Facebook va utiliser le bouton "J'aime" pour la publicité ciblée


  • FrançaisFrançais



  • Les boutons « J’aime » de Facebook collectent nos données de navigation depuis des années. Mais désormais, Facebook va utiliser ces données pour proposer la publicité.

    À partir du mois prochain, les millions de boutons « J’aime » et « Partager » de Facebook que les éditeurs ont ajouté à leurs sites vont utiliser les données collectées pour alimenter la publicité sur Facebook. Après ce changement, les types de sites que vous visitez pourront être utilisés pour modifier les publicités que vous verrez sur Facebook, sur Instagram et sur les sites qui utilisent Facebook Ad Exchange.

    Facebook a proposé le bouton Like aux éditeurs en 2010 pour permettre aux internautes de partager le contenu qui les intéresse sur le réseau social. Le bouton de Facebook se compose d’un bout de code qu’on ajoute sur une page. Ce code permet au navigateur de l’internaute de contacter les serveurs de Facebook. De cette manière, Facebook connait les sites que vous visitez avec des Cookies pour garder la trace des visiteurs.

    Facebook piste l’historique de navigation des internautes depuis des années au grand dam des organisations pour la protection de la vie privée. L’EFF (Electronic Frontier Foundation) et d’autres groupes avaient publié une lettre ouverte pour demander à Zuckerberg si les boutons collectaient uniquement les données si on cliquait dessus. Facebook n’a pas répondu et il a continué à collecter les données et en 2014, il avait annoncé qu’il utiliserait les données pour la publicité ciblée. Et Facebook vient d’en faire l’annonce officielle. L’annonce inclut également une option pour la vie privée qui vous permet d’éviter de voir les publicités selon votre historique de navigation. Et c’est une nuance importante, car vous pouvez cacher la publicité, mais pas la collecte de données qui est derrière le bouton.

    Rainey Reitman, l’une des responsables de l’EFF, a déclaré que ce n’est pas suffisant. À chaque fois que vous chargerez une page web avec un bouton Like ou Share, alors Facebook saura que vous avez visité cette page. Et le tracking du bouton Like est vraiment grave, car les internautes ne savent même pas qu’ils sont pistés avec ce simple bouton.

    Reitman a déclaré que ce serait mieux de modifier les boutons Facebook pour envoyer uniquement les données lorsque quelqu’un clique dessus. Et plutôt que de proposer une option pour protéger la vie privée, Facebook devrait adopter la norme Do Not Track. Cette norme permet de configurer le navigateur pour signaler aux éditeurs que vous ne voulez pas être pisté à travers les sites.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009 et vulgarisateur scientifique.

    Je m'intéresse à tous les sujets scientifiques allant de l'Archéologie à la Zoologie. Je ne suis pas un expert, mais j'essaie d'apporter mes avis éclairés sur de nombreux sujets scientifiques.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.