La Chine et l’esport : Bientôt le leader mondial ?


  • FrançaisFrançais

  • Les chiffres démentiels de l’esport que ce soit en termes de joueurs et des investissements par l’Etat chinois, montrent que le pays du dragon est amené à dominer ce secteur dans les prochaines années.


    Les chiffres démentiels de l'esport que ce soit en termes de joueurs et des investissements par l'Etat chinois, montrent que le pays du dragon est amené à dominer ce secteur dans les prochaines années.

    La Chine cherche toujours un moyen de briller à l’international. Son aventure dans l’univers footballistique le prouve, même si les chinois ne s’attendaient pas à trouver de tels escrocs dans le secteur du ballon rond. Mais du moment qu’un secteur permet au pays de briller à l’international, alors la Chine va l’encourager tout en limitant les affres de la dégénerescence occidentale.

    Pour la Chine, l’esport est un cheval de bataille depuis de nombreuses années. Pour le moment au niveau mondial, l’esport est une industrie de niche avec des revenus d’environ 1,4 milliard de dollars en 2022. Ils devraient monter à 1,9 milliards de dollars en 2025.

    Le marché de l’Esport en Chine

    Le marché de l’Esport en Chine est assez gigantesque, car si on compte tous les acteurs, il pèse environ 22 milliards de dollars. La Chine possède aussi le plus grand nombre de joueurs d’esport au niveau mondial sans oublier des audiences pour les tournois qui sont parmi les plus élevés de la planète. C’est normal quand on voit la part monstrueuse du streaming dans la consommation chinoise sans oublier l’utilisation du mobile.

    Le nombre de joueurs et d’équipes d’esport en Chine

    Selon le Ministre des ressources humaines et de la sécurité sociale, il y avait 5 000 équipes d’esport en Chine en 2019 avec 100 000 joueurs professionnels. L’industrie emploie actuellement 500 000 personnes. La CADPA, l’association de publication audio-visuel a recensé 69 compétitions d’esport dans la première moitié de 2022, une légère hausse par rapport à 2021.

    L’Esport en Chine est un peu particulier, car même si des titres comme League of Legends raflent la mise en termes de popularité, l’esport chinois concerne aussi des titres mobiles comme Wild Rift (ce dernier est LoL sur mobile), Honor of Kings et Peacekeeper Elite. C’est normal, car la Chine a l’habitude d’être souveraine dans toutes ses industries. Comment Tencent possède 50 % de tous les jeux sur mobile sur Android, alors il est normal que ses titres soient présents dans l’esport chinois.

    Les chiffres démentiels de l'esport que ce soit en termes de joueurs et des investissements par l'Etat chinois, montrent que le pays du dragon est amené à dominer ce secteur dans les prochaines années.

    Un centre et un stade dédié à l’esport à Shanghai

    L’esport est aussi un vecteur de consommation, la clé de voute du modèle économique chinois. Les tournois d’esport peuvent rapporter des dizaines de millions de dollars en cashprice. Et les meilleurs joueurs d’esport sont de véritables stars, ayant une grande communauté autour d’eux, qui va acheter les mêmes équipements sans oublier tout ce qui est partenariat publicitaire.

    Et c’est de cette manière qu’on doit comprendre la vision de l’esport pour la Chine. Elle en a une vision globale, ce n’est pas uniquement des gens qui jouent à des jeux vidéos, mais tout ce qu’il y a autour en termes d’événements.

    Pékin est un pionnier dans l’esport

    S’il faudra attendre les années 2010 pour que les pays occidentaux reconnaissent l’esport comme un vrai sport, la Chine l’a fait dès 2003 avec une reconnaissance officielle par l’Administration Générale des Sports. Dès 2014, l’esport chinois contribuait déjà à l’économie et cela a incité le Ministère de l’Éducation à intégrer le cursus de la gestion de l’esport dans plus de 50 universités dès 2016.

    Les étudiants dans ce cursus, peuvent apprendre le développement de jeux, l’organisation des événements et des services, la création de médias propre à l’esport ainsi que des formations pour devenir coach. Les premiers diplomés sont sortis en 2021, contribuant à professionnaliser le secteur.

    Au début de 2019, le Ministère des Ressources humaines et de la Sécurité sociale, a reconnu les joueurs et les opérateurs d’esport comme des métiers officiels. En 2021, l’esport a été inclut dans la 14e édition du « Plan en 5 ans » qui est la principale initiative du Parti Communiste Chinois pour planifier le développement du pays.

    En plus d’une reconnaissance officielle, on a aussi une consécration sportive avec l’inclusion de l’esport dans les Jeux Asiatiques de 2023. En sachant que désormais, l’esport est également une discipline olympique et vu « l’armée » des joueurs chinois, on peut penser qu’ils font rafler quelques médailles de plus.

    L’arrivée de nouvelles technologies et un secteur en plein essor

    Comme dans le cas du streaming, l’esport en Chine veut profiter de nouvelles technologies comme la VR, l’AR ou la MR. On également le cloud dans les nuages, l’internet des objets, mais aussi la Blockchain et les NFTs. Un responsable de Tencent a indiqué que la Chine avait besoin de 2 millions de talents supplémentaires dans les 3 à 4 prochaines années pour que l’industrie esport chinois reste compétitive.

    Parmi ces talents, on peut citer des organisateurs d’événements, des gestionnaires de clubs d’esport, des streameurs, des animateurs et présentateurs, des spécialistes des médias ainsi que tout ce qui concerne le merchandising.

    L’investissement de l’Etat chinois dans l’esport

    L’Etat chinois reconnait l’importance de l’esport et si la reconnaissance gouvernementale et administrative est déjà un énorme bond en avant, comparé à l’arriérisme qu’on peut voir dans certains pays européens, il y a aussi du pognon et de grands projets qui sont faits.

    • En avril 2022, Tencent annonce un partenariat avec le Beijing Universal Resort, un parc à thèmes où plusieurs jeux comme Honor of Kings, Peacekeeper Elite, QQ Speed et Doudizhu seront ajoutés à la parade officielle du parc.
    • En aout 2022, Tencent et Ouyu Technology ont lancé le premier hôtel dédié à l’esport à Hangzhou. L’hôtel permet d’accueillir des « gamers », possède des équipements derniers cris en terme de PC et de connectivité, permet de créer des bootcamps, offre un accès à du livestreaming professionnel ainsi que des centres d’incubation pour l’entrainement des joueurs.

    Mais cela va plus loin, car en 2017, Hangzhou, la capitale de la province du Zhejiang, a créé une zone de 39,4 millions de mètres carrés qu’on a considéré comme la ville Eport. LGD, l’une des grosses équipes chinoises de League of Legends, est basé dans cette ville. A terme, cette ville esport va investir plus de 2,2 milliards de dollars, construire 14 infrastructures dédiées à l’esport et attirer plus de 10 000 joueurs professionnels.

    Les chiffres démentiels de l'esport que ce soit en termes de joueurs et des investissements par l'Etat chinois, montrent que le pays du dragon est amené à dominer ce secteur dans les prochaines années.

    La ville esport à Hangzhou

    Les grandes villes ne sont pas en reste. Ainsi en 2021, Shanghai a annoncé la construction d’une zone d’esport de 500 000 mètres carrés d’un cout de 815 millions de dollars afin de devenir la capitale de l’esport. En 2020, Shanghai avait déjà accueilli les Worlds de League of Legends.

    Si Shanghai se concentre sur l’événementiel, Shenzhen veut miser sur la détection des nouveaux talents et le développement de nouveaux jeux. Ainsi, la région a annoncé un plan de 5 ans avec des récompenses de 280 000 dollars pour développer de nouveaux jeux dédiés à l’esport et 700 000 dollars de plus si ces jeux sont sélectionnés pour des compétitions majeures.

    D’accord pour les jeux, mais pas trop non plus

    On pourrait croire que la Chine mise à fond sur l’esport, mais il faut toujours se souvenir que c’est une république socialiste qui vise un idéal communiste. Dans ce sens, les dirigeants chinois sont obsédés par le fait que les jeunes chinois deviennent trop consuméristes et que les jeux vidéos leur fassent oublier leurs rôles dans la nation.

    Les chiffres démentiels de l'esport que ce soit en termes de joueurs et des investissements par l'Etat chinois, montrent que le pays du dragon est amené à dominer ce secteur dans les prochaines années.

    Un hôtel dédié à l’esport à Hangzhou

    De 2000 à 2015, le gouvernement avait banni les consoles afin de diriger les joueurs vers le PC et le jeu sur mobile. D’une part, c’était pour avoir un contrôle plus fin sur leur consommation des jeux, mais aussi pour booster les entreprises chinoises qui sont surtout présentes dans le secteur des PC et des jeux pour mobile.

    Et il y a toujours des limitations. Depuis 2021, les mineurs ne peuvent jouer que 3 heures par semaine et uniquement pendant les vendredis, les week-ends et les vacances. Et tous les jeux nécessitent une vérification d’identité pour respecter cette limitation sur les mineurs. On peut s’étonner de cette contradiction, car d’une part, la Chine investit massivement et encourage l’esport, mais de l’autre, elle en limite le principal medium qui en sont les jeux.

    Mais encore une fois, le PCC est obsédé par le fait que les chinois ne deviennent pas des dégénérés à cheveux et qu’ils oublient le patriotisme qui est vital pour la Chine. En bref, ils ont peur que les jeunes chinois ne deviennent des « Baizuo » qui est le terme chinois pour les gauchistes.

    Pékin est plus ouvert envers l’esport

    Que ce soit l’interdiction des consoles dans les années 2000 ou les limitations, cela n’empêchera pas Pékin de devenir le leader mondial de l’esport. Car comme on l’a mentionné, il mise aussi énormément sur l’événementiel à l’international et donc, il n’a pas besoin d’ouvrir complètement son marché. Et ces investissements massifs ne sont pas des billes au hasard.

    La Chine imite la Corée du Sud qui est aujourd’hui l’un des principaux leaders de l’esport. Des analyses montrent que la Chine va surpasser la Corée du Sud en 2023 et il lui restera à battre le pays numéro 1 dans ce domaine qui est les Etats-Unis.

    De plus, le gouvernement chinois subventionne aussi l’esport à hauteur de 1 million de dollars par an. C’est pour booster les petites compétitions au niveau local. Cela peut être des cyber cafés qui organisent des petits tournois. Pékin encourage aussi les LAN afin d’inciter les joueurs à ne pas rester trop longtemps en ligne. Ou encore des camps d’été destinés aux jeux vidéos. En bref comme dans de nombreux domaines, la Chine aborde l’esport à sa manière et on peut penser qu’elle va réussir à occuper les premières places.

     

    N'oubliez pas de voter pour cet article !
    1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
    Loading...

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *