Police Academy ou l’assimilation des racailles


  • FrançaisFrançais

  • Police Academy est la seule franchise qui promeut l’assimilation des pires racailles de la société dans des structures policières. Tous les autres séries/films considèrent toute la population comme des criminels potentiels.


    Police Academy est la seule franchise qui promeut l'assimilation des pires racailles de la société dans des structures policières. Tous les autres séries/films considèrent toute la population comme des criminels potentiels.

    Le monde est devenu vraiment merdique si on doit faire une analyse cinémato-politique sur Police Academy, mais comme c’est l’été et que tout le monde se bronze au soleil et que je suis fauché comme les blés, je regarde la téloche et ces derniers temps, j’ai revu tous les opus de Police Academy et j’ai remarqué un pattern et une approche que je n’avais jamais remarqué avec ces films.

    Sorti en 1984, le premier opus surfait sur la vague des parodies extrêmes, de l’humour absurde qu’on retrouve dans Hot Shot, Y a-t-il un un flic pour sauver la reine et les nombreux films de Lelslie Nielsen qui sont les rares à avoir bien exploité l’humour absurde. Police Academy va avoir jusqu’à 6 opus sans compter les remakes et les spin-offs et il fait partie des incontournables des années 1980.

    Et si on regarde la totalité des films et des séries policières qui ont suivi. On en a une véritable chiée avec les mêmes acteurs et actrices siliconées à l’extrême, les mêmes scénarios de merde, la même supériorité arrogante et surtout, la même image immaculée du métier de policiers qui travaillent dans des bureaux flambant neufs ou des laboratoires que même la NASA ne pourrait pas se payer. Et l’autre pattern est que les policiers sont dans un microcosme qui les coupent totalement du reste de la société. Cette dernière est l’endroit hostile dès qu’on met le pied en dehors du commissariat.

    Tout le monde sans exception allant du nourrisson jusqu’au vieillard édenté est un criminel en puissance et qu’il faut lui parler comme à un terroriste qui aurait un couteau entre les dents. Et par ce prisme manichéen extrême, cette image montre une police qui est parfaitement dans le rôle que lui confère le système dominant, c’est à dire une force de répression qui protège le système contre les “braves gens”.

    Police Academy est la seule franchise qui promeut l'assimilation des pires racailles de la société dans des structures policières. Tous les autres séries/films considèrent toute la population comme des criminels potentiels.

    Et ce qui est incroyable est que seul Police Academy fait le pari inverse et le propos était tellement contraire aux valeurs d’Hollywood et du système dominant qu’ils ont dû utiliser la parodie pour faire passer le message. A la manière de Scrubs qui est la série la plus réaliste du monde médical, mais il faut le dire avec humour, car sinon personne ne croirait que le monde médical et celui des hopitaux pue la merde et la corruption à des kilomètres.

    Le propos de Police Academy est que même les pires crapules peuvent avoir une seconde chance s’ils sont encadré dans un milieu de discipline et des valeurs plus élevées que leur vie minable. Dans tous les opus, nous avons de nouvelles racailles qui sont insérés dans la structure policière et à la sortie, nous avons des policiers, qui préservent leur identité, mais qui ont compris la valeur de leur fonction et leur rôle primordial de protéger les citoyens.

    Que ce soit pour lutter contre le racisme, pour donner de la confiance à une petite noire qui ose à peine murmurer tellement elle est timorée, un dragueur impénitent, un chef de gang, un “fragile” bichonné par sa femme ou encore un mec qui veut de l’action. Le premier Police Academy montre une diversité de la population qui est aussi réelle que possible.

    Et vous avez aussi une opposition de cette approche dans la police. Dans tous les opus, les malfrats auxquels sont confronté les aspirants policiers que ce soit via des casseurs ou des émeutiers sont secondaires, car les vrais antagonistes sont d’autres policiers qui n’aiment pas cette populace à laquelle on donne l’uniforme sans exiger un minimum de normes. Symbolisé magistralement par le lieutenant Harris dans les films, il représente l’ordre avec un O, une sélection drastique des candidats, quasiment aryens et aucune place pour les canards boiteux.

    Et même si cette approche possède son charme, elle exclut totalement l’assimilation des mauvais éléments et surtout, elle crée une structure rigide où on suit les mêmes règles et qu’on fait de la même façon depuis des décennies en devenant inadapté, par la force des choses, aux nouvelles menaces et aux évolutions de la société.

    Ce qui est important dans le message transmis par Police Academy est que la racaille doit s’amender à l’intérieur de l’académie. Et non pas qu’elle infecte le métier avec sa crasse et que les policiers deviennent des éléments de la voyoucratie. Ce qu’on a tendance à voir ces dernières années dans la police occidentale. Les valeurs, la discipline et la formation sont essentiels pour décrasser les mauvais éléments et récupérer ce qui peut l’être.

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *