Izïa Higelin dézingue Macron sur scène et provoque l’ouverture d’une enquête


  • FrançaisFrançais

  • Sur scène, Izïa Higelin a imaginé accrocher Macron à une piñata humaine géante et le frapper avec des battes cloutées. Une enquête pour provocation publique à commettre un crime ou un délit a été ouverte. On incarcère une chanteuse quand elle dit tout haut ce que 90 % des gens pensent tout bas, la gendarmerie rapplique. Mais quand 250 villes sont saccagés par de la racaille, il n’y a plus personne…


    Sur scène, Izïa Higelin a imaginé accrocher Macron à une piñata humaine géante et le frapper avec des battes cloutées. Une enquête pour provocation publique à commettre un crime ou un délit a été ouverte.

    La chanteuse Izïa Higelin est dans le collimateur de la justice après avoir tenu des propos violents et injurieux envers Macron lors de son concert aux Nuits Guitare de Beaulieu-sur-Mer, jeudi 6 juillet. Le parquet de Nice a ouvert une enquête pour “provocation publique à commettre un crime ou un délit”, sans qu’aucune plainte n’ait été déposée, a-t-il indiqué samedi.

    Sur scène, la fille de Jacques Higelin a improvisé un long monologue, qui a débuté par un dialogue imaginaire et sexy entre Brigitte et Manu. Puis elle a enchaîné sur une scène de violence fictive, où elle a suggéré d’accrocher le chef de l’Etat à 20 mètres du sol, “telle une piñata humaine géante”, et de le frapper avec des battes munies de clous, comme dans le film Orange Mécanique. “Et là on le ferait descendre, avec toute la grâce et la gentillesse que les gens du sud ont. (…) Et dans un feu de bengale, de joie, de chair vive et de sang, on le foutrait à terre… mais gentiment”, a-t-elle lancé à la foule, qui a continué à applaudir et danser. Elle aurait conclu sa diatribe en disant : “Je vois déjà le gros titre de Nice-Matin demain : Izïa appelle au meurtre de Macron”.

    Des gendarmes sont venus la chercher à la fin du concert, alertés par des spectateurs outrés (comme quoi, les boomers sont partout), mais n’ont pas réussi à l’interpeller. Selon Nice Matin, Izïa se serait réfugiée dans son bus, protégée par son manager. La réglementation fait qu’on ne peut pas y rentrer comme ça. Il y a eu de longues palabres entre le manager et la gendarmerie, a rapporté le maire de Beaulieu-sur-Mer, Roger Roux (de LR, donc de la pute à quatre pattes), qui s’est dit choqué par cette “diatribe”. “On se croirait à un meeting de la France Insoumise” (sic), a-t-il déclaré au quotidien. Il a affirmé que la chanteuse était désormais “blacklistée” de sa ville et qu’il ne voulait plus jamais la voir sur scène.

    L’adjointe à la Culture, Marie-José Lasry, qui assistait au spectacle, a témoigné à la gendarmerie contre cet incident. Elle a confié à Nice Matin qu’elle avait été très embêtée par les propos d’Izïa et qu’elle s’était demandé s’il fallait la faire virer. “D’autant plus que les gens ont continué à applaudir et danser comme si de rien n’était…”, a-t-elle regretté.

    Izïa n’a pas réagi pour le moment à cette polémique. Dans une interview accordée à Var Matin avant son concert, elle avait confié se sentir “en surchauffe” et vouloir prendre du temps pour elle. Elle avait aussi évoqué son envie de faire des chansons plus engagées et plus politiques.

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *