Étiqueté : algorithme

Des manifestants se précipitent sur une colline après la panique qui a éclaté lors de la Love Parade à Duisburg, en Allemagne, le 24 juillet 2010 - Crédit : Erik Wifferes/Afp/Getty 0

Une physique de panique peut-elle expliquer les mouvements d’une foule ?

De plus en plus, l’analyse des images, des données, appliquée à des lois de physique et de statistique permettent de comprendre le mouvement d’une foule. Cette science des foules pour anticiper le comportement des personnes en cas d’accident ou d’attaque terroriste. Mais il ne faut pas non plus réduire la foule à de simples chiffres.

L'Arabie Saoudite vient de donner la citoyenneté à un robot nommé Sophia. Mais on peut se poser la question : Est-ce qu'une intelligence artificielle peut être considérée comme une personne devant la loi ? Techniquement, rien ne l'empêche, mais les implications peuvent être dantesques à tous les niveaux. 1

Est-ce qu’une intelligence artificielle peut être considérée comme une personne devant la loi ?

L’Arabie Saoudite vient de donner la citoyenneté à un robot nommé Sophia. Mais on peut se poser la question : Est-ce qu’une intelligence artificielle peut être considérée comme une personne devant la loi ? Techniquement, rien ne l’empêche, mais les implications peuvent être dantesques à tous les niveaux.

2 chercheurs proposent un papier plutôt douteux démontrant qu'un algorithme prédictif utilisant l'apprentissage profond (deep learning) peut détecter si une personne est gay ou non à partir d'une photo. Les données utilisées sont foireuses, mais surtout cela revient à légitimer des pseudosciences comme la phrénologie au rang de science en les passant au filtre de "l'intelligence artificielle". Ce n'est pas la première fois qu'on voit ce genre de travaux et cela devient inquiétant. 0

Un algorithme peut-il dire si vous êtes gay à partir d’une photo ?

2 chercheurs proposent un papier plutôt douteux démontrant qu’un algorithme prédictif utilisant l’apprentissage profond (deep learning) peut détecter si une personne est gay ou non à partir d’une photo. Les données utilisées sont foireuses, mais surtout cela revient à légitimer des pseudosciences comme la phrénologie au rang de science en les passant au filtre de « l’intelligence artificielle ». Ce n’est pas la première fois qu’on voit ce genre de travaux et cela devient inquiétant.