Une étude confirme la richesse en poissons du parc national mégadivers de Madidi, en Bolivie


  • Français


  • Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Le nombre d’espèces de poissons recensées dans le parc national Madidi et la zone de gestion intégrée naturelle (PNANMI), en Bolivie, a doublé pour atteindre le chiffre stupéfiant de 333 espèces – avec pas moins de 35 espèces nouvelles pour la science – selon une étude menée dans le cadre de l’Identidad Expédition Madidi menée par la Wildlife Conservation Society. Les résultats sont décrits dans le dernier numéro de Hydrobiologie néotropicale et conservation aquatique.

    L’étude répertorie les espèces de poissons dont la présence à Madidi a été confirmée, y compris celles enregistrées lors des expéditions Identidad Madidi, et une compilation des occurrences d’espèces répertoriées dans les études précédentes, fournissant une estimation de la richesse ichtyologique totale de cette aire protégée. La liste des espèces pour la zone protégée de Madidi comprend 35 nouvelles espèces possibles pour la science.

    Les espèces varient en taille de l’arapaima envahissant (Arapaima gigas), un géant à respiration buccale pesant plus de 200 kg et mesurant plus de 3 m de long, au fondule abondant en saison (Anablepsoides beniensis) de la famille des Rivulidae que l’on trouve dans les mares des savanes naturelles d’à peine 1,5 cm de long. La liste comprend également le poisson-gibier le plus attrayant d’Amazonie, la dorade dorée (Salminus brasiliensis), ainsi que des poissons-chats migrateurs du poisson-chat goliath amazonien (Brachyplatystome filamenteux) au minuscule silure crayon chipi chipi dont la migration collective massive est un phénomène local (Trichomycterus barbouri). Un autre fondule (Orestias sp.) se trouve dans certains des plus hauts lacs andins à 4 300 m à Madidi, tandis que dans les étangs stagnants du merveilleux poisson-couteau électrique d’Amazonie (Gymnotus carapo) et l’anguille des marais (Synbranchus madeirae), et dans les cours d’eau rapides du cours supérieur de l’Amazone, plusieurs espèces de poissons-chats nus (Astroblepus spp.), y compris probablement plusieurs nouvelles espèces pour la science.

    Les 35 nouvelles espèces possibles pour la science incluent des candidats du genre Knodus, Microgenys, Moenkhausia, Characidium, Apareiodon, Brachyhypopomus, Ernstichthys (genre signalé pour la première fois en Bolivie), Astroblepus, Trichomycterus (dont une espèce récemment décrite et nommée en l’honneur d’un ichtyologiste français pionnier en Bolivie), et un silure à trois ardillons (Cetopsorhamdia), un remarquable cichlidé brochet (Crenicichla) et un charmant poisson-chat bourdon (Microglanis), entre autres.

    Les enquêtes sur la biodiversité et les recherches sur le terrain ont été menées entre 2015 et 2018 par des spécialistes de la Wildlife Conservation Society (WCS), de l’Institut de Recherche pour le Développement de Montpellier (France) et du Muséum national d’histoire naturelle et de l’Institut d’écologie de l’Universidad Mayor. de San Andrés. Madidi est probablement la zone protégée la plus diversifiée au monde sur le plan biologique en raison d’un gradient altitudinal unique de près de 6 000 m couvrant les Andes tropicales et l’Amazonie.

    Pendant quatre ans, les spécialistes ont mené un vaste échantillonnage ichtyologique sur 13 sites du parc national de Madidi, en utilisant différentes techniques d’échantillonnage : pêche électrique, filets maillants, chaluts, lignes et hameçons et filets à ichtyoplancton. Les espèces d’ichtyoplancton ont été identifiées par caractérisation génétique (métabarcoding). Au total, 333 espèces réparties en 43 familles et 13 ordres ont été enregistrées. Ce nombre double l’ichtyofaune précédemment connue (161) à Madidi.

    Le plus grand nombre d’espèces se trouve dans l’ordre des Characiformes (139 espèces ; 41,7 %), suivi des Siluriformes (137 espèces ; 41,1 %) et des Cichliformes (19 espèces ; 5,7 %), qui représentent ensemble 88,6 % de la richesse spécifique. Les 11,4 % restants sont répartis en 10 autres commandes. Les familles comptant le plus grand nombre d’espèces sont les characides (73 espèces ; 21,9 %), les loricariidés (36 ; 10,8 %), les heptaptéridés (21 ; 6,3 %), les pimelodidés (21 ; 6,3 %) et les cichlidés (19 ; 5,7 %). .

    L’auteur principal de l’étude, Guido Miranda, de la Wildlife Conservation Society, a déclaré: “Avec une extension de 18 957,5 kilomètres carrés (7 319 miles carrés), Madidi couvre 1,3% du bassin de la rivière Madère, mais conserve 25% des espèces connues dans le bassin. Madidi ne représente également que 1,8 pour cent du territoire bolivien, mais il conserve près de 40 pour cent de l’ichtyofaune enregistrée en Bolivie. Cette étude a plus que doublé nos connaissances sur la diversité des poissons dans cette incroyable aire protégée, mais avec plusieurs sous-bassins encore à échantillon dans le parc, ce n’est que le début.”

    Le Dr Rob Wallace, scientifique principal en conservation à la Wildlife Conservation Society, chef des expéditions Identidad Madidi et coauteur, a déclaré : « En raison de sa grande diversité d’habitats, principalement en raison du gradient altitudinal de 184 mètres (Heath River) à 6044 mètres (Chaupi Orko Peak), Madidi est considérée comme la zone protégée la plus riche en biodiversité de la planète. L’initiative Identidad Madidi visait à établir fermement ce statut record pour le parc, tout en communiquant l’importance de Madidi au peuple bolivien. le premier de plusieurs articles de synthèse sur la biodiversité que les scientifiques boliviens de l’expédition systématisent pour partager les résultats de nos efforts avec la Bolivie et le monde.”

    Les auteurs de l’étude incluent : Guido Miranda-Chumacero1, 3Jaime Sarmiento2Soraya Barrera2Martin Velasco2Jorge Molina Rodríguez1,3Gabriel Tarifa3Camila Ramallo3Oscar Ayala3Kelvin Herbas3Erick Loayza3Débora Alvestegui3Gustavo Álvarez1Jean-François Renno4Cédric Mariac4 & Robert B. Wallace1

    1Wildlife Conservation Society, Programme bolivien, La Paz.

    2Museo Nacional de Historia Natural, La Paz, Bolivie.

    3Unidad de Ecología Acuática, Instituto de Ecología, Universidad Mayor de San Andrés, La Paz, Bolivie.

    4Institut de Recherche pour le Développement, Montpellier, France.

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009. Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire. Pour me contacter personnellement : Whatsapp : +261341854716 Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine Mon compte Facebook Mon compte Twitter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *