rythme plus élevé que ce qui se produit actuellement à cause de l’activité humaine. Il fournit donc des indications précieuses sur ce qui peut se produire à la suite de changements environnementaux soudains et extrêmes. Les retombées de l’impact du Chicxulub restent débattues, car certains scientifiques estimant que la suie contenue dans l’atmosphère a bloqué suffisamment le soleil pour entraîner un refroidissement global tandis que d’autres suggèrent que le carbone libéré de la croûte terrestre dans l’atmosphère à la suite de l’impact de l’astéroïde, ainsi que du carbone provenant des incendies de forêt, ont eu un effet de réchauffement.

Une augmentation de la température de 5 degrés Celsius pendant 100 000 ans

Pour mieux comprendre comment la température a changé au cours de cette période, Ken MacLeod et ses collègues ont analysé une collection robuste de restes de dents de poisson, d’écailles et d’os bien conservés de la taille d’un grain de sable. Ces échantillons ont conservé des signatures isotopiques de l’oxygène qui révèle la température au moment où l’animal apparenté était vivant.

Les auteurs ont été en mesure de recueillir des échantillons de sédiments qui couvrent la période qui a précédé l’impact de Chicxulub jusqu’à bien longtemps après. Selon leur analyse, ils suggèrent que les températures globales ont augmenté d’environ 5 degrés Celsius et elles ne sont pas retournées à leurs valeurs précédentes pendant 100 000 ans après l’impact. C’est une ampleur et une durée de réchauffement correspondant étroitement aux niveaux de dioxyde de carbone qui ont été émis selon certains types d’analyses à la même période. MacLeod et al. notent une certaine différence entre leurs résultats et les concentrations de dioxyde de carbone atmosphérique provenant d’autres types d’analyses qui prédisent une augmentation plus modeste.

Sources

1.
Postimpact, earliest Paleogene warming shown by fish debris oxygen isotopes (El Kef, Tunisia),. Science. 10.1126/science.aap8525″ target=”_blank” rel=”noopener noreferrer”>http://science.sciencemag.org/cgi/doi/10.1126/science.aap8525. Published May 23, 2018. Accessed May 23, 2018.
N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...
mm

Jacqueline Charpentier

Ayant fait une formation en chimie, il est normal que je me sois retrouvée dans une entreprise d'emballage. Désormais, je publie sur des médias, des blogs et des magazines pour vulgariser l'actualité scientifique et celle de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *