Les délestages et les macaques, les 2 ennemis du secteur technologique indien



secteur-technologique-inde

Le gouvernement Modi veut connecter les moindres régions de l’, mais la plupart des villes vivent encore au Moyen-Age si on compare leur infrastructure. L’ambition technologique de l’Inde est le meilleur exemple de la charrette avant les boeufs.


 

L’Inde vient de lancer un plan de 18 milliards de dollars pour amener la révolution numérique dans ses régions les plus reculés. Mais ce plan fait face à de nombreux défis tels que les délestages, une planification urbaine catastrophique et des macaques qui bouffent les câbles de fibre optique. La situation est flagrante dans la ville de Varanasi où de nombreux hindous pratiquants viennent pour mourir afin de bénéficier de la grâce des dieux. Vanarasi est également rempli de macaques qui vivent dans les temples et qui sont nourris par les pratiquants. Le problème est que les macaques bouffent également les câbles optiques qui passent à coté du Gange.

L’ingénieur Srivastava a déclaré qu’on ne peut rien construire sur le coté du fleuve, car les singes détruisent tous les cables en les grignotant petit à petit. Il ajoute que les macaques ont bouffés la fibre optique à peine 2 mois après qu’elles aient été installés. Son équipe cherche des alternatives, mais il y en a peu et la ville de 2 millions d’habitants est surpeuplée et donc, il est hors de question de mettre des cables sous-terrains sous peine de provoquer des éboulements en chaine. De plus, on ne peut pas chasser les singes et les mettre en cage parce que cela déchainerait la fureur des pratiquants des temples.

En plus des macaques amateurs de fibre optique, la ville fait face à des délestages systématiques avec une fréquence de plusieurs heures pendant les périodes de grandes chaleur. Le gouvernement Modi ambitionne d’installer 700 000 kilomètres de cable pour connecter les 250 000 villages de l’Inde, construire 100 villes intelligentes jusqu’en 2020 et réformer le système éducatif et de santé afin qu’ils soient adapté à l’ère numérique. Ainsi, la ville de Vanarasi est l’une des premières à bénéficier de la connexion Wifi gratuite dans toute la ville.

Les experts de l’industrie estiment que cette initiative de cablage combiné à la croissance des Smartphones va permettre à 30 % de la population indienne d’accéder à internet, soit près de 250 millions de personnes à l’horizon 2017. Et cette connectivité internet va augmenter le PIB du pays à hauteur de 1,7 %, soit près de 70 milliards de dollars supplémentaires dans les caisses de l’Etat.

Les entreprises technologiques occidentales à l’affût des opportunités en Inde

Et ce plan gigantesque de numérisation et de connexion du pays a attiré de nombreuses grandes entreprises technologiques. Ainsi, IBM va proposer ses services dans plusieurs villes pour aider les administrations à faire la transition vers le numérique. Cisco travaille avec la ville de Visakhapatnam pour proposer des services d’éducation et de santé en ligne. Cisco a inventé spécialement un routeur Wifi qui peut supporter les climats très rudes de l’Inde et comme il est sans fil, il ne craint pas les coupures de cable ou le machouillage par des macaques.

Makgré de nombreuses avancées, ces entreprises se rendent compte de la tâche dantesque de moderniser des villes indiennes qui existent depuis près de 3000 ans. Et pour couronner le tout, les villes indiennes font face à une démographie galopante puisque la population urbaine passera de 200 millions actuellement à 600 millions en 2031 alors que les infrastructures ne sont pas conçus pour supporter une telle charge.

Il existe de nombreux défis pour moderniser ces villes et le principal est de créer un système de trafic routier intelligent qui permettront de réduire les embouteillages. Dans certains villes, il faut attendre 4 heures dans les embouteillages pour faire quelques kilomètres. D’autres services pour prévenir la fuite des eaux ou le débordement des égouts sont prévus afin que la population puisse avertir rapidement les autorités.

Le plan de technologie de l’Inde est la charrue avant les boeufs

Vinod Kumar Tripathi, un expert dans la planification urbaine, estime que la ville doit d’abord moderniser ses infrastructures basiques avant de se concentrer sur la connectivité à tout prix. Le Wifi gratuit a été implanté depuis février 2015 et cela augmente la connectivité de la population. Ainsi, Sandeep Majhi est un conducteur de bateau qui gagne sa vie en aidant les pélerins à traverser le fleuve et à recueillir les cendres après la crémation de leurs proches. Sandeep vient d’acheter son premier Smartphone pour télécharger de la musique et échanger des vidéos avec ses amis. Mais il s’en sert aussi pour promouvoir ses services de bateau aux touristes sur Facebook.

Il estime que le Wifi gratuit est une bonne chose, mais le gouvernement devrait également moderniser la circulation routière, car actuellement, les motos, les voitures et les Rickshaw se battent pour le moindre petit espace. Le système d’évacuation des eaux date de 500 ans et il n’a jamais été modernisé. Et les bords de la rivière sont remplis de bouse de vache que les autorités ne nettoient jamais.

Ces nombreux défis mettront à mal la modernisation de l’Inde, car le gouvernement n’a jamais investi sérieusement pour moderniser ses infrastructures de base et il pense déjà à la fibre optique. Et la situation de l’Inde n’est pas unique puisque de nombreux pays en développement font cette erreur en promouvant une technologie de pointe par tous les moyens à grands coups d’appels d’offre des entreprises occidentales alors que des choses basiques telles que des routes, l’évacuation des eaux ou même la circulation n’ont pas changés depuis des siècles.

 Source

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
mm

Boubakar Nguema

Journaliste et réalisateur. Couvre principalement l'actualité africaine et panafricaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *