Le comportement est le secret du succès pour une extension de gamme


  • FrançaisFrançais


  • Suivez-nous sur notre page Facebook et notre canal Telegram


    Alors que de nombreuses espèces subissent un déclin drastique de leur nombre et de leur aire de répartition géographique, d’autres espèces semblent prospérer. Des chercheurs étudiant le quiscale à grande queue, un oiseau qui a établi de nouvelles populations en Amérique du Nord au cours des dernières décennies, révèlent que son comportement pourrait jouer un rôle clé dans son succès. Ils ont constaté que la population située en bordure de l’aire de répartition est plus persistante et présente une flexibilité plus variable, et que cette espèce a évolué vers une vie davantage dans des environnements urbains et arides.

    Une explication du déclin de certaines espèces est que les modifications humaines rendent l’habitat existant inapproprié pour elles. Pour d’autres espèces, ces modifications sont avantageuses et rendent l’habitat disponible pour leur expansion.

    Des chercheurs de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutive en Allemagne, de l’Université de Californie à Santa Barbara et de l’Université de Rochester aux États-Unis ont étudié le rôle qu’aurait pu jouer l’augmentation de la disponibilité de l’habitat. Ils ont comparé le quiscale à grande queue en expansion rapide avec son plus proche parent, le quiscale à queue bateau, qui n’étend pas rapidement son aire de répartition.

    Sur la base d’observations scientifiques citoyennes des occurrences d’oiseaux, les chercheurs ont découvert qu’entre 1979 et 2019, les grandes queues ne se sont pas contentées de se déplacer vers de nouveaux habitats disponibles qui correspondaient à leurs besoins antérieurs, mais qu’elles ont également augmenté la superficie de leur habitat pour se déplacer vers des environnements plus urbains et arides. . En revanche, les queues de bateau n’ont déplacé leur aire de répartition que légèrement vers le nord en réponse au changement climatique, ce qui rend ces habitats qui leur conviennent.

    Le comportement facilite l’expansion rapide de l’aire de répartition dans de nouveaux habitats

    Cela signifie que les grandes queues n’étendent pas simplement leur aire de répartition parce que davantage d’habitats leur sont disponibles. “Ces résultats soutiennent la possibilité que leur comportement ait joué un rôle dans la capacité du quiscale à grande queue à augmenter la largeur de son habitat”, explique Corina Logan, responsable d’un groupe de recherche au Département du comportement humain, de l’écologie et de la culture de l’Institut Max Planck d’évolution. Anthropologie et Gates Cambridge Scholar.

    Le rôle probable du comportement dans l’exploitation de nouveaux habitats a conduit les chercheurs à étudier le comportement de deux populations de quiscales à grande queue : une population récemment établie à la limite nord de l’aire de répartition et une population plus âgée plus proche du centre de l’aire de répartition.

    Les chercheurs ont découvert que la population marginale avait une plus grande flexibilité et était plus persistante que la population non marginale. “Nous savons qu’il s’agit d’une espèce très flexible et qu’elle étend rapidement son aire de répartition géographique. Ce qui nous a surpris, c’est que c’est finalement la persistance, et non une flexibilité moyenne plus élevée, qui s’est imposée comme le comportement associé à l’expansion de l’aire de répartition”, ” dit Logan.

    Flexibilité et persévérance

    Être persévérant pourrait permettre aux individus de trouver accidentellement des solutions aux défis auxquels ils sont confrontés dans leur nouvel environnement, par exemple en exposant de nouvelles sources de nourriture. Avoir une plus grande variabilité de flexibilité au sein d’une population signifie qu’il y a plus de chances qu’au moins certains individus de la population soient très flexibles et que d’autres individus puissent apprendre d’eux, facilitant ainsi l’expansion de cette population.

    Des recherches antérieures menées par l’équipe des quiscales ont découvert que les quiscales à grande queue (y compris les individus qui ne se trouvaient pas à la limite de leur aire de répartition) avaient une flexibilité moyenne plus élevée que la plupart des autres espèces. Cela indique que la flexibilité peut interagir avec d’autres capacités pour façonner le comportement nécessaire pour accéder à de nouveaux domaines. Par exemple, les quiscales en périphérie peuvent réussir parce qu’ils continuent d’essayer de nouvelles solutions, plutôt que d’abandonner rapidement ou de persister à essayer la même solution encore et encore.

    L’équipe quiscale bronzé poursuit ses travaux au cours des 10 dernières années sur cette espèce pour résoudre ces mystères et fournir des résultats solides pouvant répondre à la question plus large de savoir quels traits comportementaux sont associés à une expansion rapide de l’aire de répartition géographique. “Découvrir comment les quiscales à grande queue résolvent les défis différemment des quiscales à queue longue et d’autres espèces pourrait révéler des moyens d’aider les espèces en déclin à s’adapter aux changements de leur environnement”, explique Logan.

    Source :

    Houssen Moshinaly

    Rédacteur en chef d'Actualité Houssenia Writing. Rédacteur web depuis 2009.

    Blogueur et essayiste, j'ai écrit 9 livres sur différents sujets comme la corruption en science, les singularités technologiques ou encore des fictions. Je propose aujourd'hui des analyses politiques et géopolitiques sur le nouveau monde qui arrive. J'ai une formation de rédaction web et une longue carrière de prolétaire.

    Pour me contacter personnellement :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *