Les scientifiques montrent que les agents pathogènes s’adaptent aux mesures sociales de santé des fourmis


  • Français


  • Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Non seulement les humains sont sociaux, mais les fourmis le sont aussi. Les membres du groupe prennent soin des malades en assurant des mesures d’hygiène collectives. Cela présente aux germes une tâche. Ils doivent contourner l’immunité d’une fourmi individuelle et éviter les soins de santé du groupe. Une nouvelle étude publiée aujourd’hui dans Écologie de la nature et évolution révèle que les germes développent un moyen sournois d’échapper aux systèmes de défense de la colonie de fourmis en réduisant leurs signaux de détection.

    Les agents pathogènes sont des organismes pathogènes. Par sélection naturelle, ils développent des mécanismes d’évitement pour déjouer le système immunitaire de l’hôte et prendre le dessus. L’intervention médicale est un moyen de soutenir le système immunitaire et de riposter. Cependant, cela peut conduire à des adaptations indésirables des agents pathogènes comme on le voit dans les bactéries résistantes aux antibiotiques. Une autre stratégie est l’intervention sociale. Certains groupes sociaux comme les fourmis tentent de lutter contre l’infection par «l’immunité sociale», les mesures collectives d’hygiène et de soins de santé pour éviter de se propager dans la communauté. Si et comment les agents pathogènes peuvent réagir à ce type de comportement de groupe, est encore inconnue.

    La dernière étude du professeur Sylvia Cremer et de son équipe de recherche à l’Institut autrichien des sciences et technologies (ISTA) montre les effets extraordinaires de ces types d’interactions hôte-parasite. Ensemble, avec des écologistes chimiques de l’Université de Würzburg en Allemagne, les scientifiques ont examiné de près les fourmis sociales, pour voir comment les champignons pathogènes réagissent à l’intervention sociale de leurs hôtes pendant l’infection. Les résultats révèlent que les champignons réduisent leurs signaux de détection chimiques pour surpasser l’immunité sociale. L’étude est publiée aujourd’hui dans Écologie de la nature et évolution.

    Plus de spores mais moins de toilettage

    “Les champignons infectent les fourmis à partir de la surface du corps et se développent à l’intérieur, mais les compagnons de nid éliminent de nombreuses spores avant même qu’elles ne puissent provoquer une infection interne”, explique Barbara Milutinović, l’une des principales auteurs, ancienne post-doctorante du groupe Cremer et maintenant Marie Curie. Sklodowska Fellow à l’Institut Ruđer Bošković en Croatie. Les scientifiques ont mis en place une expérience où les fourmis argentines (Linepithemahumile) étaient infectés par des agents pathogènes Métarhizium champignons en l’absence ou en présence de membres de la colonie qui s’en occupent. “Nous avons constaté que les champignons ont fondamentalement changé en réponse aux soins des fourmis”, poursuit Milutinović. Sur dix cycles d’infection, les champignons qui ont fait l’expérience du toilettage des fourmis compagnons de nid ont augmenté leur production de spores par rapport aux champignons accompagnés uniquement de fourmis individuelles. “Produire plus de spores aidera le champignon à contrecarrer l’élimination des spores en aidant les compagnons de nidification. Pourtant, nous avons été surpris de voir que les fourmis montraient moins de toilettage contre les spores”, ajoute Sylvia Cremer. “Cela suggère que les spores sont devenues plus difficiles à détecter par les fourmis.”

    Les champignons perdent leur typique chimique profil

    Pour vérifier pourquoi les ouvrières des fourmis avaient des difficultés à détecter les champignons et pour analyser d’éventuels signaux de détection fongiques, les scientifiques ont fait équipe avec un écologiste chimique de l’Université de Würzburg. Le professeur local Thomas Schmitt explique : “Les champignons, qui se sont adaptés aux hôtes sociaux, ont été perçus moins fortement, en raison d’une forte réduction d’un composé spécifique aux champignons appelé ergostérol.” L’ergostérol est un composé membranaire essentiel, que possèdent tous les champignons. En exposant les fourmis à de l’ergostérol fongique pur ou à l’équivalent vertébré non fongique légèrement différent, les chercheurs ont montré que seul le composé fongique induisait un toilettage intense. Milutinović résume : “Cela démontre que les agents pathogènes fongiques réagissent à la présence de fourmis soignantes en réduisant leurs signaux fongiques caractéristiques. Ils ne sont plus reconnus comme une menace de maladie et peuvent échapper à l’immunité sociale de la colonie.”

    Les résultats mettent en évidence l’impact que les hôtes sociaux ont sur leurs agents pathogènes par les comportements de groupe. “Il est fascinant de voir comment les mesures d’hygiène collective déclenchent des stratégies d’évasion chez l’agent pathogène. Il serait intéressant de voir comment la colonie de fourmis réagira à son tour. Peut-être qu’elles deviennent plus sensibles pour détecter les signaux fongiques de plus en plus bas”, conclut Cremer.

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009. Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire. Pour me contacter personnellement : Whatsapp : +261341854716 Telegram : http://telegram.me/HoussenMoshine Mon compte Facebook Mon compte Twitter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *